Doctor Strange in the Multiverse of Madness Avis critique du film (2022)

Actualités > Doctor Strange in the Multiverse of Madness Avis critique du film (2022)

Les spoilers seront très légers. Ne vous inquiétez pas.

Le Dr Stephen Strange assiste au mariage de son amour non partagé Christine Palmer (Rachel McAdams) lorsque le chaos éclate dans la rue à l’extérieur (et le fait que le nom de Michael Stuhlbarg figure sur l’affiche de sa première scène de film lors du mariage donne l’impression un coup d’agent). Une énorme créature ressemblant à une pieuvre poursuit une fille nommée America Chavez (Xochitl Gomez) à travers les dimensions, provoquant le chaos en cours de route. Strange et Wong (Benedict Wong) entrent en action pour sauver la jeune fille et apprennent que l’Amérique est recherchée pour sa capacité à traverser des univers alternatifs, bien qu’elle ne puisse pas vraiment contrôler quand elle le fait. Strange soupçonne que la sorcellerie pourrait être impliquée, ce qui l’amène à demander conseil à Wanda (Elizabeth Olsen), qui est encore sous le choc de la perte de ses enfants à la fin de l’émission Disney+ et sous le charme du diabolique Darkhold, un livre des mauvais sorts que les fans de Raimi remarqueront probablement ressemble beaucoup au Necronomicon. Wanda est prête à faire tout ce qu’il faut pour vivre dans l’univers où elle a encore ses enfants (bien que le nom de Vision ne soit étrangement jamais prononcé), ce qui déchaîne le chaos pour Strange, Wong et l’Amérique qui implique Mordo (Chiwetel Ejiofor), quelques classiques personnages, et, bien, quelques nouveaux visages avec des noms familiers.

Il y a une séquence relativement tôt dans « Multiverse of Madness » dans laquelle Strange et America volent à travers des univers alternatifs, dont un qui semble animé et un où leurs corps sont faits de peinture. Je me suis excité. J’ai pensé qu’après ce qui ressemblait à une configuration interminable, Raimi et sa société étaient sur le point de faire exploser la machine à formules Marvel et de faire un film d’action en direct qui ressemblait à « Spider-Man: Into the Spider-Verse ». Imagine ça. Un artiste visuel comme Raimi avec un budget MCU moderne et une totale liberté de création.

Vous devrez l’imaginer car ce film ne s’intéresse pas à ce genre de potentiel. « Multiverse of Madness » est un film qui repousse constamment ses propres possibilités. Il y a une intrigue qui aurait pu surprendre de manière créative les téléspectateurs encore et encore avec de nouvelles variations sur le concept même d’un monde avec des héros et un réalisateur prêt à y aller. Mais c’est très clairement le produit d’une machine à contenu, luttant contre ses propres intérêts parce qu’elle a peur de s’aliéner l’un des millions de téléspectateurs potentiels. Le sentiment que ces films ne feignent de s’intéresser qu’à être « étranges » alors qu’ils sont à peu près aussi normaux que possible les rend d’autant plus frustrants. « WandaVision » et « Loki » ont tous deux pris des risques plus créatifs. Significativement.

★★★★★

A lire également