homepage_bwdr_the_royal_tenenbaums_r1v6-5788429-3814099-jpg

Bright Wall/Dark Room December 2021: I’ve Had a Rough Year, Dad: The Unbearable, Beautiful Messiness of One Line in The Royal Tenenbaums by Matt Chambless | Features

Actualités > Bright Wall/Dark Room December 2021: I’ve Had a Rough Year, Dad: The Unbearable, Beautiful Messiness of One Line in The Royal Tenenbaums by Matt Chambless | Features

Laisse-moi expliquer.

Tout d’abord, permettez-moi de dire que lorsque je pense à Les Tenenbaums Royaux, Je le considère comme un film de Ben Stiller. Ce qui n’est pas tout à fait juste, mais ce n’est pas tout à fait faux non plus. En soi, c’est un film d’ensemble avec au moins un, sinon plusieurs, moments indélébiles donnés à chacun de ses acteurs superbement interprétés; de cette façon, c’est le film de n’importe qui. Mais il y a quelque chose de tragiquement tangible dans le personnage de Chas Tenenbaum (Stiller) qui transcende les limites floues de l’endroit où notre monde naturel se termine, et le surréalisme fantaisiste d’un univers de Wes Anderson commence. Quelque chose de si perceptible, même, que nous pourrions facilement confondre Chas avec quelqu’un capable de peupler les quartiers de notre propre réalité. Et cette caractéristique est présente dans de nombreux personnages que Ben Stiller choisit de représenter, celle d’être les agents de leur propre chaos. De la dépendance à Minuit permanent, à l’orgueil absurde dans ballon chasseur, à la comédie grinçante des erreurs dans Rencontrer les parents, Stiller fait continuellement, et souvent de façon assez spectaculaire, des foyers chez ces individus clairement imparfaits.

Bien sûr, il n’était pas le premier à jouer ce trait particulier sur le grand écran, et il n’est sans doute même pas le premier à le faire dans ce film (cette distinction revient à Royal Tenenbaum de Gene Hackman, selon la façon dont vous êtes marquer à domicile). Mais ce qui rend l’histoire de Chas, et par extension la performance de Stiller, si tendre et tragique, c’est l’effet d’entraînement qui relie la relation rompue avec son père – une relation qui entraîne son abandon émotionnel et physique pendant l’enfance – à la spirale dans laquelle nous le trouvons. à l’âge adulte après la mort prématurée de sa femme. À chaque étape du développement, les relations importantes dans la vie de Chas, celles sur lesquelles il devrait pouvoir compter le plus, lui sont retirées. Ce n’est pas étonnant qu’il ait ses deux jeunes garçons, Ari et Uzi, qui font des exercices de sécurité au milieu de la nuit ; si la vie lui a appris quelque chose, c’est de s’attendre à la perte éventuelle de tous ses proches. Et en tant que tel, vous pourriez pardonner la chute chaotique et émotionnelle dans laquelle Chas s’est enfermé pendant la majeure partie du film. Pourtant, c’est précisément dans cet isolement psychologique que réside son trait de caractère caractéristique, celui qui a amené Ben Stiller à la cour proverbiale. Oui, le père de Chas l’a abandonné. Oui, la vie lui a porté un coup inutile en prenant aussi sa femme. Mais dans ce qui est très probablement un acte d’autodéfense, que ce soit consciemment ou non, Chas est devenu l’agent de son propre chaos, perpétuant le fossé émotionnel entre lui et toute personne significative dans sa vie, afin de ne jamais avoir à ressentir la perte ou la trahison. encore. Et ce faisant, il vit dans une animation suspendue, arrêtant tout espoir de guérison, incapable de supporter le poids lourd de la poussée vers le bas de la vie.

*

Wesley Wales Anderson est né à Houston, au Texas, au milieu de trois garçons, d’un père publicitaire et d’une mère agent immobilier et archéologue. À l’âge de huit ans, ses parents ont divorcé. On en a beaucoup parlé. Toute observation rapide des films d’Anderson révélera de fréquentes variations sur les relations père/fils dysfonctionnelles (et sinon des pères, alors des figures paternelles) ; une recherche rapide sur Google renvoie d’innombrables articles de réflexion sur les différentes manières dont Anderson lui-même a dû être blessé par son propre père. Les Tenenbaums royaux n’y échappe pas, même si le film n’est pas autobiographique. L’une des grandes distinctions de l’art d’Anderson est sa capacité à camoufler si complètement ses références, les modelant dans son style de signature; si présents qu’ils soient, vous ne pouvez pas prétendre qu’il ne les a pas fait siens. S’inspirant de films comme celui d’Orson Welles Les magnifiques Amberson et Louis Malle Le feu Dans (d’où il emprunte la phrase, « Je vais me suicider demain »), Anderson prend un tour long et assez agréable à travers des ruminations sur la perte, la rédemption, la dynamique familiale brisée et la trahison. Ce qui rend le film si riche, c’est que chacun de ses personnages principaux semble traverser quelque chose, en donnant suffisamment de temps et d’énergie pour tisser leurs vies et leurs histoires à travers ces idées thématiques. Tous les enfants, autrefois considérés comme des génies, sont devenus des coquilles d’eux-mêmes. Royal, ayant perdu sa famille – principalement de ses propres appareils – semble se réchauffer à l’idée de les récupérer. Etheline, ayant perdu un mari, puis une ribambelle de prétendants, essaie de s’emparer de tout sentiment de stabilité et de bonheur. Raleigh St. Clair a perdu sa femme; Dudley, sa capacité à lire l’heure ; Royal, encore une fois, sa javeline. C’est ce qui rend le film agréable : il n’y a pas de coups de caractères perdus. Et c’est aussi ce qui rend les arcs de rédemption des personnages si satisfaisants.

★★★★★

A lire également