Fear Street Part Two: 1978 Avis critique du film (2021)

Actualités > Fear Street Part Two: 1978 Avis critique du film (2021)

L’horreur la plus profonde de ces films est d’être coincé dans une existence à laquelle vous ne pouvez pas échapper, dans laquelle tout le monde vous regarde de haut et qui vous fait vous détester vous-même et les autres – également connu dans « Fear Street » comme étant de Shadyside. « 1978 » met en avant ce dégoût de soi et se concentre sur des personnages avec encore plus d’angoisse que ceux que nous avons vus dans « 1994 », comme avec Ziggy (Sadie Sink). Elle est intimidée par d’autres campeurs et de jeunes citoyens arrogants de Sunnyvale, au point qu’ils l’appellent une sorcière après l’avoir traquée, battue et brûlée au bras. Cela ne fait qu’alimenter la colère de Ziggy envers le monde et elle-même, et la performance intense de Sink tire beaucoup de volume de cette note. Son intensité déchirante apporte plus tard des références à « Carrie » de Stephen King, qui ne sont pas inexactes. Mais vous ne voudriez pas suivre Carrie au camp d’été, et ce film vous rappelle pourquoi.

Ziggy ne reçoit aucune aide de sa sœur aînée et conseillère de camp Cindy (Emily Rudd) qui est essentiellement une traître parce qu’elle essaie désespérément de ressembler à une Sunnyvaler. Elle ne jure pas, est sexuellement apprivoisée avec son petit ami Tommy (McCabe Slye), et elle porte un polo blanc cher comme symbole de cette pureté. Ziggy la déteste pour cette fausseté, ce qui rend leur fraternité éloignée et encore plus tragique, tout comme l’ex-amie de Cindy, Alice (Ryan Simpkins), une autre Shadysider auto-détestée avec les cicatrices sur ses poignets pour le prouver. Alice s’amuse plus que Cindy au camp, et prendre des pilules et avoir des relations sexuelles avec son petit ami sur les terrains de camping sont une extension de son nihilisme. La querelle entre Cindy et Alice ne fait que s’intensifier lorsqu’elles sont ensuite coincées ensemble sous terre, enquêtant sur un labyrinthe de sorcières effrayant, mais les battements émotionnels sont à propos d’eux qui vont pour la tête des autres. Même si le film a de l’affection pour ces personnages et leurs défauts, il les utilise de manière contre-productive – êtes-vous déjà allé à une fête où les gens qui se crient dessus arrêtent la musique et détériorent toute l’ambiance ? « Fear Street Part Two : 1978 » est comme ça, pendant les parties qui tentent autrement d’attiser notre intrigue.

Comme « Fear Street Part One: 1994″, le script ici a tendance à parcourir plus d’histoires liées à Sarah Fier, la sorcière qui possède assez tôt le doux petit ami de Cindy, Johnny, et le transforme en un meurtrier renfrogné, implacable et armé d’une hache. Nous connaissons une bonne partie de ce genre de choses depuis les moments effrayants de « 1994 » et « 1978 » ne peuvent pas raviver le sens de la découverte en regardant les conseillers en apprendre davantage sur le scénario culte de leurs propres yeux. « 1978 » se sent freiné par les informations dont il a besoin pour montrer comment arrêter la malédiction de Sarah, pour justifier les corps qui se sont accumulés dans le processus.

★★★★★

A lire également