Halston Avis critique du film & résumé du film (2021)

Actualités > Critiques et avis > Halston Avis critique du film & résumé du film (2021)

«Halston» montre McGregor à son niveau le plus sensible et sensoriel, à un niveau proche de celui où il jouait Jésus-Christ errant dans le désert dans l’expérimental «Last Days in the Desert». C’est la façon dont Halston tient ses longues cigarettes comme si elles étaient en verre, accompagnant une posture impeccablement parfaite. L’épisode trois le met particulièrement en évidence, Halston éprouvant une mémoire vive alors qu’il choisit les odeurs de son célèbre parfum (avec une excellente Vera Farmiga en tant que pseudo-thérapeute et parfumeur). C’est la plongée la plus profonde de la minisérie dans ses répressions, et cela vient de la brillante et corsée interprétation du personnage de McGregor.

De nombreux passages ultérieurs de la série, en particulier dans cette chute, montrent Halston à son plus d’auto-sabotage, se concentrant sur le luxe ou l’ego au lieu de créer. «La mode évolue vite», comme le dit Mahoney, et la concurrence avec Calvin Klein et d’autres noms sort rapidement des mains de Halston, tout comme ses vices de cocaïne et de dépassement des délais. De telles scènes illustrent la façon dont McGregor aborde ce personnage avec une empathie complète, en comprenant comment ce facteur est nécessaire pour qu’un acteur, ou un spectateur, se connecte avec un tel personnage. Mais «Halston» insiste beaucoup là-dessus, avec de nombreux exemples de son exorbitance grossière (faire voler ses dîners sur un jet privé de Manhattan à Montauk), ou de son entêtement en tant qu’artiste à travailler à peine. Certains téléspectateurs peuvent ne pas le voir comme un héros ou un artiste, et certains pourraient même voir le projet lui-même comme sourd. Cela devient une sorte de test décisif pour s’en tenir à «Halston», qui aime profondément son caractère mais présente également son crash au ralenti viscéral.

Mais le monde autour de Halston est captivant, avec des séquences enivrantes axées sur la musique qui capturent la grandeur du règne de Halston dans les années 70, et il y a une superbe reconstitution de son célèbre studio et salle d’exposition de la tour olympique, un château de verre à New York surplombant un cathédrale. Et Minahan a une main sûre pour déplacer Halston entre différentes amitiés, déployant des scènes intimes qui montrent comment ces personnes ont leur propre vie et créeraient leur propre héritage loin de lui.

En 2019, Frédéric Tcheng a réalisé un documentaire sur Halston (également intitulé «Halston») qui se marierait bien avec cette série. Celui-ci semble encore moins intéressé à garantir son audience, ou à raconter toute l’histoire (le doc de Tcheng a même un récit sur une femme, joué par Tavi Gevinson, découvrant Halston comme s’il était un secret enfermé). À sa manière, la série de Minahan traite Halston et ses nombreux secrets avec adoration et crainte. Mais il reste une énigme, un appel que McGregor et cette mini-série traitent comme de la mode: soit vous le ressentez aussi, soit vous ne le faites pas.

Maintenant sur Netflix.

★★★★★

A lire également