À Sundance, les films indépendants peinent à trouver un modèle économique viable

Tout au long du festival, il a été dit que les diffuseurs étaient moins intéressés par les films indépendants qu’il y a quelques années.

Lors d’un petit-déjeuner matinal dans une élégante maison privée de Park City, au-dessus de Main Street, au festival du film de Sundance, un groupe de chefs d’entreprise, de passionnés de cinéma, de producteurs et de responsables des médias s’est réuni pour réfléchir à l’état de délabrement du cinéma indépendant.

Des idées ont été lancées sur des œufs et des fruits recouverts de feuilles d’or : créer des micro-communautés pour les contenus payants, inciter les marques à investir davantage, faire pression sur les milliardaires pour qu’ils investissent une plus grande part de leur capital dans le cinéma indépendant.

En fin de compte, le groupe est parvenu à des conclusions similaires à celles des personnes rassemblées en bas de la colline : Le modèle économique du cinéma indépendant ne fonctionne pas pour le moment.

Le pourquoi est assez claire.

A lire également