MrsDavis_S1

Betty Gilpin Rocks en nonne en fuite

Mme Davis se sent envoyée du ciel. La nouvelle série Peacock avec Betty Gilpin (de GLOW) est éclectique, aventureuse, humoristique et souvent exagérée. Vous soucierez-vous que ses traits ouvertement larges et son chaos fou vous obligent à faire une double prise ? Probablement pas. Doux Jésus, tu en voudras plus.

Mme Davis tombe avec quatre épisodes sur Peacock le 20 avril, avec d’autres épisodes diffusés chaque semaine. Cette série audacieuse et inspirée est une idée originale de Tara Hernandez (The Big Bang Theory) et Damon Lindelof (LOST, Watchmen). Gilpin joue Simone – c’est sœur Simone pour vous ! – une religieuse dévouée qui se retrouve dans une bataille épique avec l’intelligence artificielle la plus puissante du monde, merveilleusement surnommée Mme Davis. Tout le monde est à l’écoute d’elle, en fait. Par des écouteurs, c’est-à-dire. Mme Davis sait tout et, apparemment, veut tout.

Simone pense autrement. Elle se consacre à détruire Mme Davis. Lancez-vous dans une recherche folle du Saint Graal, un groupe de religieuses, des factions éloignées de l’Église catholique, un mystérieux charmeur nommé Jay (un Andy McQueen rêveur de Fahrenheit 451), l’ex-petit ami confus de Simone (Jake McDorman comme Wiley ), Chris Diamantopoulos dans le meilleur rôle de sa carrière en jouant JQ, un renégat/allié qui a l’intention de faire tomber Mme Davis et, eh bien, ouais…. vous obtenez TOUT CELA.

Une nonne amusante en fuite

Il y a tellement de choses à dire ici, mais tellement de choses que vous ne pouvez pas donner. Il est préférable que tout le monde fasse l’expérience de Mme Davis par lui-même. Mais allons d’abord au couvent. Très tôt, nous découvrons une Simone en conflit cherchant du réconfort dans l’enceinte d’une enclave protégée dirigée par la Mère Supérieure. C’est l’actrice Margo Martindale (Les Américains), et elle ne peut pas faire de mal. Elle emmène Simone au fil du temps – accélérée ici à des fins dramatiques au rythme rapide – Simone apprend ce que signifie vraiment être catholique et mariée à Jésus-Christ.

Les écrivains en jouent un peu de manière attrayante et les téléspectateurs ne manqueront pas de haleter (puis de rire) devant la tournure hilarante que prend le voyage personnel de Simone. Lorsqu’elle retrouve son copain musclé mais décalé (McDorman) de son passé, la série s’amplifie, emmenant les téléspectateurs dans une aventure quasi-mission de Dieu qui se divise en deux parties.

A) Renverser Mme Davis

B) Trouver le Saint Graal…

Mieux vaut que vous voyiez et compreniez par vous-même la pleine signification de ce dernier. Des poursuites intenses en voiture et en moto et de grosses explosions se disputent l’attention avec des dialogues vifs et, étonnamment, la quête douloureuse d’une femme pour trouver la justice dans son cœur et dans le monde.

Avec Lindelof, qui a plongé profondément dans des émissions comme LOST, Watchmen et The Leftovers et Hernandez incroyablement sous-estimés de HBO, qui vient d’un milieu comique, Mme Davis mélange étonnamment bien ses moments dramatiques et comiques, même si les choses ont tendance à être si largement diffusées. à tout bout de champ. Le spectacle trouve une assise plus calme à mi-parcours pour donner aux téléspectateurs une chance de respirer, mais cela ne dure pas vraiment longtemps. Sœur Simone a du travail !

L’un des meilleurs castings d’ensemble

Paon

Tara Hernandez et Damon Lindelof ont attiré ici un casting remarquable. Gilpin a toujours été un plaisir pour la foule, mais ici, elle est en feu. Elle est crédible dans le rôle et vous comprenez ce qui est en jeu pour elle personnellement en cours de route. L’acteur parvient à créer efficacement un personnage désespéré qui ne reculera devant rien pour rétablir l’équilibre. Simone est peut-être dévouée au Big Guy, mais elle est aussi humaine. C’est rafraîchissant de découvrir tous les aspects de l’humanité de Simone ici.

Tout aussi attrayants sont les principaux homologues de Gilpin, Wiley de Jake McDorman et Jay d’Andy McQueen. Il y a un peu de triangle amoureux là-bas, et c’est méchamment amusant sinon délicieusement décalé de regarder tout cela se dérouler. Pour le moins mémorable.

La superbe Elizabeth Marvel (The Dropout) joue le rôle de Celeste, la mère sauvage de Simone. A la tête d’une entreprise de sécurité high-tech, Celeste a plein de secrets. Elle a également un ressentiment majeur envers le père de Simone, qui a disparu depuis un certain temps, et Simone elle-même. Les problèmes de maman sont profondément ancrés ici. Mathilde Ollivier se démarque également dans le rôle de Clara, mais il vaut mieux ne pas révéler qui elle est vraiment et comment elle se rapporte à l’action qui se déroule.

La série prend la liberté de flotter dans le temps, apparemment pour le contexte, mais cela aide certainement à faire avancer l’histoire. Il y a des manigances farfelues qui se produisent à chaque tournant ici mais, d’une manière ou d’une autre, par la grâce de Dieu, Gilpin parvient à maintenir une performance ancrée. Elle n’est pas la seule chose qui empêche ce spectacle de tourner sauvagement dans l’abîme, mais elle se tient certainement devant la ligne. Bénis-la, et bénis ce gâchis délicieusement farfelu. Plus s’il vous plait.

Mme Peacock diffuse sur Peacock à partir du 20 avril.

Publications similaires