holidayaffair-5212732-2952519-jpg

25 jours de Noël : l’affaire des fêtes (1949)

Actualités > 25 jours de Noël : l’affaire des fêtes (1949)

Publié à l’origine le 24 décembre 2012

À l’approche de la dernière ligne droite des 25 jours de Noël 2012, et les trois derniers films ne peuvent pas arriver plus tôt. Je ne déteste pas les films de Noël ; c’est juste que j’ai perdu une journée et que toute la liste des films s’est enfuie avec moi. Le film d’aujourd’hui est une autre première pour moi, le film de 1949 Holiday Affair. Je dois admettre que j’ai été surpris de lire la liste des acteurs parce que je n’aurais jamais pensé que Robert Mitchum était un personnage romantique dans un film léger comme celui-ci. L’intrigue du film est ringard et va là où prévu, mais le jeu d’acteur compense l’intrigue frivole. Mitchum et Leigh ont une forte alchimie même si le film devient de plus en plus stupide et pelucheux avec le temps. J’ai certainement vu des films de Noël pires et je vous recommande de les regarder pour une agréable soirée de vacances.

La veuve de guerre Connie Ennis (Janet Leigh) est une comparatrice à la recherche de jouets pour Noël. Dans un magasin de jouets, elle rencontre le vétérinaire de guerre/employé de magasin opprimé Steve Mason (Mitchum) qui perd son emploi à cause de Connie. Au fur et à mesure que Connie et Steve se rapprochent, cela provoque une frustration avec le petit ami de longue date de Connie, Carl (Wendell Corey), qui veut l’épouser.

Holiday Affair était le film pour aider le public à voir Robert Mitchum sous un nouveau jour après son arrestation et son séjour en prison pour possession de marijuana l’année précédente. Le studio espérait éloigner Mitchum de son image de mauvais garçon, et je ne peux pas dire que cela a fonctionné. Il est génial ici en tant que vagabond fringant et perspicace (je ris toujours des nombreuses fois où Mitchum a joué un personnage sans-abri. Cet homme est bien trop beau pour que je croie qu’il ne savait pas où il passerait la nuit), mais il a toujours ce personnage endurci qui est évident dans ses films noirs. Le film introduit de manière convaincante la logique derrière cela en faisant allusion à un passé troublé lui permettant de se connecter avec le petit garçon de Connie, Timmy (Gordon Gebert). Les relations entre les personnages sont bien mieux écrites que l’intrigue elle-même.

L’intrigue est un garçon standard rencontre une fille, la fille a déjà un scénario de garçon et le film ne fait rien pour s’en éloigner. Il semble évident qu’après la Seconde Guerre mondiale, le récit de prédilection impliquait une veuve de guerre traumatisée faisant face à la perte d’un mari. Ici, l’intrigue mélange cela avec des prétendants masculins en compétition pour Connie. Steve fait plusieurs observations sur la façon dont lui et Carl et le petit Timmy se disputent tous son temps et son attention alors qu’elle veut juste garder le souvenir de son mari vivant. Connie se réconcilie continuellement ou pense qu’elle doit payer, pour la perte de son mari jusqu’à s’offusquer lorsque Steve lui dit que Timmy lui ressemble et non à son père. À la fin du film, Steve dit à Connie qu’elle doit vivre dans le présent et embrasser la spontanéité et le plaisir ; « Toutes les surprises ne sont pas une lettre du ministère de la Guerre. »

Le jeu entre les deux protagonistes est de premier ordre et ils ont une forte alchimie. Leigh est géniale en jouant la fille d’à côté/la douce mère. Ses scènes avec le petit Timmy sont remplies de plaisir sain, et quand elle est placée à côté de Mitchum, elle n’est pas trop agressive et n’est pas non plus une épave. Les deux fonctionnent bien, Mitchum n’étant pas trop fort; il est perspicace, mais pas obsessionnel ; coquette mais pas avantageuse. Ajouté au mélange est Wendell Corey qui joue Carl. J’apprécie les films qui rendent les personnages, même ceux qui ne sont pas censés gagner, humains. Corey’s Carl est un homme vraiment bon qui aime Connie et Timmy autant que Steve. Lorsque Carl et Connie se disputent, ils parlent réellement et Carl lui dit qu’elle doit décider si Timmy est son fils ou leur fils. Il veut jouer le rôle d’une figure paternelle pour ce garçon, sans poser de questions. Il n’a peut-être pas l’apparence ou le magnétisme sexuel de Mitchum, mais il est tout aussi digne de la main de Connie. Gebert est mignon comme Timmy, mais le garçon est le gamin un downer. Dans l’une de ses premières scènes, il demande spontanément à sa mère « Est-ce que ça fait très mal de mourir ». Excellent moyen de donner le ton à votre personnage, gamin.

Holiday Affair n’a pas la puissance d’un It’s a Wonderful Life. C’est une légère distraction romantique pour vous ralentir de l’agitation des vacances. Le jeu d’acteur est génial et l’histoire d’amour est douce. Ne vous emballez pas trop dans l’intrigue en dehors de la romance.

Note de Ronnie :

Vous souhaitez acheter le film d’aujourd’hui ? Si vous utilisez le lien pratique ci-dessous, une petite partie sera reversée à ce site ! Merci!

Le louer

affaire de vacances

Achète-le

affaire de vacances

Achetez-le avec 3 autres classiques des Fêtes

4 Films préférés : Classic Holiday Collection Vol. 2 (All Mine to Give / It Happened on 5th Avenue / Holiday Affair / Blossoms in the Dust)

★★★★★

A lire également