Ces films récents de la Seconde Guerre mondiale prouvent qu’il y a encore des histoires de guerre convaincantes à raconter

Actualités > Ces films récents de la Seconde Guerre mondiale prouvent qu’il y a encore des histoires de guerre convaincantes à raconter

Plus de trois quarts de siècle après sa fin, la Seconde Guerre mondiale s’avère toujours être une source d’inspiration apparemment inépuisable pour les cinéastes et les réalisateurs de télévision. Les trois dernières années seulement ont vu la sortie de Midway (2019), l’épopée de Rolan Emmerich sur la bataille la plus célèbre du théâtre du Pacifique ; Greyhound (2020), un film d’Aaron Schneider mettant en vedette Tom Hanks en tant que capitaine de sous-marin américain pendant la bataille de l’Atlantique (une suite est en préparation); et l’opération Mincemeat de l’année dernière, un véhicule de Colin Firth sur un vaste plan de tromperie mené par les services de renseignement britanniques qui a réussi à tromper Hitler en lui faisant croire que les Alliés allaient envahir la Grèce à l’été 1943 plutôt que l’Italie. Ce dernier est diffusé sur Netflix plus tard cette semaine.

Cependant, ces productions à gros budget ne sont que la pointe de l’iceberg. Voici trois films sur la Seconde Guerre mondiale qui sont sortis sur les écrans dans les années 2020, prouvant qu’il reste encore des histoires de guerre captivantes à raconter. Même sans un budget énorme.

Le biopic français De Gaulle est un joyau sous-estimé

Films de Samuel Goldwyn

Le film met en vedette Lambert Wilson, un acteur mieux connu du public anglophone pour ses performances exceptionnelles en tant que Mérovingien dans The Matrix Reloaded et The Matrix Revolutions (tous deux en 2003), et son tour face à Vin Diesel dans Babylon AD (2008). Wilson joue le général Charles de Gaulle. Le film raconte l’histoire de la bataille de France de l’été 1940 et ses conséquences.

Fraîchement sorti d’une vaillante mais vaine tentative pour retenir les Allemands qui avançaient rapidement, de Gaulle se retrouva à essayer désespérément d’obtenir le soutien britannique contre l’assaut nazi. Cela a abouti à la formulation d’un projet d’unification du Royaume-Uni et de la France. C’était un plan farfelu qui a été présenté dans la vraie vie et accepté par Winston Churchill, uniquement pour un gouvernement français désireux d’apaiser les Allemands pour annuler le plan. La France est tombée et de Gaulle s’est enfui à Londres, où il est devenu le chef improbable de l’Armée française libre et une figure de proue de la résistance française.

Comme de nombreux dirigeants en temps de guerre, de Gaulle n’était pas l’homme d’État parfait, mais la représentation habile de Wilson offre une vision sympathique du général tout en évitant l’hagiographie nue. Le dévouement de De Gaulle à sa famille, en particulier sa plus jeune fille Anne, qui souffrait du syndrome de Down à une époque où les thérapies pour de telles conditions étaient rudimentaires, est tendrement dépeint.

Avec un casting de soutien compétent comprenant l’actrice primée aux César Isabelle Carré dans le rôle de l’épouse de de Gaulle Yvonne et Tim Hudson (Un scandale très anglais) dans le rôle de Churchill, le film offre une vision intéressante du sens de la défaite – et de la conviction que c’est possible prévaloir encore.

Le rapport d’Auschwitz raconte une histoire brutale mais importante

Films de Samuel Goldwyn

Sélectionné comme candidature slovaque aux Oscars de l’année dernière, The Auschwitz Report raconte l’histoire de Rudolf Vrba et Alfred Wetzler, deux Juifs slovaques détenus au camp de concentration d’Auschwitz pendant la guerre. En avril 1944, ils se sont échappés et ont parcouru le pays pendant plusieurs semaines, évitant d’être capturés avant d’arriver en Slovaquie. Le couple a écrit ou dicté le rapport Vrba-Wetzler, l’un des premiers récits substantiels des atrocités commises à Auschwitz à attirer l’attention des Alliés.

La description sans faille du film du comportement bestial des nazis qui brutalisaient et torturaient régulièrement les détenus du camp rend le visionnage déchirant. La direction de rechange de Peter Bebjak, complétée par d’excellentes performances dans les rôles principaux de Noel Czuczor et Peter Ondrejička, ainsi que des rôles de soutien de John Hannah (Agents of SHIELD) et Florian Panzner (Conspiracy, Valkyrie), font de The Auschwitz Report un morceau convaincant de cinéma contemporain.

La bataille oubliée a mérité ses éloges

Netflix

Sorti en octobre dernier sur Netflix, The Forgotten Battle est l’un des films néerlandais les plus chers jamais réalisés. Mettant en vedette Gijs Blom (La lettre pour le roi), nominé aux Daytime Emmy, et Tom Felton, ancien de Harry Potter, le film raconte les histoires entrelacées de plusieurs individus qui se sont battus aux Pays-Bas dans les semaines qui ont suivi le débarquement du jour J. Blom joue Marinus, un Néerlandais dont la décision de se porter volontaire pour le service dans la Waffen SS le met en conflit direct avec les membres de la résistance qui tentent d’accélérer la prise de contrôle alliée du pays. L’intrigue B concerne le sort d’un équipage de planeurs alliés lorsque leur planeur s’écrase derrière les lignes ennemies avec le capitaine britannique Turner (Felton) à bord.

The Forgotten Battle innove en se concentrant sur un aspect largement négligé de la guerre sur le front occidental dans les semaines et les mois qui ont suivi la libération de Paris. Le film se caractérise par une intrigue serrée, une cinématographie élégante et une richesse de bon travail de la part des directeurs, la performance de Felton étant particulièrement appréciée. Il n’est pas surprenant de constater que le film est presque universellement salué par la critique et bénéficie d’une note rare de 100% sur Rotten Tomatoes.

A propos de l’auteur

★★★★★

A lire également