homepage_therescue_sg_043_e5f6ea1e-5990464-8861088-jpeg

Extreme Empathy: An Appreciation of the Films of Jimmy Chin and Elizabeth Chai Vasarhelyi

Actualités > Extreme Empathy: An Appreciation of the Films of Jimmy Chin and Elizabeth Chai Vasarhelyi

Chaque fois que je vois un documentaire sur un sport extrême ou un exploit sportif face au danger, je suis souvent déçu par son exploration humaine. Naturellement, dans ce genre de films, l’exploit est la caractéristique, nous permettant de participer à une expérience passionnante sans risque physique. Mais sans lien avec ceux qui accomplissent ces exploits, les enjeux émotionnels auxquels ils sont confrontés nous sont refusés, nous laissant à distance de l’importance de prendre soin d’eux. Ce n’est pas le cas avec le travail de Jimmy Chin et Elizabeth Chai Vasarhelyi, qui ne comptent jamais sur le sensationnel pour attirer les téléspectateurs. Dans leur dernière offre cinématographique « The Rescue », disponible sur Disney+ ce vendredi 3 décembree, non seulement ils fournissent une autre chronique captivante d’événements incroyables où la vie est en jeu, mais continuent également leurs comptes personnels avec ceux qui risquent leur vie et nous aident à comprendre pourquoi ils font ce qu’ils font.

Le film raconte les événements entourant le sauvetage de la grotte de Tham Luang à l’été 2018, lorsque 12 jeunes garçons et leur entraîneur ont été secourus dans le nord de la Thaïlande, dans le cadre d’un effort multinational. Le sauvetage a été supervisé par un couple de plongeurs récréatifs d’âge moyen dans des grottes profondes dont les exploits sont considérés comme si spécialisés et dangereux que même les plongeurs militaires locaux ont reculé devant leurs capacités. Entre les mains de Chin et Vasarhelyi, « The Rescue » est un film captivant avec un rythme adroit et une juxtaposition magistrale, malgré ses minuties montagneuses. Mais parmi ses nombreux aspects que j’admirais, j’ai surtout apprécié la façon dont il démythifiait le personnage de « casse-cou » qui est souvent utilisé par des aventuriers tels que les principaux protagonistes du film, John Volanthen et Rick Stanton.

Chercher cette définition, c’est rencontrer des balises blâmables telles que impétueux, téméraire et téméraire, comme si le mot était conçu plus comme un verdict que comme une description. J’avoue que j’ai eu du mal à trouver des mots pour décrire Rick Stanton, John Volanthen et bien d’autres qui ont été les sujets des films de Chin et Vasarhelyi, qui ne cherchent vraiment pas à perpétuer le mythe des extrêmes. En fait, lorsque « The Rescue » révèle que Volanthen était un grimpeur à temps partiel, j’étais tout sauf surpris.

Ici, je dois m’éloigner. J’ai commencé l’escalade il y a deux ans, quelques mois après avoir vu le film le plus célèbre de Chin et Vasarhelyi, « Free Solo », qui, mis à part ses distinctions, a peut-être à lui seul provoqué l’explosion d’intérêt pour la généralisation de l’escalade à l’échelle mondiale. Je n’avais jamais été bon en escalade à aucun moment de ma vie auparavant, mais j’avais subi une série de problèmes de santé, à la fois physiques et mentaux, qui m’ont incité à être plus en forme à 45 ans. De plus, c’était quelque chose que je pouvais faire avec ma fille , qui monte maintenant des hauteurs comme un poisson dans l’eau.

Malgré mon acrophobie (que j’ai toujours et que je sais ne partira jamais), j’ai commencé plus par curiosité qu’autre chose. J’ai commencé par l’escalade en corde supérieure, puis le bloc, et finalement (mais pas sans beaucoup d’hésitations) par l’escalade (sportive) en plomb. L’escalade sur corde m’a séduit par sa liberté de mouvement, me permettant de grimper haut sans avoir à craindre de tomber (en portant un baudrier). Le bloc m’a enivré avec sa résolution de problèmes et ses besoins en énergie sans avoir besoin que je grimpe trop haut. Cela m’aurait suffi à l’époque. Mais une fois que ma fille et notre cercle commun d’amis grimpeurs se sont lancés dans l’escalade, ils m’ont encouragé à le faire aussi. Je l’ai repoussé pendant de nombreux mois, mais j’ai découvert qu’après être allé si loin, pourquoi ne pas voir jusqu’où je pouvais aller ?

L’escalade n’est pas un simple passe-temps. Comme la plongée, cela implique un équipement spécial, un entraînement, un conditionnement et, par-dessus tout, une concentration. Pas seulement de vous-même, mais de votre partenaire « d’assurage » qui vous aide à ne pas toucher le sol en cas de chute. Contrairement à la corde supérieure où vous êtes essentiellement en sécurité au bout d’une poulie très haute, vous vous sécurisez vous-même en clipsant une série de dégaines au fur et à mesure que vous montez. Il faut des mois pour s’habituer à prendre des fouets (tomber sur de courtes distances d’un clip) pour s’acclimater et aider à surmonter la peur des chutes. Il faut aussi être entraîné à être à l’autre bout de la corde, à assurer son partenaire d’escalade pour s’assurer qu’il est en sécurité, ce qui est maintenant pour moi plus stressant que l’escalade.

Mais plus que cela, l’escalade en plomb a été la chose qui me rapproche le plus des arts martiaux ou de la danse. Comme une forme de taekwondo ou un kata de karaté, chaque prise (d’escalade) a un mouvement correspondant qui peut être parfaitement exécuté, une technique qui peut être appliquée. Chaque montée a son propre style. Avec les ascensions en extérieur, chaque surface (par exemple calcaire, granit) a son propre caractère. Lorsque vous commencez à devenir bon, les notes d’escalade (évaluations de difficulté) sont ce qui vous attire. Mais lorsque vous êtes accro, les notes n’ont plus de sens, car vous êtes toujours à la recherche de la montée parfaite.

La communauté des grimpeurs est l’un des groupes les plus discrets, systématiques et soucieux de la sécurité que vous puissiez trouver. Ils ne se font aucune illusion sur le caractère dangereux de leur récréation. Vous avez des partenaires d’escalade qui deviennent vos bons amis parce que vous vous êtes confié votre sécurité et votre vie sans jamais le reconnaître. C’est une foule amusante comme n’importe quelle activité de gym, mais implique des individus très disciplinés qui placent la sécurité avant tout le reste. Et après environ un an d’escalade, ce sport m’a donné le processus et le cadre mental que je n’avais jamais eu auparavant pour gérer ma santé physique et mentale. Cela m’a donné des outils mentaux que j’applique partout. Cela m’a donné de nombreuses leçons de vie sur l’humilité et la camaraderie, et cela m’a offert des amis de tous les horizons, pour la vie.

Cela dit, cela ne m’a pas choqué que l’un des plongeurs de « The Rescue » partage ce contexte, car quels que soient les adjectifs négatifs connotés par ses passe-temps radicaux, ils ne pourraient pas être plus éloignés de leur nature réelle. Qu’il s’agisse d’escalader des hauteurs vertigineuses ou de sonder des profondeurs insondables, la dernière chose que l’on pourrait appeler ces explorateurs sont des casse-cou. Comme Rick Stanton le mentionne lui-même dans le film, « Ce n’est pas parce qu’une activité est considérée comme dangereuse que cela veut dire que vous la faites d’une manière dangereuse. »

Le danger dans les films de Chin et Vasarhelyi n’est jamais gratuit. Les chocs, le gore et la mort ne sont jamais présentés pour des frissons ou des rires bon marché. Leurs corps de travail, à la fois individuellement et en tandem, transmettent un profond sentiment de responsabilité partagée pour les personnes qu’ils représentent et les histoires qu’ils partagent. Chin, ayant dirigé et participé à des expéditions d’alpinisme pour National Geographic sur chaque continent (et aidé à filmer plusieurs d’entre elles en même temps), connaît le pouvoir de l’imagerie, des détails et de la précision. Vasarhelyi, une documentariste primée qui a partagé des histoires humaines du Kosovo au Sénégal, apporte sa narration et son introspection au partenariat.

Leur puissant mélange cinématographique est devenu évident dans leur premier film ensemble, « Meru », qui racontait les tentatives perfides de certains alpinistes lors de la première ascension de la célèbre montagne himalayenne, y compris Chin. Les images de son équipe comprenaient la majeure partie du matériel du film, mais n’ont trouvé leur réalisation qu’après avoir rencontré (et finalement épousé) Vasarhelyi pendant la post-production. C’est Vasarhelyi qui a défini la structure du film, conduit son récit et a insisté pour que Chin, qui se considérait initialement comme un simple observateur, devienne une partie intégrante de l’histoire. L’équipe de l’expédition a été longuement réinterrogée, ainsi que les membres de leur famille. Selon Vasarhelyi, cela a été fait pour « mettre l’accent sur les enjeux physiques et émotionnels ».

Chin et Vasarhelyi ont créé un filigrane émotionnel tout au long de leurs films – une attention au processus, liée à la volonté de poser des questions difficiles à ceux qui se mettent en danger ou risquent d’y perdre. Dans « Free Solo », nous avons vu le grimpeur Alex Honnold et sa petite amie (maintenant épouse) Sanni McCandless remettre en question leurs propres enjeux existentiels. Beaucoup se souviendront sans aucun doute de la réalisation surhumaine singulière de ce film. Mais ce qui m’a le plus frappé dès mon tout premier visionnage, c’est son drame humain : dépeindre le malaise d’un jeune homme face à l’intimité face à son engagement envers la perfection face à la montagne de la mort.

Ceux qui ne connaissent pas les origines de « Free Solo » pourraient facilement conclure qu’il ne s’agissait que d’un autre film de cascades défiant la mort tirant profit des connexions d’escalade de Chin. Mais Chin et Vasarhelyi ont déclaré dans de nombreuses interviews que l’intention était toujours de filmer une histoire sur Honnold lui-même plus à cause de qui il était que des exploits qu’il pouvait accomplir. Cette appréciation des personnages significatifs s’exécutant dans des circonstances périlleuses reflète l’éthique de la filmographie actuelle de Chin et Vasarhelyi. Et c’est plus que bienvenu sur le marché des médias d’aujourd’hui où le danger est dispensable et un treize à la douzaine.

Chin et Vasarhelyi n’ont pas seulement fait des films sur le danger, mais des points culminants ; sur des vies atteignant un moment culminant, que l’on choisisse ou non. Roger Ebert a dit un jour après avoir vu « Crash » de David Cronenberg, « Je me suis retrouvé à souhaiter qu’un grand réalisateur prodigue ce genre d’amour et d’attention sur un film sur mes fétiches. » Je pense que je pourrais appeler l’escalade un de mes fétiches. Il m’est cher d’une manière que je n’aurais jamais imaginée avant de l’entreprendre. Je me considère chanceuse d’avoir trouvé cette passion que j’aime profondément à ce stade de ma vie. Et je suis plus que reconnaissant qu’il y ait des cinéastes comme Jimmy Chin et Elizabeth Chai Vasarhelyi qui soient prêts à donner à ces appels, et à leurs participants, le respect qu’ils méritent.

« The Rescue » commence à être diffusé sur Disney + le 3 décembree.

★★★★★

A lire également