Cannes 2021: Vortex, In Front of Your Face, Blue Bayou | Festivals & Awards

Actualités > Critiques et avis > Cannes 2021: Vortex, In Front of Your Face, Blue Bayou | Festivals & Awards

Enfin, un regard sur Justin Chon « Bayou bleu » qui a joué dans l’encadré Un Certain Regard. Le cinéaste américano-coréen Chon est surtout connu pour son film Sundance 2017 « Gook », qui se déroule pendant les émeutes de LA. Son dernier article aborde plusieurs problèmes sociaux contemporains, notamment le statut d’immigration précaire, la violence policière et l’héritage des adoptions étrangères. C’est beaucoup à couvrir, et toutes ces pièces sont submergées par le scénario aléatoire qui en résulte.

Chon incarne Antonio LeBlanc, un tatoueur qui cherche à améliorer sa situation professionnelle malgré un casier judiciaire. Il aide à élever une belle-fille nommée Jesse (Sydney Kowalske) avec sa nouvelle épouse Kathy (Alicia Vikander), qui est enceinte de leur enfant. L’ex Ace de Kathy (Mark O’Brien) est un flic et utilise le pouvoir de son uniforme pour rendre la vie difficile alors qu’il essaie de renouer avec sa fille biologique. Le partenaire d’Ace, Denny (Emory Cohen) est encore plus déterminé à provoquer des conflits, ce qui oblige Antonio à affronter des aspects de son passé hors de son contrôle.

Alors que la configuration est prometteuse et que Vikander chante la chanson de Linda Ronstadt qui donne au film son titre un moment bienvenu, le film devient de plus en plus ridiculement cliché. Être témoin de la terrible prise de décision des personnages est souvent au cœur du film indépendant américain, mais ici, il est présenté d’une manière si médiocre qu’on ne s’en soucie généralement plus. Il y a tellement de choses jetées au mur juste pour voir ce qui colle – des clients tatoués maladifs aux questions sur l’identité, la culture et la criminalité – que rien de tout cela n’a vraiment d’impact. Le dernier acte est particulièrement flagrant, avec un moment de type « Footloose » à ce qui devrait être un point culminant émotionnel provoquant le rire de certains spectateurs devant sa prévisibilité et son ridicule.

Même le tournage lui-même montre de nombreux défauts, avec de nombreux problèmes de continuité, et des plans répétés avec des cheveux et d’autres saletés dans la porte nous faisant tous savoir que cela a été tourné sur pellicule sans avantage esthétique évident. Chon est bien trop proche de son histoire pour avoir une quelconque objectivité, et tandis que le reste de la distribution fait de son mieux pour naviguer dans les éléments de l’intrigue trop simplistes, tout cela ressemble beaucoup à un exercice de futilité.

Qui sait ce que 2022 apportera – on parle déjà d’une « variante de Wembley » après la finale de l’Euro à Londres, et nous pourrions être témoins d’une brève fenêtre de normalité avant que les choses ne s’arrêtent à nouveau. Ou, peut-être d’ici mai prochain, Cannes sera de retour à son rythme habituel, les méga yachts revenant en masse et les dizaines de milliers de clients du marché qui étaient absents cette année revenant pour des réunions en personne. Cela pourrait être la revitalisation d’un festival ou l’agonie d’un événement déconnecté des réalités de ce qui se passe dans le monde.

★★★★★

A lire également