Critique « Le candidat mandchou » – Laurence Harvey (Été sous les étoiles #11)

Actualités > Critique « Le candidat mandchou » – Laurence Harvey (Été sous les étoiles #11)

Pensées sur Laurence :

Je n’avais en fait jamais entendu parler de lui avant de regarder ce film, malgré le fait qu’il était assez populaire et qu’il est apparu dans de nombreux films emblématiques. Peut-être que maintenant je vais regarder certains de ses autres travaux, car je n’ai pas été impressionné par lui dans ce film.

Horaire des films TCM :

  • Le roi Richard et les croisés
  • Les bons partent en premier
  • La vie au sommet
  • Deux amours
  • Le monde merveilleux des frères Grimm
  • L’indignation
  • L’homme qui court
  • Le candidat mandchou
  • Marchez du côté sauvage
  • Chambre au sommet
  • De la servitude humaine
  • Veille de nuit

Critique cinématographique:

Un peloton de soldats américains subit un lavage de cerveau par les gouvernements chinois et russe. Une fois rentrés chez eux, les hommes sont en proie à des cauchemars et l’un d’eux, le major Bennett Marco (Frank Sinatra) tente d’aller au fond des choses.

C’est un film très étrange pour moi. J’ai vraiment aimé les 30 premières minutes et les 15 dernières environ, mais tout le reste est un gâchis confus. Cela semble être une critique de l’ère McCarthy et de la Red Scare, mais place toujours les États-Unis comme les « bons » et vilipende les pays communistes.

Le traitement des personnages asiatiques dans ce film est horrible. Tout d’abord, ils ont choisi un homme blanc et un homme égyptien pour jouer respectivement un homme coréen et chinois, et ils sont des antagonistes dans l’histoire.

C’est aussi très misogyne, plaçant les femmes comme des méchantes ou des servantes consentantes des hommes. Angela Lansbury est une reine, je l’aime, mais je ne sais pas non plus pourquoi elle a été si typée en tant que mère raciste et incestueuse ?? Elle n’avait que trois ans de plus que Laurence Harvey et joue sa mère, mais il a l’air plus âgé qu’elle.

Les autres femmes, jouées par Janet Leigh et Leslie Parrish, ne servent pas vraiment d’autre but à l’intrigue que d’être des régals pour les yeux. Le personnage de Leigh aurait pu être vraiment intéressant. Honnêtement, je pensais qu’elle était une espionne, mais ils ne sont pas vraiment allés nulle part avec sa relation avec le personnage de Sinatra. Ce qui, je pense, était une mauvaise décision, car cela aurait pu expliquer certains de ses comportements étranges.

Au début, le film semble adopter une position assez dure envers le gouvernement et l’armée des États-Unis, ce que j’ai trouvé courageux. Mais ensuite, il est revenu à mettre les États-Unis comme les héros ou une partie involontaire de l’histoire. Les éléments d’une critique réellement progressiste sont là, mais elle décide plutôt de n’être qu’un autre morceau de propagande pro-américain et anticommuniste.

Je dirai que les performances sont plutôt bonnes, j’ai toujours eu un faible pour Frank Sinatra et il est génial ici. Lansbury est aussi super effrayante et diabolique, même si je n’ai pas aimé la façon dont son personnage était encadré.

Laurence Harvey était le maillon le plus faible, ce qui me gênait puisqu’il était le personnage principal. Environ un tiers du chemin, il est soudainement devenu britannique sans raison apparente et cela n’a jamais été abordé dans le film. Il adopte également une approche plus dramatique et théâtrale de sa performance, qui ne se sentait pas à sa place par rapport aux interprètes plus complexes.

La cinématographie du film est unique et contribue à créer la tension et le malaise. La séquence de lavage de cerveau (que j’ai liée ci-dessous) a des choix techniques de montage et créatifs incroyables. Cependant, des scènes entières étaient extrêmement floues, ce qui était gênant et m’a fait sortir du film. Mais sinon ça avait l’air super.

En ce qui concerne l’intrigue, je suis resté très confus. Les choses ont continué à se produire sans raison, certains éléments sont restés inexpliqués et la logique de beaucoup d’entre eux (principalement le fonctionnement du lavage de cerveau) n’avait guère de sens.

La principale chose avec laquelle j’ai lutté était : pourquoi laisseraient-ils les autres soldats du peloton en vie ? Ne sauraient-ils pas que les effets du lavage de cerveau commenceraient à s’estomper ? Pourquoi ne les ont-ils pas transformés en assassins eux aussi ? Et pourquoi ont-ils négligé de vraiment garder une trace du personnage de Harvey après qu’il a été libéré de leur contrôle ?

L’intrigue était maintenue par de nombreux fils lâches qui ne représentaient finalement pas grand-chose. Il y avait beaucoup de potentiel pour un commentaire réel sur le gouvernement des États-Unis et son approche/réponse au maccarthysme et au communisme. En fin de compte, il ne semblait pas vraiment comprendre ce que cela voulait dire, me laissant en tant que spectateur également très incertain.

Je qualifierais difficilement cela de thriller, car l’intrigue s’éternise pendant la majorité de la section médiane. Le début est intéressant et établit une histoire unique, et la fin au Madison Square Garden était tendue et bien gérée. Mais le mystère et le drame ont été drainés par le mauvais rythme et les points de l’intrigue déroutants.

C’est surtout décevant à cause de sa qualité, mais cela semblait juste prendre la solution de facilité au lieu de présenter quelque chose de controversé.

Superlatifs :

  • Scène préférée : Le lavage de cerveau
  • Personnage préféré : Mme Iselin
  • Citation préférée : « Ce n’est pas que Raymond Shaw soit difficile à aimer. Il est IMPOSSIBLE d’aimer ! »
  • Performance de Harvey : Il se sentait extrêmement mal choisi et son approche du personnage ne semblait pas correcte. Il a joué le personnage principal, mais il ne pouvait pas porter le film. Je donnerais à sa performance un 1/5.
  • Est-ce que je recommanderais? Non, c’est un peu un frein. Je n’ai pas vu le remake, mais il pourrait mieux traiter les sujets?

Note globale :

⭐⭐

Note : 2 sur 5.

★★★★★

A lire également