Affiche du film Buddy Games

Buddy Games : Avis critique du film & résumé du film (2020)

Actualités > Buddy Games : Avis critique du film & résumé du film (2020)

Résumé du film

Buddy Games, une comédie choc

Les blagues sur les testicules ouvrent et ferment « Buddy Games », le genre de comédie choc dont la fixation sur les parties génitales révèle le personnage du co-scénariste/réalisateur/producteur/vedette Josh Duhamel qui célèbre de façon créative le fait que les hommes sont des hommes.

Par ailleurs, il ne s’agit que des testicules d’un seul homme, soit dit en passant, bien qu’ils fassent l’objet de fréquentes discussions : King Frat Shelly (Dan Bakkedahl) perd son équipement (les deux morceaux) après un malheureux incident de paintball impliquant sa femme malicieuse Nikki (Lucie Guest) et le nebbish BFF Bender (Nick Swardson). Mais Shelly n’est pas en reste puisque, dans la scène d’ouverture, il est abattu d’une balle dans le scrotum après avoir mis un sachet de thé à un autre ami, alors évanoui.

Une comédie névrotique

Le reste de « Buddy Games » est une comédie torturée, sombre et insupportablement névrotique sur cinq hommes alpha autoproclamés qui pensent que leur vie serait tellement meilleure s’ils pouvaient simplement gaspiller confortablement leur propre argent sur le concours titulaire – un  » Jackass ”- gant de style des cascades de compétition dégoûtantes – et ne jamais avoir à se soucier de savoir si ce sont des gars sympas ou non.

En plus, ils ne le sont pas, bien que cela soit probablement évident à partir de la scène de création où Shelly gifle Mark (Randy Rafuse) au visage avec son fruit à portée de main tout en se vantant de ne pas s’être douché depuis trois jours. Si ce type ne mérite pas sa nomination, je ne sais pas qui le mérite.

Les Buddy Games et la situation de Shelly

Pourtant, Duhamel et ses deux co-écrivains paient beaucoup du bout des lèvres à la fière tradition hétérosexuelle d’hommes riches se narguant, puis applaudissant pour leur «dur amour», comme Zane (James Roday) se vantera plus tard.

Le gars riche Bob (Duhamel) offre à ses amis un parcours d’obstacles somptueux qui ressemble à la version d’un riche mook de «American Ninja Warrior», avec des anguilles électriques, une fosse à boue et un «gros cul». Bob attend cinq ans avant de rétablir les Buddy Games car il lui faut une demi-décennie pour apprendre la situation difficile de Shelly (et seulement parce que sa mère le dit à Bob). Les copains de Shelly ont essayé de le contacter d’ici là, mais il ne leur a pas répondu («J’avais juste beaucoup de choses en tête»). Cette petite ellipse narrative est plus révélatrice que le reste de l’intrigue alambiquée du film: Shelly ne voulait pas parler à ses amis, donc ils ne devraient pas avoir à se sentir mal pour lui.

Le poids de la culpabilité

Mais ils se sentent mal, en particulier Bender, qui lève 10000 $ en espèces pour participer aux Buddy Games, bien que la concurrence n’ait pas de frais d’entrée, en se prostituant et en vendant de la vodka dans sa mini-fourgonnette. Bender essaie également d’apaiser sa culpabilité en offrant à Shelly une cave réfrigérée remplie de son propre sperme. Ce cadeau est vraisemblablement la mise en place d’une ligne de frappe stupide du troisième acte plus tard, comme on pourrait s’y attendre en se basant sur la loi comique des nageurs de Tchekhov.

Mais cela n’empêche pas Bob et le gang de se tordre les mains tout en se vantant à quel point ils sont accomplis et vaniteux, mais aussi conscients et finalement généreux. Ils plaisantent parce qu’ils aiment, mais vraiment, ils ne s’aiment qu’eux-mêmes. Ou des parties d’eux-mêmes.

Avis critique sur le film

Des plaisanteries peu appréciée par la critique

« Buddy Games » propose plusieurs gags longs et peu drôles sur Hollywood, les laxatifs efficaces et les femmes excitées. Les blagues sur Hollywood ou « La La Land », comme l’appellent certains personnages, sont les plus convaincantes car elles sont apparemment les plus personnelles : le figurant peu sûr de lui, Durfy (Dax Shepard), se fait la cible du cynisme, je veux dire de la critique, simplement en étant enthousiaste et plein d’espoir pour ses maigres rôles. Les amis de Durfy lui conseillent de travailler avec Mark Wahlberg– la star d' »Entourage » Kevin Dillon est aussi dans le film-ou peut-être de canaliser une partie de sa frustration refoulée dans ses auditions (« Je m’auto-enregistre », il se plaint dans une scène ultérieure).

Durfy est également souvent ridiculisé parce qu’il est un petit poisson qui parle beaucoup, comme lorsqu’il oblige sa co-star Neal McDonough (qui joue une version de lui-même) à emmener un égoïste avec lui, ou lorsqu’il montre à ses amis son dernier travail, une publicité militaire dans laquelle il joue le rôle d’un père au foyer.

« Ne regarde pas si bas, Durf », dit le personnage de Dillon : « Peut-être qu’il y a une pub pour les tampons dans ton futur. »

Durfy aime aussi les toasts à l’avocat, le genre de blague qui fera probablement l’unanimité parmi les derniers fans d’Andrew Dice Clay.

Des blagues sexistes

Duhamel et ses copains font la cour à un certain type de macho lésé, le genre de personne qui pense probablement que « l’amour dur » excuse l’insensibilité de rigueur et l’humour de jock strap humide. C’est ce qu’il y a de plus drôle dans « Buddy Games » : ses créateurs bombardent les téléspectateurs de blagues rances et sans inspiration sur les sharts et les femmes (de tous âges) pour défendre leur droit inaliénable à être des hommes grands et costauds qui aiment parfois monter sur des buggies de dune, se tirer des flèches les uns les autres et séduire des mouches de bar excitées mais sans charme (c’est-à-dire pas de qualité « Instagram-influencer ») un peu partout où ils ne réaffirment pas autrement leur hétérosexualité.

Parce que « je pourrais sucer bien plus fort que toi » et « tu sais combien il est sensible » sont la même note dans différents registres émotionnels, et aucun des deux n’est particulièrement divertissant. Ce genre de dialogue à la poitrine gonflée est cependant révélateur, tout comme le manque total d’intérêt de Duhamel et de ses co-auteurs pour Mark. Au fait, il était ivre d’absinthe, ce qui ressemble à une variation du gag des toasts à l’avocat. Je suppose qu’il l’avait bien cherché, lui aussi ?

 

★★★★★

A lire également