Head Into the Darkness of Resident Evil Village | Jeux vidéo

Actualités > Head Into the Darkness of Resident Evil Village | Jeux vidéo

«Village» reprend trois ans après «Biohazard» et continue l’histoire d’Ethan Winters, qui a échappé au cauchemar du dernier match avec sa désormais épouse Mia et leur Rose âgée de 6 mois. Le prologue ressemble presque à un écho de la scène d’ouverture de «The Last of Us» avec sa simple domesticité dont on sait qu’elle est sur le point d’être brisée. Mia lit une histoire effrayante au coucher à Rose, et les adultes se préparent à dîner lorsque leur nouvelle vie est brisée par des coups de feu. Mia est tuée et Rose et Ethan sont prises par nul autre que Chris Redfield (un nom légendaire dans l’univers «RE»). Quelques instants plus tard, Ethan se réveille à la suite d’un accident de voiture et Rose est portée disparue. Il erre dans un village voisin – les échos de «Silent Hill» dans la configuration peuvent ou non être intentionnels – et l’action du jeu se déroule.

Ce n’est pas longtemps avant qu’Ethan ne soit attaqué par des créatures nouvelles dans le monde «RE» qui ressemblent à une sorte d’hybrides zombie-loup-garou, mais le gameplay ici est familier: chercher des maisons pour des fournitures minimales, rester hors de vue, se faire botter le cul en particulier, les mains du pauvre Ethan prennent une raclée tout au long de «Village»). Avant longtemps, Ethan apprend que ce village est contrôlé par quatre créations monstrueuses: une reine vampire nommée Lady Dimitrescu, un fantôme terrifiant de maison de poupée appelé Donna Beneviento, une monstruosité à l’aspect troll nommé Salvatore Moreau et un être magique au style nommé Karl Heisenberg. Et ils servent tous à la volonté de la légendaire Mère Miranda, que les villageois adorent pour leur propre sécurité.

Bien sûr, le gameplay va amener Ethan à toutes ces créatures, chacune ayant son propre cadre distinct dans lequel vous devrez alterner résoudre des énigmes, des combats tendus et courir pour votre vie. Il y a beaucoup de violence infligée à Ethan, et cela est conçu pour faire de lui un protagoniste imparfait. Il est constamment jeté partout, et vous feriez souvent mieux de fuir une rencontre que d’essayer de vous frayer un chemin. Dans un sens, c’est un retour aux jeux originaux, mais Ethan se sent encore plus faible que les héros originaux, quelqu’un qui est constamment poursuivi, piégé ou maltraité. Les jeux concernent si souvent des personnages super puissants qu’il faut un peu de temps pour s’habituer à la faiblesse générale d’Ethan, bien que le jeu suive un chemin d’action traditionnel en ce sens que des armes plus puissantes (grâce à la découverte ou à la mise à niveau dans les magasins) font d’Ethan davantage une créature. machine à tuer, surtout en fin de partie.

★★★★★

A lire également