10 fanatiques religieux les plus effrayants de l’horreur, classés du moins au plus terrifiant

Actualités > 10 fanatiques religieux les plus effrayants de l’horreur, classés du moins au plus terrifiant

Avertissement de contenu : l’article suivant contient des discussions/représentations d’automutilation et d’abus. Le prochain film d’horreur Prey For The Devil se concentre sur une jeune nonne qui suit une formation pour exorciser les démons. Pour certains, la religion est perçue comme un moyen de mieux comprendre le monde. Cependant, dans les films d’horreur, certaines personnes poussent leur fondamentalisme trop loin, et lorsque ces fanatiques vont trop loin, ils peuvent devenir carrément terrifiants. C’est un trope avec lequel le genre d’horreur aime jouer.

Du sectarisme subtil aux rituels carrément démoniaques, ces fanatiques montrent ce qui se passe lorsque les gens se jettent sur leurs dieux pour toutes les mauvaises raisons.

10 William (la sorcière)

La sorcière suit une famille puritaine qui a été exilée de sa communauté à cause de l’extrémisme de son père. William, le patriarche de la famille, est un fondamentaliste dur qui croyait que la souffrance était une nécessité pour la récompense. Son ego et son puritanisme sont ce qui motive toute l’histoire.

Bien qu’il ne soit pas le « méchant » du film, la fierté, la masculinité toxique et le puritanisme religieux de William l’empêchent de simplement s’excuser ou de faire des compromis avec la communauté. Ainsi, bien qu’il ne soit pas une force activement malveillante, ses actions sont ce qui scelle le destin de sa famille.

9 Lord Summerisle (l’homme en osier)

En tant que Lord Summerisle apparemment bienveillant, Christopher Lee dépeint parfaitement l’aura charismatique et chaleureuse que chaque chef de secte utilise pour cacher sa vraie nature. Il est le repoussoir parfait pour le dévot et stoïque, le sergent Howie est vraiment bon sous l’abrasif.

Lord Summerisle dans The Wicker Manis de 1973 est une excellente représentation de la façon dont les sectes peuvent sembler «raisonnables» pour une communauté fermée. Bien que Howie soit à la fois moralement et logiquement correct dans ses accusations, il le fait d’une manière qui effraie la communauté. Lord Summerisle dit aux gens exactement ce qu’ils veulent entendre. Le fait que ses croyances troublantes soient exprimées si chaleureusement le rend d’autant plus troublant.

8 Pelle (Midsommar)

Pelle est un jeune homme charismatique faisant partie du groupe qui visite le Hårga et la personne responsable de l’introduction du groupe universitaire au culte. Ce qui le rend si terrifiant, c’est à quel point il est subtil.

Midsommar explore la manière trop réelle dont les cultistes lavent le cerveau des recrues, à savoir par la fausse gentillesse. On ne sait pas à quel point son empathie pour Dani est sincère, mais ce que l’on sait avec certitude, c’est qu’il a conduit ses « amis » à un culte obscur, sachant très bien ce que seraient les destins terrifiants de Dani et de son groupe.

7 Maud (Sainte Maud)

Morfydd Clark à Saint Maud.

Tous les fanatiques religieux ne sont pas terrifiants à cause de ce qu’ils font aux autres. Parfois, ils sont effrayants à cause de ce qu’ils se font. Maud, une soignante pour les malades en phase terminale, croit vraiment qu’elle a une communication directe avec Dieu. Tout au long de Saint Maud, c’est délibérément vague à quel point c’est vrai.

L’isolement de Maud signifie que son détachement de la réalité est resté incontrôlé et que l’étendue de son automutilation est horrible et troublante. Maud est le revers de la médaille pour les personnes ayant une foi solide. Parfois, leur foi s’égare fermement dans l’auto-illusion nuisible.

6 Dr Joseph (l’invitation)

Le Dr Joseph est un chef de secte et est à peu près aussi dérangeant que la plupart des gens s’attendent à ce que les chefs de secte le soient. L’Invitation n’est pas qu’un titre, mais le nom même de son culte. C’est un nom qui fait signe, et quand les âmes malheureuses viendront à eux pour obtenir des réponses, elles ne trouveront que du sang.

Le Dr Joseph montre comment un homme intellectuel est capable de manipuler les personnes émotionnellement vulnérables pour faire sa volonté. Une fois que la véritable nature de ce qu’est « l’invitation » est révélée, le spectateur n’est que dégoûté par la façon dont le culte allume ses adeptes. C’est particulièrement plus pertinent de nos jours, où les communautés se forment plus rapidement que jamais. Fascinant, il n’est pas beaucoup présent dans le film, mais les atrocités que sa secte commet en son nom parlent d’elles-mêmes.

5 Mme Carmody (La brume)

Mme Carmody était autrefois une femme d’âge moyen normale quoique un peu tendue qui était apparemment inoffensive. Lorsque la brume arrive dans la petite ville, ni les téléspectateurs ni les citadins ne se seraient attendus à sa transformation progressive mais diabolique. Bien qu’il y ait des monstres à l’extérieur, Mme Carmody représente le monstre qui réside dans l’humanité.

À travers un mélange de peur et de colère, Mme Carmody s’est convaincue qu’elle est un prophète de Dieu. Par peur, les citadins effrayés s’accrochent à la seule personne qui semble être sûre d’une réponse. Mme Carmody est un autre exemple de la façon dont les fanatiques corrompus influencent les autres dans leurs croyances par la peur. Elle est terrifiante à cause de son humanité crédible, jusqu’à la fin amère de The Mist.

4 Margaret White (Carrie)

Margaret White, tout comme William de The Witch, est une intégriste stricte dont les croyances frôlent les abus envers leurs familles respectives. Cependant, alors que William était au moins véritablement sympathique et réalisait ses propres erreurs, Margaret White est complètement immergée dans sa relation abusive avec Carrie.

Margaret White est représentative du cycle négatif dans lequel mène l’intégrisme religieux. Au lieu de faire preuve de bon sens ou de décence, elle abuse activement de sa fille, à la fois mentalement et physiquement, dans une tentative malavisée de «sauver son âme». Le film classique de Brian De Palma résiste à ce jour.

3 La Mademoiselle (Martyres)

Dans Martyrs, la Mademoiselle est le chef du culte dans le film et son fanatisme religieux se manifeste de manière très peu orthodoxe. Au contraire, elle est en fait assez clinique et froidement directe sur ses intentions.

Le but du culte, pour Mademoiselle, transcende toute morale terrestre. Il n’y a rien d’autre qui compte, mais la vérité que la secte semble découvrir. Cependant, leur objectif consiste à torturer impitoyablement des innocents. Mademoiselle représente la déshumanisation dont les sectes sont capables. Non seulement cela, mais cela montre aussi à quel point leur cruauté est finalement inutile, surtout après la fin.

2 Quinn (Apôtre)

Les fans de The Raid ne s’attendaient peut-être pas à ce que le prochain film du réalisateur Garth Evans soit une horreur folklorique gothique se déroulant au début des années 1900. Apostle suit un homme déterminé à sauver sa sœur, qui a été kidnappée par un mystérieux culte à Erisden. Bien qu’Erisden soit techniquement dirigé par Malcolm Howe, le véritable pouvoir est son bras droit, Quinn.

Quinn est un homme brutal et avide de pouvoir qui cherche à monopoliser le pouvoir de la secte par tous les moyens nécessaires. Bien que sous couvert de « garder la communauté en sécurité », les convictions de Quinn sont loin d’être un martyre. Au lieu de cela, il considère leur dieu comme une machine. Tant qu’ils leur donnent du « carburant » par des sacrifices, cela continuera à leur donner ce dont ils ont besoin. Ou plus probablement, ce dont Quinn a besoin.

1 Sœur Jeanne (Les Diables)

Les Diables se déroule au plus fort du discours politique et religieux dans la France du XVIIe siècle. L’Église catholique romaine accuse un prêtre local, Urbain Grandier, de possession démoniaque pour déstabiliser la ville. À la pointe de la lance de ce plan se trouve la sœur Jeanne, sexuellement refoulée, qui a une affection inquiétante pour Grandier.

Sœur Jeanne dérange parce qu’elle est réelle. Bien que le film soit grandement exagéré, les événements principaux se produisent, un événement connu sous le nom de Loudon Possessions. Sœur Jeanne, en substance, est une version féminine du juge Frollo du Bossu de Notre-Dame. Incapable de contrôler ses pulsions sexuelles, elle s’en prend à la source et, ce faisant, condamne un innocent à mort. Sœur Jeanne est la preuve historique de la raison pour laquelle l’horreur et la religion sont si étroitement liées.

★★★★★

A lire également