Le visage de Cruella
|

Cruella Avis critique du film & résumé du film (2021)

Actualités > Cruella Avis critique du film & résumé du film (2021)

C’est vraiment décevant, parce que, comme beaucoup de films qui s’intéressent à la question : « comment cette personne est-elle devenue le personnage que nous connaissons déjà? », Cruella est rempli de situations, de décors et de moments de caractérisation et de performance qui suggèrent qu’il avait tout ce qu’il fallait pour se tenir debout sur ses deux pieds chaussés de talons hauts, sans les garde-fous de la propriété intellectuelle appartenant au plus grand conglomérat de divertissement du monde a jamais vu.

Sur le personnage de Cruella

Le désir légitime d’Estella (Emma Stone) de punir une mauvaise personne, par exemple, est étroitement lié à sa volonté de réussir en affaires, une touche de complexité psychologique que le scénario ne souhaite pas déballer car il a déjà les mains pleines en essayant de faire d’Estella un personnage convaincant.

Sa transformation en Cruella De Vil prend de moins en moins sens à mesure que vous en apprenez davantage sur le personnage. Les gens dans la vraie vie font souvent de bonnes choses pour de mauvaises raisons et vice versa, ou utilisent leur traumatisme comme excuse pour s’abaisser au niveau de la personne qu’ils ont décidé de prendre pour modèle. Parce que le film ne peut pas, ou ne veut pas, traiter le matériau qui se trouve juste devant lui, il semble vouloir être reconnu pour une sophistication qu’il ne possède pas.

La cinématographie de Cruella

Il est indéniable que « Cruella » est élégant et possède une belle cinématographie, avec un côté méchant qui est inhabituel pour Disney. Mais c’est aussi épuisant à regarder, désorganisé et terriblement inerte, compte tenu à quel point le film travaille dur pour passer pour un divertissement passionnant et effronté. Quarante minutes ont déjà passé que l’intrigue principale n’a pas encore commencé !

Sans le travail de caméra acrobatique, les performances principales par Emma Stone et Emma Thompson et le défilé des costumes époustouflants de Jenny Beavan – quatre-vingts KO en 142 minutes, sans compter les tenues inspirées de l’époque du film pour les figurants – Le film serait un tas d’images cassées et absurdes, dont la faillite scénaristique et esthétique pourrait être comparable à celles de Star Wars: The Rise of Skywalker et du premier Suicide Squad.

Cruella est-elle vraiment le bon choix d’une héroïne ?

Plus vexant encore est la réticence du film à admettre le fait que – comme l’un des nombreux indices musicaux au cours du film nous l’assurent – La production avait en tête de jouer la carte de la « Sympathy for the Devil« . Elle n’est pas vraiment le diable – pas même de loin, comme le scénario ne cesse de nous le dire – mais c’est une personne horrible à bien des égards, et le réalisateur s’attend à ce que nous l’adorions, en dépit de cela, simplement parce que le personnage de la baronne est bien pire.

L’acte final du film et son impact

Le film atteint un sommet vertigineux dans son acte final lorsqu’il devient un concours de volontés. Emma Thompson en particulier atteint une stature caricaturale, elle devient une super-vilaine, armée d’aiguilles et d’outils de haute couture. Chaque inclinaison de tête, ricanement et regard de travers est une attaque cinglante et efficace contre les ennemis et les subalternes de la baronne.

L’effet est similaire à ce que Cate Blanchett a réalisé dans Thor: Ragnarok, un autre film où les costumes donnaient pratiquement leurs propres performances, et les acteurs les plus talentueux de la distribution savaient comment fusionner avec eux.

Conclusion : Faut-il voir Cruella ?

Malgré les performances réjouissantes des deux actrices principales et le cadre fascinant qui met en valeur des costumes éblouissants et le monde de la haute couture, cette production Disney reste un film bien creux et sans grand intérêt une fois que l’on a eu vite fait de gratter le vernis à paillette qui enrobe les premières images.

★★★★★

A lire également