A Clockwork Orange: Battling with Kubrick’s Most Controversial Film | Far Flungers

Actualités > A Clockwork Orange: Battling with Kubrick’s Most Controversial Film | Far Flungers

Et il y a cette scène infâme où Alex chante la chanson titulaire d’un certain film musical hollywoodien bien connu alors que lui et sa bande attaquent sauvagement un écrivain d’âge moyen et sa femme. Kubrick présente Alex et les pures atrocités de son gang avec sa propre attitude froide et détachée, ce qui rend cette scène d’autant plus effrayante, surtout quand Alex regarde joyeusement l’écrivain (et nous) juste avant de violer la femme de l’écrivain. Heureusement, le film ne montre pas tout, mais l’horreur de ce qui va bientôt arriver à cette pauvre femme est assez viscérale pour nous, et nous en venons à ressentir plus de répulsion qu’auparavant.

Cependant, comme en témoigne sa narration à la première personne, le film semble également nous forcer à adopter le point de vue sociopathique d’Alex. S’alignant généralement sur tout ce dont il se délecte avec insouciance et sadisme, le film se retrouve souvent sur le point d’embrasser sa méchanceté répulsive, et il se sent donc parfois dangereusement excitant. Après tout, la violence dans les films est intrinsèquement stimulante d’une manière ou d’une autre, et même Kubrick ne peut pas entièrement contenir ce danger artistique.

Au milieu de son acte, le film tente de faire valoir que la violence individuelle d’Alex n’est rien comparée à la violence systémique de sa société dystopique. Peu de temps après avoir finalement été arrêté puis incarcéré, il se trouve être sélectionné pour un projet expérimental de réhabilitation promu par le gouvernement, puis vient un autre moment emblématique du film. Grâce à une procédure pavlovienne très tordue, il est privé de son libre arbitre en échange de devenir pratiquement incapable de toute forme de violence, puis il se retrouve beaucoup victimisé une fois sorti de prison.

Sommes-nous censés être désolés pour Alex à ce moment-là ? Ce qui lui est infligé est certes cruel, mais cela nous rappelle aussi à quel point il est un horrible criminel. Lorsque son statut de « guéri » est présenté devant un groupe de personnalités importantes, il a l’air pitoyable et impuissant en surface, mais il ne nous trompe pas du tout. Nous pouvons clairement sentir que sa nature violente existe toujours derrière son visage apparemment passif bien qu’elle soit artificiellement réprimée pour l’instant, et nous arrivons à observer son sort suivant de loin sans trop de pitié ni d’attention.

★★★★★

A lire également