gettyimages-526609872-3158328-9975736-jpg

Frank Welker parle de Curious George, étant «vieux et chanceux»

Actualités > Frank Welker parle de Curious George, étant «vieux et chanceux»

Curious George Saison 14 et le film Curious George : Cape Ahoy est actuellement en streaming sur Peacock. En conséquence, ComingSoon a pu rattraper le légendaire comédien de doublage Frank Welker à propos du rôle, de la voix de tant d’animaux et de son travail sur le doublage anglais du film d’animation bien-aimé Mon voisin Totoro.

Tyler Treese : Vous avez exprimé Curious George pendant 15 ans à ce stade. Votre approche a-t-elle changé au cours de cette période ?

Frank Welker : Non pas vraiment. Je suis peut-être un peu plus facile maintenant pour obtenir un certain son ou une certaine attitude, mais j’ai essayé d’être le plus cohérent possible avec le personnage. Dans le long métrage, les monteurs son m’ont laissé carte blanche… ils avaient du mal à me dire comment faire quels sons, etc. et ils m’ont totalement fait confiance. Je suis arrivé avec une solide expérience dans la création de sons pour les créatures dans les longs métrages, donc je pense qu’ils espéraient que je sauterais la tête la première et que je commencerais à nager ou serait-ce que je me balancerais? J’adore ça et c’est tellement amusant de travailler dans ce genre d’environnement. En ce qui concerne le travail proprement dit, lorsque vous voyez le film (ADR) à l’écran, l’art est déjà là, il vous suffit donc de terminer ce que les artistes avaient en tête et, espérons-le, d’ajouter un peu de magie. Dans les versions télévisées, je trouve qu’il y a beaucoup plus de direction et de commandes. Cela a tendance à être nécessaire car il y a beaucoup plus de spectacles et une équipe de production est nécessaire. Cela a tendance à être un peu plus contraignant mais nécessaire de garder tout le monde sur la même longueur d’onde et de nous amener à une certaine cohérence spectacle après spectacle.

Quels sont les défis liés à la représentation d’un personnage qui est verbal mais n’utilise pas de mots ? Vous parvenez toujours à dépeindre tant d’émotion à travers vos penchants.

Comme je l’ai mentionné plus tôt, nous avons maintenant une équipe qui passe beaucoup de temps et d’efforts à créer des histoires et à survoler George pour s’assurer que nous restons dans les tolérances… ce qui signifie que nous voulons que George soit anthropomorphe à coup sûr mais toujours crédible en tant que vrai (bien animé bien sûr) singe. C’est un défi amusant d’essayer de garder cette ligne. Ma tendance est de me perdre dans le personnage et de faire ce qui me semble naturel (comme dans le long métrage d’origine), mais maintenant nous avons l’équipe pour changer ce qu’ils pensent être proche de George parlant anglais. Nous allons tous rire maintenant alors qu’Ellen Cockrill, notre productrice exécutive, parle très bien comme le reste de l’équipe. Je pense que je devrais obtenir un crédit d’enseignement de langue supplémentaire !

Curious George : Cape Ahoy est sorti récemment. Aviez-vous une scène préférée à enregistrer pour ce film ?

Eh bien, il y avait beaucoup de scènes amusantes et touchantes, je dois être honnête, j’aime beaucoup les scènes plus douces où George montre ses émotions et peut utiliser des sons plus petits et non les gazouillis habituels. De plus, c’était formidable que George sorte de sa maison et de ses zones de confort pour prendre la mer, rencontrer de nouveaux amis et vivre de nouvelles aventures. J’ai aimé le petit phoque…

Vous avez fait tellement de voix d’animaux au fil des ans. Quand avez-vous réalisé pour la première fois que vous aviez ce don pour ressembler à des créatures à la fois réelles et fictives ?

Je suis content que tu l’aies atténué pour avoir un talent au lieu de l’aberration [laughs] mais tu sais que ça a commencé assez tôt. Je me souviens que chaque matin, quand j’étais très jeune, je laissais mon gruau refroidir en regardant par les portes-fenêtres et en regardant les moineaux manger et gazouiller en se délectant de la chapelure que ma mère leur avait donnée. J’étais à l’école de chant. À ce jour, je pense que je parle un « moineau » parfait et couramment.

Qu’est-ce que vous avez trouvé le plus gratifiant de travailler sur Curious George et les grandes leçons qu’il enseigne aux enfants ?

Comme dans la plupart des émissions pour moi personnellement, cela fonctionne avec les acteurs et l’équipe de production. Je fais ce travail depuis longtemps, mais chaque fois que j’entre dans un studio et que je vois tout ce qui se passe dans ces émissions de la part des showrunners, des assistants, des réalisateurs, des producteurs, des scénaristes et des ingénieurs et techniciens, c’est incroyable. Et bien sûr, mes amis, mes collègues acteurs qui rendent le travail vraiment amusant. Je suis vraiment émerveillé par les talents comme Jeff Bennett, Jim Cummings, Kath Soucie, et ainsi de suite. Tous ces gens se réunissent pour raconter une histoire animée. Parfois, vous oubliez qu’il y a quelqu’un qui regarde et écoute et apprécie ce que nous faisons.

George est un spectacle si doux. Je pense que pour les jeunes, c’est magique… ils voient un singe qui pense comme eux, s’attire des ennuis comme eux, se soucie et a des sentiments comme eux… et il est curieux. C’est ce que je pense que HA et Margaret Rey avaient l’intention de divertir tout en enseignant doucement… de voir George se lier d’amitié avec toutes sortes d’autres créatures pour découvrir la vie et voyager ensemble à la recherche de plaisir et d’aventure.

Vous avez joué un rôle dans l’enfance de familles à travers les générations. Un enfant peut vous connaître de Curious George, tandis que ses parents vous reconnaissent de Transformers ou Futurama. Qu’est-ce que ça fait d’être synonyme de toutes ces franchises bien-aimées ?

Deux choses me viennent tout de suite à l’esprit, j’ai de la chance et je suis vieux !

Cela a été une si belle balade. J’ai eu la chance de porter de nombreux chapeaux, de la comédie stand-up, de la télévision et des films à la fois voix et caméra, producteur / scénariste, puis de faire partie d’émissions et de franchises héritées comme celles que vous avez mentionnées, c’est incroyable. C’est amusant quand je vais au contre, on me demande de signer tellement de photos et de bandes dessinées et de figurines différentes… ça reste certainement intéressant. Je rencontre souvent trois générations et comme je l’ai déjà dit, je me sens vieille et chanceuse !

Vous avez contribué à plusieurs doublages de films du Studio Ghibli et même exprimé Totoro dans le doublage de Disney de Mon voisin Totoro. Qu’avez-vous le plus aimé dans le rôle de Totoro et cette performance ?

Wow, merci d’avoir posé des questions sur Totoro. Quel beau projet et personnage amusant à faire. J’ai connu Totoro grâce à un étudiant d’échange japonais qui était à l’université avec ma nièce. Elle parlait à peine anglais mais a essayé de me parler de cet artiste/réalisateur Hayao Miyazaki et de son travail. Elle est rentrée chez elle puis est revenue quelques années plus tard et bien avant que la version Disney ne soit longue, elle m’a fait découvrir ce monde merveilleux, beau et puissant. L’animation était époustouflante et je me souviens du lourd Totoro mais à ce jour je ne me souviens pas si dans la version japonaise il avait une voix ou un son.

Mais quand les gens de Disney m’ont demandé de jouer le rôle, j’étais à leur porte avant que la lumière ne s’éteigne. J’ai adoré la subtilité de cette douce créature géante de la forêt. Je me suis vraiment mis dedans et l’enregistrement a été fait contre l’image ADR, ce qui signifie que je regardais Totoro et que je ne faisais plus qu’un avec lui. Bon je sais ça sonne un peu « encens et thé » mais c’est vrai j’ai adoré me perdre dans la forêt et passer du temps avec Totoro. Maintenant, le Catbus, c’était plus typique des choses folles que je fais tout le temps… mais Totoro… c’était un esprit profond et vraiment joyeux.

★★★★★

A lire également