Éric Bruneau sur le rôle d'un vrai tueur en série dans Dusk for a Hitman

Éric Bruneau sur le rôle d’un vrai tueur en série dans Dusk for a Hitman

Bien qu’il soit connu pour être un pays de paix et de politesse, le Canada a produit certains des tueurs en série les plus notoires que le monde ait jamais connu. Paul Bernardo, Karla Homolka, Clifford Olson et Robert Pickton sont quelques-uns qui me viennent à l’esprit, mais un tueur dont vous n’avez probablement pas entendu parler est le sujet du nouveau film de Raymond St-Jean, Dusk for a Hitman : Donald Lavoie. Actif tout au long des années 1970 et au début des années 1980, Lavoie était un tueur à gages autoproclamé basé à Montréal, au Québec, qui a assassiné au moins 15 personnes sous la direction du chef de la mafia Claude Dubois.

Dans une histoire tout droit sortie d’un film de gangsters, Lavoie (interprété à la perfection par l’acteur Éric Bruneau) apprend finalement que la confiance de Dubois en lui s’est détériorée, transformant le chasseur en chassé après que sa tête ait été mise à prix. Lavoie a cherché refuge dans les bras de la police et, en 1982, le tueur de sang-froid a accepté de se retourner contre son ancien patron, ce qui a conduit Claude Dubois à purger 25 ans de prison et à la désintégration de son fameux gang. Pour sa part, Lavoie n’a pratiquement pas purgé de peine et n’a jamais été reconnu coupable des 15 meurtres qu’il a reconnu avoir commis. Aujourd’hui octogénaire, il passe ses dernières années sous un nouveau nom et vit le reste de sa vie au Québec.

MovieWeb a récemment rencontré Éric Bruneau pour discuter de la façon dont il s’est préparé à jouer son rôle de tueur réel dans Dusk for a Hitman. Cela impliquait de parler à des personnes peu recommandables qui ne sont pas étrangères à une vie de crime.

Déchiffrer le code de Donald Lavoie

Crépuscule pour un tueur à gages

Date de sortie 10 mars 2023

Réalisateur Raymond St-Jean

Avec Éric Bruneau, Benoît Gouin, Rose-Marie Perreault, Sylvain Marcel, Simon Landry-Desy

Si certains acteurs qui incarnent une personne réelle ont la possibilité de parler à leur sujet et de connaître ses motivations, ce n’est pas le cas d’Éric Bruneau. Bien qu’il ait tenté de retrouver Lavoie afin d’en apprendre davantage sur l’homme qu’il incarnerait, ses efforts se sont avérés infructueux et Bruneau a plutôt pu parler à ceux qui étaient encore en vie et qui connaissaient Lavoie. Ce sont ces conversations, ainsi que celles avec les forces de l’ordre et des psychologues, qui ont éclairé ses choix d’acteur et lui ont permis de mieux comprendre l’homme qu’était réellement Lavoie.

« J’ai auditionné pour le rôle et puis la COVID est arrivée. J’ai donc eu un an et demi pour me préparer, et vraiment essayer de rencontrer les gens qui côtoyaient Donald », a expliqué Bruneau, « donc j’ai rencontré des policiers, des psychologues, des des gangsters de Montréal, alors j’essayais de déchiffrer le code pour découvrir comment je pourrais me connecter avec ce type qui était un tueur à gages. Il a continué:

« Mais je ne voulais pas jouer le tueur à gages au cœur froid, et plus je parlais avec les gens, plus je découvrais que tous ces gars s’automédicamentaient beaucoup… et consommaient beaucoup de cocaïne. , buvant beaucoup, fumant beaucoup. Et ils m’ont tous dit qu’ils vivaient toujours dans la peur, la peur d’être le prochain à être tué ou de commettre une erreur. Alors j’essayais de trouver un moyen de jouer avec la peur sans. être une épave nerveuse.

Connexes 17 films les plus cool avec des tueurs à gages et des assassins, classés Il y a quelque chose d’astucieux et d’intrigant chez le tueur à gages éthiquement ambivalent, qui rend les assassins tout à fait magnétiques dans l’histoire du cinéma.

La peur est quelque chose avec laquelle le public peut facilement s’identifier, et pour Bruneau, l’un des autres aspects du personnage de Lavoie qu’il voulait montrer était l’émotion improbable de l’amour. « C’est quelqu’un qui vient de la violence. Il s’est fait tabasser quand il était enfant, il a été abandonné par son père », raconte Bruneau. « Donc, il essayait toujours de trouver un autre père. Alors, quand il était avec Claude Dubois, c’était son nouveau père, et quand ils ont essayé de le tuer, il a trouvé un lien avec McGinnis, le policier. C’est pourquoi il est devenu un tel bon informateur. »

« C’était donc ça… essayer d’obtenir l’amour. Quand vous travaillez avec ce genre de personnage, vous devez trouver un lien avec le public, et tout le monde a besoin d’amour. Tout le monde a besoin d’approbation. C’est donc comme ça que j’ai joué Donald. plutôt. »

Exploiter les émotions d’un narcissique

En 1983, Donald Lavoie est apparu à l’émission d’information canadienne The Fifth Estate pour l’une de ses seules entrevues devant la caméra dans laquelle il pouvait ou non avoir été sous l’influence de drogues. Capter les émotions d’un individu aussi complexe était un peu un défi pour Bruneau, car le public n’a jamais vraiment vu le vrai Donald Lavoie. En fin de compte, l’acteur pense qu’il était motivé par trois choses : le pouvoir, l’ego et l’argent, mais dit que ce n’est pas son travail de juger qui que ce soit.

« Il est intéressant, parce qu’il est si complexe. Donc on ne sait jamais vraiment pourquoi il a fait ça. Mais je pense qu’il l’a fait pour le pouvoir, pour l’ego et pour l’argent, et puis il a réalisé qu’il était piégé. Mais c’est un gars vraiment intelligent. , vous savez, il est toujours en vie, et il aurait dû mourir cinq fois. Mais il a toujours été capable de naviguer dans le monde d’une manière si intelligente, j’essayais de ne pas le juger.

Connexes 20 thrillers policiers récents que vous avez probablement manqués Il existe de nombreux thrillers policiers passionnants des dernières années qui valent le détour, tels que Holy Spider et Emily the Criminal.

Certains qui ont regardé l’interview de Lavoie sur The Fifth Estate croient que Lavoie était effectivement sous l’influence de quelque chose à ce moment-là, ce qui rend difficile la distinction entre la réalité et la fiction. Bruneau s’est appuyé sur son propre instinct pour construire le personnage de Lavoie dans le film, ainsi que sur la mise en scène de Raymond St-Jean.

« C’est un narcissique, c’est sûr. Et je pense que dans l’interview dont vous parlez, je pense qu’il était sous drogue. Donc nous ne le savons pas vraiment, parce que j’ai regardé ces cassettes avec des policiers et des psychologues et tout le monde disait : « Ouais, il n’est pas lui-même. » Donc vous ne pouvez pas considérer cela comme un vrai gars. J’ai dû le créer et construire un personnage avec les autres acteurs et le réalisateur. »

Trouver les profondeurs d’un personnage réel

Éric Bruneau n’est pas étranger à jouer des personnages réels. L’acteur est apparu dans le film Goalie dans le rôle du célèbre joueur de hockey canadien Marcel Pronovost et incarnera le cousin de Leonard Cohen dans la prochaine série So Long, Marianne. Avec un personnage énigmatique comme Donald Lavoie où les frontières entre réalité et fiction sont très floues, Bruneau ne s’est pas tellement appuyé sur les manières et les schémas de discours, mais a plutôt fait ce qui figurait déjà dans le scénario écrit par Martin Girard et Raymond. St-Jean.

« J’ai eu de la chance parce que Donald [Lavoie] ce n’est pas comme si je jouais Donald Trump ou Justin Trudeau, un personnage très connu. J’avais donc une certaine marge pour pouvoir créer un personnage, car lorsque vous faites des biopics, vous devez alors marcher, parler et faire tout ce que le public sait du personnage. Je pense que c’est plus difficile. Mais pour moi, la profondeur du personnage résidait dans l’histoire elle-même. C’est pour cela que j’ai vraiment apprécié. »

Dusk for a Hitman a été présenté en première au festival du film Rendez-vous Québec Cinéma en 2023 et est sorti au Canada le 10 mars de la même année. Vous pourrez assister à la prestation époustouflante d’Éric Bruneau lorsque le film sortira sur les plateformes de VOD aux États-Unis le 19 avril 2024, gracieuseté de Saban Films.

Publications similaires