HBO’s Isabel is a Powerful Look at an Influential Life | TV/Streaming

Actualités > Critiques et avis > HBO’s Isabel is a Powerful Look at an Influential Life | TV/Streaming

«Isabel», comme tous les bons biopics, révèle la personne derrière la légende, humanisant son protagoniste et rappelant aux téléspectateurs que le chemin vers la grandeur n’est jamais assuré et rarement prévu. Il a beaucoup d’oeufs de Pâques littéraires pour les fans de l’auteur, en particulier lorsqu’ils racontent l’enfance d’Isabel. Et la mini-série brille en dramatisant le processus de création. Nous voyons Isabel commencer sa carrière d’écrivain et patauger lors de sa première réunion éditoriale, ne sachant pas quoi présenter ni même par où commencer. À la maison, elle a l’idée de satiriser les types de maris (inefficaces) et bientôt elle gribouille. Son éditeur l’encourage et elle grandit en confiance, écrivant un morceau après l’autre. C’est une étude de cas inspirante sur la façon dont quelqu’un commence à écrire, trouve l’inspiration et perfectionne son art.

L’écriture d’Allende est politique et sa vie l’est aussi, avec « Isabel » dépeignant son activisme comme un accident et un héroïsme, évitant la tentation de la faire du lion. L’exemple le plus évident se produit après l’assassinat de l’oncle d’Allende, le président chilien Salvador Allende, lors d’un coup d’État qui a fait du général Augusto Pinochet le dictateur brutal du Chili. Isabel va voir un de ses collègues du magazine et constate les violences que lui inflige le nouveau régime. Inquiète pour sa vie, elle l’aide à sortir du pays. Et elle continue d’aider les gens à s’échapper, tout en sachant que cela met sa famille en danger, jusqu’à ce que ses enfants soient kidnappés sur un avertissement de l’État.

Plus d’une fois, nous voyons Isabel faire ce choix de mettre ses objectifs au-dessus de ses enfants – que ce soit en résistant à Pinochet ou en se battant pour son propre bonheur – et j’apprécie la façon dont la série ne la diabolise pas ou ne la romance pas pour cela. Au lieu de cela, il laisse respirer ces choix, montrant comment ils finissent par faire d’elle l’écrivain qu’elle devient. Prenez la façon dont ils dépeignent son exil au Venezuela comme une période difficile mais non déterminante. Elle ne trouve pas de travail là-bas, tombe dans une dépression, a une liaison. Et elle abandonne ses enfants, les laissant derrière pour voir si elle a plus de chance en Espagne avec son amant. Mais « Isabel » refuse de la damner pour cela. Oui, cela montre la douleur causée par ce choix, mais cela le relie également au succès ultérieur de notre héroïne. Car c’est après son retour dans sa famille, honteuse mais pas brisée, qu’elle commence à écrire son premier livre, La casa de los espiritus / La Maison des Esprits. On peut soutenir (et « Isabel » semble le présenter de cette façon), une chose mène à une autre; sa propre relation compliquée avec sa famille lui permet de sonder les profondeurs de son histoire nationale et personnelle et d’en faire un chef-d’œuvre.

★★★★★

A lire également