Split image of Wild at Heart, Vampire's Kiss, and Ghost Rider

10 performances de film les plus folles de Nicolas Cage

Actualités > 10 performances de film les plus folles de Nicolas Cage

Le prochain film de l’acteur chevronné Nicolas Cage est le western The Old Way, et la bande-annonce voit Cage chercher à nouveau à se venger. Le genre occidental est un nouveau territoire pour l’acteur, mais il le verra sans aucun doute à son meilleur. Cage est l’un des acteurs les plus divertissants qui travaillent aujourd’hui, mais il n’est pas vraiment connu pour sa polyvalence. Au lieu de cela, les fans l’aiment pour ses performances exagérées dans des rôles qui ne justifient pas nécessairement une telle théâtralité, mais c’est ce qui rend ses films si révisables.

C’est une méthode d’action qu’il a lui-même développée et qu’il a nommée « Nouveau Shamanic » (via Movieline), et bien qu’il y ait une raison pour laquelle d’autres acteurs pratiquent cette méthode, cela rend Cage tout à fait unique à Hollywood. Entre jouer une version exagérée de lui-même, un motard squelette enflammé et un vampire en herbe, Cage a tellement de performances à son actif qui sont libres, énergiques et complètement sauvages.

Le poids insupportable d’un talent massif (2022)

Le poids insupportable de Massive Talent ne présente pas une performance aussi folle de Cage, et c’est le concept du film qui est scandaleux, pas l’acteur. Dans le nouveau film, Nicolas Cage joue une version exagérée de lui-même et il est engagé pour assister à la fête d’anniversaire d’un fan. Mais de fil en aiguille, il finit par être embauché par le FBI et doit infiltrer un cartel de la drogue, naturellement.

Cependant, Cage a toujours ses moments sans cage grâce à la prémisse ridicule, en particulier lorsqu’il doit se souvenir des compétences qu’il a acquises dans les vieux films d’action et les appliquer à cette situation « réelle ». Entre auditionner désespérément au milieu de la rue et trébucher sur le LSD, le film a des allusions au jeu explosif de Cage.

Coup de pied (2010)

Là où la plupart des performances folles de Cage se démarquent parce que les films dans lesquels il joue sont par ailleurs ancrés et normaux, le style unique de l’acteur correspond parfaitement au film de super-héros classé R Kick-Ass. Le film ne parle pas de super-héros dotés de super pouvoirs, mais de gens ordinaires qui prennent sur eux de devenir des justiciers et de lutter contre le crime dans des tenues ridicules.

À cet égard, il n’y a pas de meilleur acteur pour jouer Big Daddy, un personnage qui entraîne sa fille de 11 ans à tuer violemment des gangsters, que Cage. L’acteur a ingénieusement canalisé la performance d’Adam West dans la série Batman des années 1960 pour le personnage également (via CBR), ce qui a ajouté une dimension maladroite au justicier.

Con Air (1997)

Con Air a un concept typique de film d’action des années 90, car il s’agit d’un avion qui transporte un groupe de criminels d’une prison à une autre, et c’est Die Hard mais en mieux. Cage joue Cameron Poe, qui vient d’obtenir sa libération conditionnelle mais prend l’avion pour rentrer chez lui, et c’est l’un des rôles les plus extraordinaires de l’acteur en raison de son caractère inhabituellement mélodramatique. Ses longues mèches, son obsession pour un lapin rose et son engagement à voir sa fille en font l’une des performances les plus divertissantes de Cage.

C’est presque comme si chaque acteur sur le tournage du film de 1997 avait adopté l’approche « Nouveau Shamanic » de Cage pour jouer. Qu’il s’agisse de Steve Buscemi en tant que tueur en série notoire, de Ving Rhames en tant que terroriste nationaliste noir ou de John Malkovich en tant que cerveau criminel, chaque acteur de cet avion est tellement exagéré et s’amuse tellement dans son rôle.

Bat Lieutenant: Port d’escale à la Nouvelle-Orléans (2009)

Bad Lieutenant: Port of Call New Orleans n’est pas un concept original mais plutôt un remake du film du même nom avec Harvey Keitel de 1992, mais les deux sorties et les performances ne pourraient pas être plus différentes. Le film a provoqué une querelle entre les cinéastes, car le réalisateur Wener Herzog a refusé de regarder le film original, et il semble que Cage n’ait pas pris la peine de le regarder non plus.

Terence McDonagh (Cage) est simplement un vaisseau pour Cage pour jouer un flic secoué. Le film commence comme un drame criminel procédural captivant, mais se transforme lentement en une étude de personnage étrange, obscure et très difficile qui suit Cage jouant un flic sale drogué. Et il y a des répliques hilarantes et déplacées, comme « Tout ce que je prends est sur ordonnance… sauf l’héroïne. »

Sauvage au cœur (1990)

Sur le papier, il semble que le cinéaste David Lynch et Cage soient faits l’un pour l’autre, et on se demande pourquoi ils n’ont pas formé une relation réalisateur-acteur à la Scorsese/De Niro. L’acteur et le réalisateur sont tous deux mystérieux, et les films de Lynch ont tendance à être étranges, surréalistes et présentent généralement des personnages qui ne savent pas très bien comment agir dans des situations sociales mais qui sont toujours excentriques, tout comme la plupart des personnages de Cage. .

Cependant, le seul exemple des deux travaillant ensemble est plus que suffisant, car Wild at Heart est un chef-d’œuvre surréaliste sur Sailor (Cage), qui tente d’échapper aux fous que sa belle-mère a embauchés pour le tuer. Vêtu d’une veste en peau de serpent et portant des lunettes de soleil, Cage n’a certainement pas l’air plus sauvage, et le voir fumer deux cigarettes en même temps en dit long.

Face / Off (1997)

Caster Troy de Face / Off est peut-être le rôle le plus emblématique de Cage, car les Golden Guns, les plans psychotiques et les manières visqueuses du personnage en font l’un des meilleurs méchants de films d’action de tous les temps. Troy est presque comme un méchant de Bond, et s’il était un méchant de Bond, il serait le plus mémorable de tous dans la galerie de voleurs de 007.

Alors que les fans attendent de voir autant de suites de Cage se concrétiser, que ce soit National Treasure 3 ou Unbearable Weight 2, Cage lui-même a mentionné qu’il voulait faire Face/Off 2. Étant donné que la carrière de l’acteur a connu un énorme regain ces derniers temps ans et est de retour à la réalisation de films sortis en salles par opposition à ceux qui sont directement en VOD, il n’y aurait pas de meilleur film pour réaliser le retour de Cage qu’une suite héritée de Face / Off.

Le pays des merveilles de Willy (2021)

Willy’s Wonderland fait partie d’une série de films de type John Wick dans la filmographie de Cage où Cage affronte une armée de méchants. Mandy le voit affronter un culte psychotique, et Pig le voit affronter toute l’industrie de la restauration, et bien que ces performances soient sauvages en elles-mêmes, elles ne se rapprochent pas de la bombe absolue de sa performance dans Willy’s Wonderland.

Si le public pensait que Unbearable Weight avait un concept scandaleux, Willy’s Wonderland laissera les téléspectateurs choqués et confus. Le film suit un vagabond (Cage) qui est embauché pour nettoyer un parc à thème abandonné, pour être chassé par un groupe de personnages animatroniques. La performance de Cage correspond à l’absurdité de l’intrigue, alors qu’il met toute sa puissance et sa férocité dans l’attaque des méchants animatroniques.

La série Ghost Rider (2007 – 2011)

Big Daddy n’est pas le seul super-héros que Cage a joué dans le passé, car il a également joué un personnage de Marvel doté de capacités surnaturelles. Bien que beaucoup pensent que Cage devrait rejoindre le MCU, il a joué l’anti-héros titulaire dans deux films Ghost Rider, et un motard qui se transforme en squelette enflammé convient à la gamme de Cage. Le rôle discret brise le quatrième mur, alors que Cage, dans le personnage de Johnny Blaze, crie littéralement dans la caméra alors qu’il se transforme en Ghost Rider, et à ce stade de sa carrière, un choix comme celui-là n’est guère surprenant.

Cage ne retient pas le théâtre en tant que Blaze, et il porte l’idée d’un motard vêtu d’une veste en cuir à son apogée stéréotypée tout en renversant le stéréotype sur sa tête en même temps. Une partie du personnage joue dans les tropes des motards hyper-masculins, tandis que l’autre moitié de lui est simplement obsédée par les quilles. Et que ce soit l’écrivain, le réalisateur ou le choix de Cage, c’est quand même déconcertant.

L’homme en osier (2006)

The Wicker Man est l’un des films les plus notoires mettant en vedette Cage pour une seule scène, c’est-à-dire quand Edward (Cage) est exposé aux abeilles et le laisse crier de façon hilarante, « pas les abeilles! » alors qu’il était à genoux. Étant un film d’horreur, la séquence visait à effrayer le public, mais elle a eu l’effet inverse et a laissé les téléspectateurs en ébullition.

La scène des abeilles est devenue bien plus populaire que le film lui-même, car elle est devenue un mème populaire et la scène a été visionnée des millions de fois sur YouTube malgré le bombardement du film au box-office, rapportant moins de 40 millions de dollars dans le monde (Box Office Mojo ). Le reste du film regorge d’acteurs similaires de la part de Cage, mais ironiquement, c’est ce qui rend le film si mauvais qu’il est bon si regardable.

Le baiser d’un vampire (1988)

Vampire’s Kiss pourrait être considéré comme une satire intelligente sur les yuppies de New York qui est bien antérieure à American Psycho, mais honnêtement, on ne sait pas ce qu’est le film ou ce qu’il est censé être. La sortie de 1988 est comme un animal sauvage sans cage, et tout cela grâce à la performance de Cage, qui rend chaque scène complètement imprévisible.

Le film rebondit d’une scène bizarre à l’autre, qu’il s’agisse de Peter (Cage) criant tout l’alphabet à son thérapeute dans un accès de rage concernant les erreurs de classement, de manger un cafard vivant ou de ramper sous les bureaux. Même la cadence du dialogue de Cage est bizarre car il met l’accent sur des mots aléatoires, tout dans le rôle est si expressif, et que les téléspectateurs pensent que c’est bon ou mauvais, il est impossible de détourner le regard.

★★★★★

A lire également