Cannes 2021: The Restless, Nitram, Casablanca Beats, France | Festivals & Awards

Actualités > Cannes 2021: The Restless, Nitram, Casablanca Beats, France | Festivals & Awards

La refonte de dernière minute de « Nitram » en un film sur le contrôle des armes à feu lui donne un semblant de raison d’être; sinon, c’est inutile et limite amoral. Il n’y a pas de règle interdisant de faire un film sur un meurtrier de masse, et il y a des films – comme « Elephant » de Gus Van Sant, basé sur Columbine – qui ont vu des fusillades de masse réelles à travers une lentille artistique dérangeante. Mais Kurzel ne démontre aucune perspicacité dans Bryant ou même aucune perspective particulière que je puisse discerner. Le film est essentiellement une excuse pour Caleb Landry Jones, qui joue Nitram, pour explorer différentes inflexions de l’étrangeté du chien pendu, alors que Nitram vexe ses parents (Judy Davis joue sa mère stricte et exaspérée, Anthony LaPaglia son père un peu plus chaleureux), essaie de se lier d’amitié avec un surfeur (Sean Keenan) et, en faisant du porte-à-porte pour tondre les pelouses des gens, rencontre une héritière (Essie Davis) avec beaucoup d’argent et beaucoup d’animaux de compagnie. Il devient bientôt Joe Gillis pour elle Norma Desmond.

On ne sait pas exactement comment tout cela est censé faire la lumière sur l’état d’esprit de Bryant, les lois australiennes sur les armes à feu ou sur la mort insensée de 35 personnes. Le film n’a pas d’élan à proprement parler, et la palette est sinistrement invariable. Kurzel a également réalisé un film intitulé « The Snowtown Murders », basé sur une série de meurtres réels en Australie dans les années 1990. Avec cela et « Nitram », il s’est taillé une niche singulièrement rebutante.

La coproduction maroco-française de Nabil Ayouch « Casablanca Beats » est le film le plus classiquement populaire en compétition. Bien que le film se déroule dans une zone qu’un personnage appelle l’équivalent du Bronx à Casablanca, les contours généraux du film pourraient se dérouler dans pratiquement n’importe quelle ville sur Terre. Travaillant dans un centre culturel, Anas (Anas Basbousi, jouant un personnage basé sur ses expériences) enseigne aux adolescents l’art du rap, non seulement comment rimer, mais comment le ressentir. Ce dont vous avez besoin, dit-il, c’est l’attitude.

Comme on pouvait s’y attendre, les parents ne sont pas ravis que les enfants apprennent le hip-hop au centre culturel, mais les adolescents entrent progressivement dans le rythme des choses, rappant sur les coutumes vestimentaires, la religion et le genre au Maroc – des détails qui donnent au film un saveur distincte et le différencier de n’importe quel nombre de films hollywoodiens sur des enseignants inspirants. Pourtant, je m’attendais à plus d’électricité des scènes de rap.

Enfin, il y avait « France, » le nouveau film de Bruno Dumont, qui s’est fait un nom avec des boulots philosophiques brutaux comme « Humanité » mais ces derniers temps semble être d’humeur plus ludique, avec la série « Li’l Quinquin » (probablement aussi proche qu’il en arrivera à canaliser Jerry Lewis) et une paire de films, « Jeannette : L’Enfance de Joan d’Arc » (2017) et « Jeanne d’Arc » (2019), qui posaient la question : Et si la Pucelle d’Orléans était une tête de métalleux ?

★★★★★

A lire également