Gaslight (1944) – Affaires chatouilleuses

Actualités > Gaslight (1944) – Affaires chatouilleuses

À première vue, Gaslight de George Cukor n’est pas un film d’horreur. Mais c’est si vous êtes une femme. Le terme apparaît couramment aujourd'hui, mais la plupart ne connaissent pas le film auquel il est le plus souvent associé, maintenant publié sur un Blu-ray éblouissant de Warner Archive. Gaslight est un peu de terreur bien agi qui continuerait à inspirer d'innombrables films de «femmes méconnues» comme Rosemary’s Baby (1968).

Paula Alquist (Ingrid Bergman) a récemment perdu sa tante dans un meurtre non résolu. Elle épouse à la hâte le charmant Gregory Anton (Charles Boyer) et retourne chez sa tante. Mais à mesure que le mariage se poursuit, Paula commence à se demander si elle perd la raison ou si son nouveau mari contribue à sa détérioration mentale?

Gaslight est vendu comme un film à suspense gothique, dans la même ligue que les autres films des années 40 comme Dragonwyck (1946) et Le locataire (également 1944). C'étaient des photos de femmes mais fortement imprégnées de mystérieux, de meurtres et de brouillard pour attirer également le public masculin. Mais Gaslight est différent dans ce qu'il représente, à la fois en 1944 et aujourd'hui. Nous sommes présentés à Paula comme une jeune femme traumatisée, laissée seule au monde après que sa tante chanteuse d’opéra a été brutalement assassinée.

Ingrid Bergman est un casting parfait et deviendrait synonyme de femmes terrorisées attirées par la folie par le patriarcat. Il faudrait encore cinq ans avant que Bergman ne rencontre l'homme qui a failli renverser sa carrière, Roberto Rosselini, mais c'est tellement ironique que Bergman joue régulièrement des femmes forcées de tester leur amour pour un homme (voir 1946) Célèbre). Son Paul semble grandir à merveille malgré ses circonstances, mais finit par tomber rapidement amoureux d'un homme en dessous de sa station. (Mesdames, si les films classiques nous ont appris quelque chose, c'est que les hommes, quelle que soit leur richesse, ne sont pas dignes de confiance.)

Comme Johnny Aysgarth de Cary Grant dans Soupçon (1941), Gregory de Charles Boyer est un opportuniste. Là où il s'écarte de Grant, c'est dans sa méchanceté. Il y a un air d'ambiguïté intéressant qui traverse le script, donnant au public juste assez de doute et (parfois) presque Gaslight dans le genre du film maison hantée. Les deux se marient et ont une bonne chimie, mais Gregory commence à faire comprendre aux gens que Paula a une constitution faible. Il passe par les étapes typiques sur la route de la violence psychologique: isoler Paula de sa famille, agir choquée lorsqu'elle est bouleversée et lui «rappeler» ses défauts perçus, en particulier son penchant pour oublier ou égarer des choses.

Il y a un sentiment d’intériorité et de claustrophobie qui imprègne le film, même lorsque les personnages quittent enfin leur maison. Parce que Gregory regarde constamment Paula pour la possibilité d'une erreur, le public ressent son anxiété croissante. Quand elle décide enfin de sortir seule, il suffit d'entendre la femme de chambre Nancy (Angela Lansbury à son plus cool) demander ce qu'elle devrait dire à Gregory pour la forcer à rentrer. Regarder ce film en tant que femme, la terreur de se demander ce que son mari va faire est tout ce qu’il faut. Même dans les séquences plus petites, lorsque Gregory feint la frustration, il y a un sentiment de colère persistant que Boyer laisse se cacher derrière ses yeux.

Parce que c'est une photo de femme là-bas, bien sûr, c'est un intérêt amoureux. Brian Cameron de Joseph Cotten n’est pas seulement un homme bien qui s’intéresse à Paula, il est aussi la justification masculine pour prouver le point de Paula. Le scénario souligne que Gregory contrôle Paula et qu'elle doute d'elle-même parce qu'elle est une femme. Quand Brian arrive, un homme qui la croit, cela prend une crédibilité supplémentaire. Ce n’est pas juste, mais cela reste un trope opportun. Sinon, Cotten va bien. Je ne peux pas dire que je suis jamais tombé amoureux de sa performance, mais c’est un homme droit et solide à l’élégance étrangère de Boyer.

Comme avec la plupart des Blu-ray Warner Archive, c'est un must. Si vous voulez examiner le champ de l'horreur d'une nouvelle manière qui reste, malheureusement, fraîche et pertinente, vous devez posséder Gaslight!

Évaluation de Ronnie:

Vous souhaitez acheter le film d'aujourd'hui? Si vous utilisez le lien pratique ci-dessous, une petite partie sera reversée à ce site! Merci!

Le louer

Acheter sur DVD

Acheter sur Blu-Ray

VOUS VOULEZ VOIR D'AUTRES MÉDIAS CLASSIQUES QUE J'AIME? CONSULTEZ MA PAGE D'INFLUENCEURS AMAZONES

★★★★★

A lire également