French Exit Avis critique du film & résumé du film (2021)

Actualités > French Exit Avis critique du film & résumé du film (2021)

Jacobs et deWitt ont déjà collaboré sur le film 2011 «Terri», une comédie sèche au cœur tendre sur un adolescent victime d’intimidation. Ici, le ton est plus arqué, la langue plus stylisée et les téléspectateurs peuvent trouver cette conscience de soi rebutante. «French Exit» existe dans l’un de mes sous-genres de films préférés – c’est un film Sad, Rich, White People – mais les personnages sont conscients de leur triste état et désireux de le commenter avec ironie. Comme l’avenir de Frances semble particulièrement sombre à un moment donné, elle fait remarquer à sa meilleure et unique amie, Joan (une charmante Susan Coyne), qu’elle sait qu’elle est un cliché, et qu’elle est d’accord avec cela parce que cela la rend en quelque sorte intemporelle. «French Exit» se déroule de nos jours, mais ses personnages semblent figés dans le temps il y a quelques décennies, avec leur utilisation des téléphones publics et des cartes postales pour faire des tâtonnements maladroits vers la connexion humaine. Une version littéraire et excentrique de New York crée une forte ambiance ici, même lorsque les personnages font leurs valises pour la France selon le titre.

Une impulsion agitée anime le film depuis le début, alors que nous voyons Frances arracher son fils adolescent, Malcolm, de son pensionnat verdoyant à l’improviste. « Qu’est-ce que tu veux faire? » demande-t-elle avec une lueur conspiratrice dans les yeux et juste le moindre sourire narquois. «Tu veux repartir avec moi?» Nous sommes immédiatement accro à son côté ludique et à son indifférence à ce que les autres pensent. Avance rapide de plusieurs années, et Malcolm (un Lucas Hedges intentionnellement fade) est maintenant une vingtaine sinueuse qui est secrètement fiancée à cette petite amie de longue date (Imogen Poots). Frances, veuve depuis un certain temps maintenant, est en train de se rendre compte qu’elle a soufflé à travers la vaste fortune de la famille. «Nous sommes insolvables», informe-t-elle son fils, réussissant à étirer ce mot à quatre syllabes alors qu’elle sirote du vin et aiguise les couteaux seule dans la cuisine sombre. Elle est tellement fauchée que son chèque de 600 $ pour payer la gouvernante rebondit.

Mais Frances a la chance d’échapper à la fois à la misère et à l’examen minutieux qu’elle subit lorsque Joan lui propose de la laisser, elle et Malcolm, rester dans son appartement vide à Paris. «Sortir de New York est le truc, chérie», assure-t-elle à Frances sur Bloody Marys dans un restaurant tony. Et ainsi, après la comédie de croisière de Steven Soderbergh «Let Them All Talk», nous avons encore un autre film dans lequel Hedges joue un jeune homme sans but accompagnant une parente plus âgée dans un voyage transatlantique. Le chat noir de la famille, Small Frank, accompagne également le voyage, qui a une intensité dans son regard aux yeux verts qui suggère qu’il comprend parfaitement ce qui se passe autour de lui. (Et la grande Tracy Letts, co-star de «The Lovers» de Jacobs qui fournit finalement la voix résonnante de Small Frank, est terriblement sous-utilisée. Cela aurait pu être un chat parlant mur à mur et j’aurais été totalement d’accord avec que; en outre, la nature surréaliste d’une telle notion cadrerait parfaitement avec la sensibilité de plus en plus folle du film.)

★★★★★

A lire également