Clara Sola Avis critique du film & résumé du film (2022)

Actualités > Clara Sola Avis critique du film & résumé du film (2022)

« Clara Sola », du premier au dernier plan, reste très proche du point de vue de Clara. La conscience de Clara est connectée au monde naturel, et ses animaux, sa verdure et ses insectes constituent ses relations primaires et les plus importantes. La directrice de la photographie Sophie Winqvist rend cela explicite de toutes sortes de manières, la nature comme une entité vivante et respirante, mais particulièrement dans une séquence extraordinaire où Clara s’échappe la nuit des confins étouffants de sa maison et s’allonge au pied d’un gigantesque arbre tordu, le bleu et des ombres noires la rendant indiscernable de la nuit qui l’entourait, entourée d’un essaim de lucioles vertes, clignotant langoureusement à travers le bleu. C’est un moment puissant, riche du symbolisme de la sexualité submergée de Clara, désireuse d’exploser, mais ne s’autorisant que par petites portions, aussi minuscules que ces lucioles.

Clara est une création originale, et cela est principalement dû aux performances physiques terrestres d’Araya. Araya n’avait jamais fait de film auparavant (extraordinaire, vu le résultat), mais elle est danseuse, et elle aborde le rôle essentiellement de manière physique. C’est à travers le corps que se raconte la réalité de Clara. Mesén voulait choisir une danseuse et envisageait initialement Clara comme une femme plus jeune, mais Araya était si captivante qu’il n’y avait pas d’autre choix. Le handicap de Clara affecte tous ses mouvements : sa marche est robuste et pourtant étrangement s’arrêtant à des points, ses pieds se déplient sur les côtés pour compenser, ses jambes bougent pour s’adapter à la colonne vertébrale. Les formes de son corps sont parfois archétypales, doigts agrippants et bras levés, etc., et pourtant Araya est toujours ancrée dans la réalité. Elle montre la forte volonté à l’intérieur de cette femme intimidée et dominée. Une fois qu’elle commence à ressentir son propre pouvoir, une fois qu’elle commence à comprendre que la rébellion est possible, elle ne peut plus s’arrêter. (Vous pouvez sentir l’influence de « Carrie » sur « Clara Sola », en particulier avec ses thèmes de matriarcat toxique et la terreur de la maturité sexuelle.) Araya est captivante et sauvage, surtout dans les moments où elle commence à se libérer de son conditionnement. .

Le sens que Clara a d’elle-même apparaît clairement à travers ses conversations avec Santiago, qui n’a probablement aucune idée (du moins au début) de ce qu’il libère en elle. Il y a un moment fascinant où il lui demande comment c’était de voir la Vierge Marie. Clara n’a aucun attachement à ce récit. Ce récit a été inventé par sa mère pour faire face à la honte d’avoir une fille handicapée. Transformez-la en un être mystique magique, ne lui permettez pas de subir une chirurgie corrective, Dieu nous bénira alors. Clara dit à Santiago en réponse à sa question : « Je peux faire ce que j’ai envie. » C’est une déclaration surprenante. Elle a l’air fière, têtue, sûre d’elle. Clara a des mondes en elle, de vastes espaces où personne ne peut l’atteindre, où elle est libre. Une femme qui dit « Je peux faire ce que je veux » est menaçante quel que soit le contexte, mais surtout dans celui-ci.

Il s’agit du premier long métrage de Mesén, et c’est un travail puissant et intuitif. Travaillant avec des acteurs pour la plupart non professionnels, elle a créé un espace chargé de répression et de chagrin où Clara – une femme qui parle très peu – peut nous faire savoir à quoi ressemble la vie pour elle, ce qu’elle voit, ressent et veut.

Joue maintenant dans des salles limitées.

★★★★★

A lire également