Diving Deep: Shahad Ameen on the Feminist Folkore of Her Directorial Debut, Scales

Actualités > Diving Deep: Shahad Ameen on the Feminist Folkore of Her Directorial Debut, Scales

Dans le monde dystopique de « Scales », le corps d’une femme n’est pas le sien.

Au lieu de cela, c’est simplement un récipient sacrificiel pour servir les objectifs des chefs masculins du village. Ici, c’est la tradition que chaque famille doit sacrifier une fille aux filles de la mer, des créatures ressemblant à des sirènes, afin qu’elles puissent continuer à pêcher. Cependant, ces hommes ne se contentent pas de pêcher du poisson ; ils chassent les jeunes filles de la mer qu’ils vénèrent. Pris dans ce cercle vicieux se trouve Hayat (Basima Hajjar) dont le père l’a sauvée du sacrifice. En conséquence, elle est rejetée par son village et son corps n’est jamais le sien. Au lieu de cela, elle est considérée simplement comme une malédiction ambulante plutôt que comme un être humain. Alors que des écailles commencent à apparaître sur ses pieds, Hayat commence un voyage pour comprendre qui elle est vraiment et comment elle peut enfin retrouver son autonomie corporelle.

Marquant le premier long métrage de la scénariste/réalisatrice Shahad Ameen, « Scales » mêle la légende de la sirène au folklore arabe pour raconter une histoire qui reflète sa propre enfance en Arabie saoudite. Utilisant un réalisme magique, une palette monochromatique austère et des dialogues clairsemés, « Scales » est plus qu’une autre histoire d’une fille qui fait pousser une queue. C’est l’histoire d’une jeune femme qui se bat avec elle-même pour savoir qui ou ce qu’elle est censée être.

Ameen a parlé à RogerEbert.com sur le pouvoir de la sirène, renversant les tropes fantastiques typiques, travaillant avec de jeunes talents, et plus encore.

Quelle a été votre inspiration pour « Scales » ? D’où vient cette histoire ?

Je travaille donc sur « Scales » depuis de nombreuses années maintenant, mais pas seulement sur « Scales », car j’avais déjà fait un court métrage, également dans le monde des sirènes. L’idée m’est donc venue il y a des années. Vraiment, j’écrivais juste dans ces journaux intimes et je me disais, « C’est quoi les sirènes ? » Puis je suis allé faire quelques recherches, puis j’ai pensé à utiliser l’idée d’une sirène pour symboliser les femmes arabes qui sont choisies, les femmes qui sont choisies pour être libres et pourtant isolées.

A partir de là, l’histoire est née, et j’ai écrit le court métrage où une jeune fille regarde son père pêcher, lui rapportant ces belles perles noires, et elle ne sait pas d’où elles viennent. Un jour, elle le suit avec ses copains pêcheurs et elle le voit arracher la perle de la sirène, et elle le voit couper la sirène en deux. Elle le voit faire quelque chose d’aussi horrible à une créature qui lui ressemble exactement, et cela change toute sa perception de son père.

L’idée du long métrage est venue parce que j’ai senti que dans le court métrage, il y avait cette occasion manquée de raconter une histoire de Hayat et de son voyage avec elle-même. Je voulais utiliser son corps et les changements qui se produisent avec son corps comme métaphore. Je voulais qu’elle soit l’ennemie d’elle-même plutôt que le père. C’est l’histoire d’une fille trouvant la paix avec un corps qu’ils, la société, lui ont dit était interdit, et la société lui avait beaucoup appris à ce sujet qui est faux. Elle doit désapprendre ce qu’ils lui ont appris pour comprendre qui elle est.

Le film a été tourné en couleur puis, en post-production, a été changé en noir et blanc. Pouvez-vous m’en dire plus sur cette décision et pourquoi vous avez finalement décidé d’avoir ce film monochrome plutôt qu’en couleur ?

Eh bien, l’une des principales raisons est que les couleurs ne nous donnaient pas la qualité intemporelle que nous voulons. Lorsque nous sommes passés au noir et blanc, cela nous a vraiment donné une qualité intemporelle. Pour moi personnellement, j’ai beaucoup aimé que cela mette en évidence le contraste entre les hommes et les femmes, entre la terre ferme et l’eau. Le monde entier a vraiment été élevé beaucoup plus profondément dans le noir et blanc.

Basima Hajjar, la jeune fille qui joue Hayat, est tellement incroyable. Comment était-ce de travailler avec elle pour sortir cette très bonne performance sans utiliser beaucoup de dialogue?

Alors j’ai connu [Basima] depuis qu’elle a six ans. Elle a joué dans mon court métrage « Leila’s Window » et je suis tombé amoureux d’elle. Donc, quand nous sommes entrés en production pour « Scales », quand j’ai écrit « Scales », c’était évidemment pour elle. Et donc il n’y a pas eu de casting ou quoi que ce soit. Dès le début, ça allait être Basima. Elle et moi avons une relation si proche et j’ai l’impression qu’elle me ressemble parfois. Je suis également très proche de ses parents, ce qui a rendu tout plus facile pour nous deux de nous faire confiance.

Mais avec Basima, elle est tellement naturelle. Je veux dire, l’une des choses qui me frustre le plus, c’est quand les gens agissent, et Basima n’agit pas, elle habite simplement la situation. Elle se souvient d’une situation de sa propre vie, et à partir de là, elle a l’énergie pour jouer Hayat. C’était l’attraction principale de travailler avec Basima. Elle était tellement inquiète à propos de la scène de pleurs depuis le début pendant deux mois avant le tournage. Basima, dans la vraie vie, est une fille si forte et elle n’aime pas montrer sa vulnérabilité. Donc, pour elle, pleurer devant les gens, ce n’est pas quelque chose qu’elle fait.

Nous avons donc fait venir cet entraîneur d’acteurs, et il a dit : « Ne vous inquiétez pas. Je vais la briser. » Il est venu et il a entraîné non seulement elle, mais certaines des autres filles. Il a joué à ce jeu avec eux, pour te faire pleurer. C’est un jeu horrible, je sais. Il a fait le jeu [with Basima], et elle vient de refuser [to cry], comme catégoriquement refusé. L’entraîneur par intérim craignait qu’elle ne puisse pas le faire. Puis juste un jour avant le tournage, Basima et moi sommes allés nous promener. J’ai dit : « Je vous fais confiance. Toute l’équipe vous fait confiance. Vous devez faire ressortir la performance. »

Nous sommes allés sur le plateau et tout le monde était tellement inquiet. C’était juste moi et [the cinematographer] et elle sur le plateau. On a commencé à rouler, et elle fait juste semblant de pleurer. J’ai crié : « Basima, je t’ai fait confiance. » Dès que j’ai dit ça, elle s’est mise à pleurer.

Juste après avoir fait cette scène, elle est devenue une personne différente. Elle était tellement fière d’elle même. Elle se sentait en contrôle de ses émotions. Elle peut pleurer quand elle veut. Elle peut être heureuse quand elle le veut. Ce que j’aime le plus dans cette histoire, c’est que vous pouvez le voir dans sa performance. Vous pouvez voir que du début à la fin, comment elle est devenue tellement plus sûre d’elle. Il se trouve que nous avons fait la scène, et littéralement sa performance a radicalement changé. Elle a estimé qu’elle est maintenant une actrice professionnelle.

La sirène est, surtout dans l’horreur, si souvent à propos d’une jeune femme qui change. Mais ici, les enjeux sont plus importants avec sa transformation. Alors pourquoi avoir choisi les sirènes ? Qu’en est-il de cette créature qui vous a vraiment marqué au point que vous vouliez écrire plusieurs films à son sujet ?

Avant de parler des sirènes, je suis un grand fan du genre fantastique et un grand fan de tout ce qui a du réalisme magique ou de la fantaisie. L’une des choses qui me frustre dans le genre fantastique, c’est qu’il est tellement prévisible. Je sais où ça va, je connais les étapes, et je sais ce que le héros va traverser. C’est ce que je ne voulais pas. Je voulais remettre en question ce que je peux faire visuellement sans dialogue dans un tel genre. Quant aux sirènes, vraiment, je n’aurais jamais pensé écrire un film sur les sirènes, pour être honnête. Mais le symbolisme était si grand pour moi qu’il était très difficile de ne pas explorer l’histoire.

Je voulais vraiment raconter l’histoire d’une fille dont le propre corps se rebelle contre elle. Je n’aime pas être évident sur les choses, et je voulais que ce soit très brut en même temps, très personnel par rapport à mon expérience. Il n’y avait pas d’autre moyen de le faire, sauf à travers ce genre et à travers les changements symboliques qui se produisent dans le corps de Hayat. Je suis l’une des filles que l’on appelait garçon manqué et toutes ces choses. Donc, l’essentiel est que vous ayez ce problème avec vous-même et que vous vous disiez : « Ai-je tort ? Est-ce qu’ils ont raison ? Je voulais que ce soit dans l’histoire de Hayat. Je voulais qu’elle rejette ce corps, rejette ce pouvoir qu’elle a comme si elle ne l’avait pas, jusqu’à ce qu’elle doive traverser un voyage où elle comprenne qu’elle appartient vraiment à l’eau et qu’elle peut vraiment y trouver sa liberté .

C’était une dynamique vraiment fascinante dans ce film, d’avoir à sacrifier, mais ensuite les sacrifices sont mangés. Je voulais en savoir plus sur cette dynamique que vous avez créée entre le village et les filles de la mer, et d’où cela vous est-il venu en écrivant ce genre de perspective vraiment unique sur la sirène ?

Chaque fois que je pensais à l’histoire, j’essayais toujours de ramener des expériences de ma propre vie, aussi folle que cela puisse paraître. Mais j’aime évoquer les valeurs et les sentiments de ma propre vie. Je me souviens des histoires que nous avons entendues étant enfants. Quand je construisais le monde, je me suis souvenu d’une histoire qui résonnait en moi. Nous avons étudié la religion à l’école et il y a un verset dans le Coran sur la fille qui a été enterrée vivante. Dans l’Arabie préislamique, les familles enterraient les filles vivantes par honte, par crainte qu’elles vieillissent et leur fassent honte, ou qu’elles n’ont pas d’argent pour les élever. Alors ils les ont enterrés vivants. C’est à partir de là que l’histoire [for “Scales”] venu. J’ai toujours pensé que, oui physiquement, c’est comme si nous avions arrêté d’enterrer des filles vivantes, mais émotionnellement et figurativement, nous ne l’avons vraiment pas fait.

Chaque fois que vous vous sentez rejeté de la société, votre premier réflexe est de vous demander : « Pourquoi et comment puis-je être accepté au sein de cette société ? », sans jamais penser qu’ils pourraient avoir tort. Donc la pensée immédiate est que vous avez tort, et c’est ce que traverse Hayat. Elle continue de rejeter qui elle est jusqu’à ce qu’elle désapprenne ce que la société lui a appris, sur elle-même et son corps, pour trouver et comprendre son pouvoir.

« Scales » joue maintenant dans certains cinémas.

★★★★★

A lire également