Chicago Underground Film Festival Goes Virtual and to the Drive-In in 27th Year | Festivals & Awards

Actualités > Chicago Underground Film Festival Goes Virtual and to the Drive-In in 27th Year | Festivals & Awards

Le festival aura des projections en personne les 12 et 13 novembre, au ChiTown Drive-In situé au 7000 S. Harlem Ave, à Bridgeview, IL.

Pour plus d'informations sur le Chicago Underground Film Festival virtuel et en personne de cette année, cliquez ici. Le communiqué de presse est ci-dessous:

"Ombres de papier"

Les faits saillants de CUFF 27 comprennent le film d'ouverture GHOST OF THE GOLDEN GROVES (virtuel; long métrage narratif) dans lequel un enquêteur urbain représentant les machines et l'industrialisation, visite une forêt pour aménager des routes, rencontrant une mort subite; FLANNERY (film d'ouverture Drive-In; long métrage documentaire), le portrait d'Elizabeth Coffman, basé à Chicago, de l'auteur aux multiples facettes; SLEEZE LAKE: VAN LIFE AT ITS LOWEST (film de clôture Drive-In; long métrage documentaire), un regard sur les jeunes de l'après-guerre du Vietnam qui prennent la route dans des fourgons personnalisés au tapis à poils longs créant un cocktail de contre-culture d'irrévérence et d'hédonisme ; Le documentaire de la cinéaste de Chicago Danielle Beverly DUSTY GROOVE: THE SOUND OF TRANSITION (virtuel; documentaire), un portrait de l'emblématique magasin de disques et propriétaire de Chicago Rick Wocjik lors de ses voyages d'achat chez des inconnus, tous confrontés à une sorte de transition de vie; la satire surréaliste et non linéaire PAPER SHADOWS (long métrage expérimental) concernant l'angoisse créative et émotionnelle partagée par un homme noir âgé et une jeune étudiante en art blanche; et MAŁNI (TOWARDS THE OCEAN, TOWARDS THE SHORE) (film de clôture du festival; long métrage expérimental) qui contemple l'au-delà, la renaissance et le lieu intermédiaire alors que les deux protagonistes errent dans chacun de leurs mondes respectifs.

Parmi les autres moments forts du festival, citons les projections de partenariat THESE DAYS de Kevin Coval et Langston Allston, Everything Must Go (mini-doc), Victor IRL et The Genesis of Internet.Hotspot – tous réalisés et tournés par Mike Sager – présentés au Drive-In le vendredi 13 novembre seulement; et le Live on Minecraft After Party, diffusé sur YouTube le mardi 17 novembre à 19h30.

Taila Howe, producteur de CUFF, a déclaré: «L'une des choses les plus cool à propos de CUFF est le creuset de créativité qui vient de la communauté underground qui l'a lancé pendant le festival. Ce serait trompeur si je disais que nous allons reproduire exactement la même ambiance en ligne. Mais, parce que nous avons été forcés de pivoter, nous avons pu puiser dans l'expansion et l'accessibilité d'Internet, ce qui a élargi notre communauté d'expérimentateurs de la contre-culture. Je pense que le concert de Minecraft que nous organisons cette année et nos projections drive-in rassembleront une nouvelle vague de marginaux et les O.G. Les amateurs de CUFF. Et peut-être que lorsque CUFF 28 se produira dans la vraie vie, ce sera un retour aux sources intergénérationnel pour tous les exclus du monde du cinéma.

Alors que la majorité des films du CUFF de cette année proviennent des États-Unis, le cinéma underground est un mouvement mondial, donc un large éventail de longs et courts documentaires et de longs métrages narratifs et expérimentaux d'Amérique latine, d'Europe, d'Afrique et d'Asie seront également présenté. La majorité des films de CUFF27 sont des courts métrages documentaires, expérimentaux et narratifs dans 14 programmes plus deux dédiés uniquement aux cinéastes de Chicago, Chicago Shorts # 1 et Chicago Shorts # 2 (emballés comme Chicago Shorts pour les projections Drive-In uniquement mais présentés en autres programmes tout au long du festival). Parmi les entrées à ne pas manquer cette année, citons 27 THOUGHTS ABOUT MY PATHER de Mike Hoolbloom (court métrage expérimental), les souvenirs du cinéaste de son père avec des photos et des images trouvées dans une série de 27 vignettes; Shelly Silver, UN TINY ENDROIT QUI EST DIFFICILE À TOUCHER (court métrage expérimental), concernant un chercheur américain, un traducteur japonais et une rivière de Tokyo transportant la faune, les ordures et la mort; THE DEEPEST HOLE (court métrage documentaire) de Matt McCormick, réfléchissant sur la guerre froide lorsque les États-Unis et l'Union soviétique se sont précipités pour déterminer quel pays pouvait creuser le trou le plus profond, aboutissant à trouver l'enfer dans le processus; THE EYES OF SUMMER de Rajee Samarasinghe (court métrage expérimental), l’histoire du cinéaste sur la communication de sa mère avec les esprits dans le Sri Lanka après la guerre civile; NO CRYING AT THE DINNER TABLE de Carol Nguyen (court métrage documentaire), un portrait intergénérationnel de la famille du cinéaste, de ses traumatismes, de ses secrets et de son chagrin; POUVOIRS ÉTRANGERS de Bingham Bryant (court métrage narratif), le rêve d’une femme dans une ville étrangère, rappelé à un ami ayant des connaissances communes, qui émerge comme un portrait sombre de leur vie; MERIDIAN de Callum Walter (court métrage expérimental), dans lequel une machine, avant sa disparition, fait partie d’une flotte autonome chargée de délivrer des vaccins d’urgence; LAYING OUT de Joanna Anrow (court métrage narratif), une comédie absurde qui trouve une femme examinant sa relation avec un homme, ce qui la conduit à explorer sa propre misogynie, ses fantasmes d'avoir un pénis et sa haine pour les rôles de genre traditionnels; GHOST STRATA (court métrage documentaire) de Ben River, une méditation sur le passé, le présent et l’avenir de l’impact de l’humanité sur la planète en examinant les couches manquantes de la Terre; et Phm Ngọc Lân’s BLESSED LAND (court métrage narratif), dans lequel le passé et le présent se heurtent à la recherche d’une tombe dans un paysage inconnu, peut-être un terrain de golf ou un cimetière.

★★★★★

A lire également