Can You Bring It: Bill T. Jones and D-Man in the Waters Avis critique du film (2021)

Actualités > Critiques et avis > Can You Bring It: Bill T. Jones and D-Man in the Waters Avis critique du film (2021)

Rosalynde LeBlanc, ancienne membre de la compagnie de Jones (elle dit avoir décidé de devenir danseuse après avoir vu « D-Man in the Waters » à l’âge de 16 ans) et maintenant membre de la faculté de danse de l’Université Loyola Marymount, co-dirigée « Pouvez-vous l’apporter » avec le directeur de la photographie Tom Hurwitz. Le film fonctionne simultanément sur deux pistes différentes. Il y a des entretiens avec Jones et d’autres membres originaux de la compagnie de danse Bill T. Jones/Arnie Zane (Arthur Aviles, Janet Lilly, Heidi Latsky, Lawrence Goldhuber, Seán Curran), qui parlent du New York des années 1980, de la formation de la compagnie , et l’atmosphère riche et passionnante de l’époque juste avant l’arrivée du sida. Sur une piste séparée, LeBlanc dirige ses élèves de Loyola dans une recréation de la célèbre danse et le film retrace ce processus épuisant des auditions à la soirée d’ouverture. Jones lui-même se présente pour assister aux progrès des étudiants et fournir des conseils et des idées.

LeBlanc fait face au défi de déplacer « D-Man » hors de son contexte d’origine, où un groupe d’amis de la vie réelle a accepté ce qui arrivait à leur communauté (un membre de l’entreprise d’origine dit: « La moitié de mon annuaire téléphonique est mort. « ). LeBlanc anime une discussion de groupe sur le sida (chose choquante, à en juger par les réponses des étudiants, la connaissance du sida n’a pas été transmise), ainsi que partageant les problèmes actuels qui les préoccupent. Les élèves ont du mal à traduire les problèmes qui les concernent dans la danse. Ils peuvent faire les mouvements de danse, mais ils ne peuvent pas les remplir d’intention. Le désir de LeBlanc de sortir les étudiants de ce qu’elle appelle leur « stase » est une belle chose à voir. Elle leur fait faire des exercices pour les aider à se connecter, et c’est incroyable de voir une fille fondre littéralement en larmes juste en regardant dans les yeux d’un autre danseur. Que les étudiants « réussissent » ou non à déplacer « D-Man » dans leur propre temps n’est pas vraiment la question. Ce qui compte c’est la tentative, ce qui compte c’est le processus. Parmi ses nombreuses autres vertus, « Can You Bring It » est un excellent film sur le processus créatif. Les gens pensent que le processus créatif est une « inspiration » menant à une révélation publique triomphale. Mais le processus est la sueur, la sueur et encore la sueur. Regardez à quel point le style d’entraînement de LeBlanc est spécifique et à quel point une telle spécificité est utile aux jeunes danseurs. À un moment donné, LeBlanc sent qu’il manque quelque chose à un certain moment, et elle dit au danseur de vraiment sentir le corps du danseur derrière elle, de s’enfoncer dans son corps, de laisser son corps soutenir le sien. Le mouvement est totalement transformé la prochaine fois que le danseur le fait. C’est expressif et plein. Lorsque LeBlanc demande aux élèves ce qui les dérange, bien souvent les réponses ne concernent que ce qui les affecte dans leur petite sphère. Sa directive est d’inclure « nous », le public, le monde.

Intercalées dans tout cela, des images de rêve des danseurs actuels de la compagnie Bill T. Jones exécutant « D-Man In the Waters », sur une scène sombre, leurs corps se lançant dans les airs, le dos cambré, avec des danseurs en dessous étirant leurs bras pour attraper le chiffre tombant. Montrer les différentes sections de la danse, telles qu’elles sont censées être exécutées par des danseurs professionnels, est très utile lorsque la scène revient aux répétitions de Loyola. Nous savons maintenant à quoi cela doit ressembler et ce que les étudiants essaient de réaliser. Dans l’ensemble, il est très élégamment mis en place.

★★★★★

A lire également