Vin Diesel fait sa meilleure usurpation d'identité Terminator

Des scènes de combat habiles et des personnages de soutien provocateurs sauvent Injecté de sang de son récit confus. Le super-héros de Valiant Comics obtient une adaptation cinématographique où les parties sont meilleures que la somme. Vin Diesel tire un Schwarzenneger en disant peu et en donnant des coups de pied dans le cul. Les effets qui ont alimenté le décompte des corps compensent son manque de charisme. Guy Pearce et Toby Kebbell apportent le muscle agissant qui soutient l'intrigue compliquée.

Ray Garrison (Vin Diesel) est un soldat d'élite des forces spéciales avec une épouse aimante (Talulah Riley). Une mission réussie en Afrique amène l'ennemi à sa porte. Il fait face au pire cauchemar de chaque homme, mais a une chance particulière de se venger. Ray se réveille dans les laboratoires de Rising Spirit Technologies. Un brillant scientifique, le Dr Emil Harting (Guy Pearce), lui a donné une nouvelle vie surhumaine. Son sang a été imprégné de nanorobots reconstruisant les tissus. Ray peut guérir presque instantanément des blessures les plus catastrophiques. Sa force et son intelligence se sont considérablement multipliées.

Ray n'a aucun souvenir de sa vie antérieure. Une rencontre fortuite avec une collègue également améliorée (Eiza González) stimule sa mémoire. Il devient une machine à tuer imparable. Chasser le psychopathe (Toby Kebbell) qui lui a tout pris. Alors que Ray se rapproche de son objectif, la vérité derrière sa résurrection devient claire.

Injecté de sang commence par une configuration intrigante. Les personnages sont rapidement établis. Un objectif est donné. Le protagoniste s'est déchaîné avec une fureur vertueuse. Le deuxième acte laisse tomber plusieurs rebondissements qui changent radicalement la nature de l'intrigue. Cela est malheureusement mal géré par le réalisateur Dave Wilson, qui fait ses débuts ici. L'exécution à ce stade est critique. Le flux de l'histoire est forcé. Le film devient purement axé sur l'action. Wilson possède une solide expérience dans la production d'effets visuels. Ses compétences sont évidentes à l'écran. Les scènes d'action sont assez élaborées, mais il perd de vue une bonne prémisse. Injecté de sang va plein sur les cloches et les sifflets. Il ne reprend jamais l'intérêt initial.

CONNEXES: Bloodshot, The Hunt ou je crois toujours que Top Onward au Week-end Box Office?

Vin Diesel a quelques moments d'angoisse, mais est presque robotique tout au long. Il est presque un Terminator avec cette performance. La nanotechnologie reconstruisant ses appendices déchiquetés fait une comparaison. Guy Pearce et Toby Kebbell tirent le meilleur parti de leurs rôles. Kebbell en particulier est mémorable avec un temps d'écran limité. Son introduction est la partie la plus drôle et la plus troublante du film. J'aurais aimé qu'on lui en donne plus à faire. Pearce est complexe et nuancé dans un rôle qui aurait pu facilement être générique. Il apporte la gravitas à la technobabble. Pearce a la capacité d'être à la fois attachant et menaçant, parfois dans la même scène.

Bien qu'il tente de mettre en place un univers cinématographique Valiant Comics, Injecté de sang s'écarte des volumes comiques. Ceux qui recherchent une adaptation exacte doivent atténuer leurs attentes. Cela dit, le film repose sur ses mérites et doit être jugé purement en tant que tel. Les balles, les passages à tabac et le CGI nanotechnologique devraient suffire à la correction de base des junkies d'action. Injecté de sang devait être plus engageante au niveau de l'histoire. C'est de la science-fiction passable au mieux. Injecté de sang est une production de Bona Film Group, Original Film et Valiant Entertainment, distribuée par Sony Pictures.

Sujets: Bloodshot

Les vues et opinions exprimées dans cet article sont celles de l'auteur et ne reflètent pas nécessairement la politique ou la position officielle de Movieweb.

A lire également