Fight the Power: Cyril Schäublin on Unrest | Interviews

Actualités > Fight the Power: Cyril Schäublin on Unrest | Interviews

L’approche cinématographique de Schäublin met en lumière des sujets souvent ignorés. Avec « Unrest », il déplace légèrement la caméra pour englober les expériences des femmes dans les espaces industriels. Mais il est rarement didactique de ses choix. Après avoir tissé des influences du théâtre, de la philosophie, de l’histoire et de la science dans une tapisserie complexe, il remet ensuite cette large toile au public pour en extraire ses propres pensées et interprétations. Pour Schäublin, cette intentionnalité allait de soi.

En réalisant « Unrest », Schäublin a encouragé son casting composé principalement de non-acteurs à éviter toute représentation trop théâtrale. De larges plans d’anarchistes collectant des fonds en dehors de leur lieu de travail ou se rassemblant pour échanger des photos de révolutionnaires célèbres encouragent le spectateur à trouver son propre chemin à travers le cadre, avec un dialogue naturaliste qui ne guide que légèrement nos yeux vers le sujet apparent d’une scène donnée. Le résultat est presque voyeuriste, donnant ironiquement l’impression que quelqu’un a réussi à installer des caméras vidéo dans les montagnes du Jura il y a 150 ans à notre profit. Pourtant, malgré cette apparence documentaire, « Unrest » est simultanément conscient de son parti pris inhérent en tant que film dramatique historique. Lorsque Schäublin applique son esthétique ouverte à ce problème, il enfile l’aiguille pour fournir une image plus complète de la période que celle que vous pourriez trouver dans un livre d’histoire sans moraliser ses idées.

« Unrest » est l’histoire d’une lutte entre le nationalisme et l’anarchisme, les patrons et les travailleurs. Il survient à une époque de bouleversements mondiaux, de tendances réactionnaires et de résurgence de la main-d’œuvre. Avant son apparition TIFF ’22, RogerEbert.com s’est assis avec Schäublin pour discuter de son style de cinéma influencé par l’entraide, de son affinité pour une expérience de public libéré et de l’influence des femmes de sa famille sur les histoires qu’il choisit de raconter.

Au-delà de son succès dans les festivals de cinéma, quel a été l’accueil réservé à « Unrest » été comme jusqu’à présent?

Bien bien. J’ai voyagé avec le film. J’ai eu de très bonnes conversations avec les gens, beaucoup de réactions différentes. J’ai un peu peur de le montrer à ma famille…

Ne l’ont-ils pas encore vu ?

Mon frère a. Mon frère est universitaire. Il a étudié l’anthropologie à Oxford. Il m’a beaucoup aidé pendant le film.

Votre frère était-il impliqué en tant que consultant ?

Il m’a aidé à organiser les informations que j’ai trouvées en parlant à ma famille, à tous les gens qui travaillent dans les usines horlogères, et il m’a donné de bons contacts. Je dirais que lui et le conseiller historique (Florian Eitel), qui a publié son travail de doctorat sur ce [Swiss] vallée dans la seconde moitié du 19ème siècle avec une approche microhistorique, a fait toutes les recherches. C’était très chanceux, car la plupart des livres que j’ai trouvés sur le mouvement anarchiste au 19ème siècle – pas seulement en Suisse [but] aussi partout ailleurs – ils semblaient se concentrer uniquement sur le mouvement anarchiste, sur les gens qui se qualifieraient d’anarchistes, et non sur l’environnement ou la façon dont il était juxtaposé à d’autres situations. Et je pense que c’est vraiment important. C’est ce qui est vraiment génial dans ce livre [Anarchistische Uhrmacher in der Schweiz] d’Eitel : il a essayé de voir la situation de cette ville. Il a été écrit en allemand et sera traduit en français en septembre.

★★★★★

A lire également