Fire of Love Avis critique du film & résumé du film (2022)

Actualités > Fire of Love Avis critique du film & résumé du film (2022)

Leur union a non seulement produit une mine d’images étonnantes qui peuvent être retravaillées à l’infini et utilisées à diverses fins, mais elle a donné à tout futur cinéaste qui voulait raconter son histoire une métaphore pratique de l’amour, de la passion, de l’obsession et de l’engagement. À partir des images d’ouverture des Kraffts conduisant une Jeep à travers la toundra enneigée et s’arrêtant pour décoller le véhicule d’une plaque de glace, nous obtenons scène après scène et plan après plan qui remplit sa propre fonction narrative tout en semblant servir également de métaphore ou symbole (même s’il ne l’est pas). Les films réalisés de cette manière peuvent être revus à l’infini, car ils ne mettent pas trop l’accent sur les diverses associations secondaires possibles, mais donnent plutôt au spectateur la possibilité de réfléchir, de fantasmer et d’établir ses propres liens.

Réalisé et co-écrit par Sara Dosa (« The Last Season », « The Edge of Democracy ») et raconté par la cinéaste-actrice-artiste Miranda July, « Fire of Love » fait partie d’une race de documentaires extrêmement rare qui est déterminée à être « cinéma total », non seulement en capturant les faits de ce qui est arrivé à ses sujets, mais en créant une esthétique entière – un ambiance-autour d’eux. Réalisé par Dosa et coupé par les monteurs Erin Casper et Jocelyne Chaput (qui ont déjà reçu un prix pour leur travail ici, et méritent plus), « Fire of Love » ne se contente pas de lancer une série d’images saisissantes recueillies par d’autres cinéastes sur l’écran, même si le résultat aurait toujours été fascinant même s’ils l’avaient été.

Au lieu de cela, ils ont fait quelque chose de paradoxalement sans prétention mais grandiose – un film avec une force vitale bouillonnante, fluide et volatile, convenant au sujet qui obsédait les Krafft. Comme « Apollo 11 », « Summer of Soul », « The Velvet Underground » et un éventail de prédécesseurs estimés (y compris les documentaires visuels et quasi expérimentaux de Godfrey Reggio), il s’agit d’un film de non-fiction qui pourrait être projeté sur un écran IMAX et commercialisé comme un spectacle. Cet écrivain l’a vu sur un ordinateur portable et en a été hypnotisé, mais aimerait le voir projeté sur un écran géant un jour.

★★★★★

A lire également