the-marx-bros-a-day-at-the-races-1927-mountain-dreams-4807384-3510619-jpg

Une journée aux courses (1937) – Ticklish Business

Actualités > Une journée aux courses (1937) – Ticklish Business

La semaine dernière, nous avons commencé notre série hommage aux Marx Brothers avec un regard sur ce qui est de loin le préféré de vos serviteurs parmi les films Brothers : Une nuit à l’opéra. Cette semaine, je reste avec le salon MGM des équipes pour un examen d’un autre favori de Kim, A Day at the Races.

A Day at the Races suit les frères alors qu’ils luttent pour aider une jeune femme (Maureen O’Sullivan) à garder son sanatorium pataugeant ouvert à l’ombre d’un hippodrome populaire. Marx Brothers agrafe Allan Jones, Margaret Dumont et Sig Ruman co-vedette sur la photo. Sam Wood réalise le film à partir d’un scénario de Robert Pirosh, George Seaton et George Oppenheimer.

La semaine dernière, j’ai passé beaucoup de temps à parler des joueurs de soutien dans Une nuit à l’opéra, le film précédent de l’équipe. Cette fois-ci, une grande partie de la distribution reste la même, la seule différence est que Maureen O’Sullivan remplace Kitty Carlisle. En fin de compte, c’est vraiment un véhicule pour les Frères. Bien sûr, cela ne veut pas dire que le casting de soutien est du tout faible. En fait, s’il existait une encyclopédie des joueurs solides et fiables des années 1930, Maureen O’Sullivan serait représentée tandis que les autres apporteraient leur flair habituel (ou leur délicieuse capacité de chant d’opéra).

Mais la différence réside vraiment dans la construction du récit qui, cette fois-ci, est centré sur les Frères. Judy (O’Sullivan) a besoin du Dr Hackenbush (Groucho) pour sauver le sanatorium tandis que Mme Upjohn (Dumont) a besoin de Hackenbush et seulement Hackenbush pour être son médecin. Pendant ce temps, Gill (Jones) a besoin de ‘Stuffy’ (Harpo) et Tony (Chico) pour l’aider avec son cheval de course. Les Marx font partie intégrante de l’action qui se déroule à l’écran. En revanche, dans Une nuit à l’opéra, les frères sont moins au centre du récit et participent plutôt à la plus grande histoire de la quête d’amour de Rosa et Ricardo.

En conséquence, la folie de certains de leurs films précédents revient un peu dans Un jour aux courses. Ceci est vu dans sa clarté la plus frappante dans le troisième acte alors que les frères (déguisés en médecins) examinent Mme Upjohn avant que l’action ne se déplace ensuite vers l’hippodrome voisin. C’est maniaque, c’est chaotique et l’échelle des scènes est bien plus grande que tout ce qui a été mis en scène dans le film précédent.

Cependant, même les plus petits morceaux d’humour dans celui-ci sont complètement et totalement mémorables. La comédie vous suit, qu’il s’agisse de la véritable identité du Dr Hugo Hackenbush en tant que vétérinaire ou de ses plaisanteries bien conçues avec Tony tout au long du film. En fait, j’ai découvert lors de ma dernière relecture de la comédie que je suis toujours capable de réciter la séquence « Tootsie Frootsie ice cream » même si cela fait un moment. Ces petits moments montrent que les grands décors loufoques ne sont pas nécessaires (comme nous l’avons découvert dans le dernier film). Après tout, les Marx ont fait leurs débuts sur Vaudeville et ils sont parfaitement capables de captiver le public par leur seule présence sur scène.

A Day at the Races intègre à peu près le même sentiment que dans Une nuit à l’opéra. C’est le pic MGM après tout. Il y a peut-être plus de chaos marxiste dans A Day at the Races, mais le poli et le prestige sont indéniables. A Day at the Races regorge de numéros de musique. Allan Jones fait le gros du travail cette fois-ci en raison du manque d’autres chanteurs. Le film compense avec les numéros de musique habituels de Marx (Harpo et Chico faisant ce qu’ils font le mieux) ainsi que les performances spontanées de Vaudeville que les fans de musique de l’époque sont plus que familiers.

Dans ce sens, peut-on s’arrêter une seconde pour parler du courage qu’il faut à un film pour arrêter sa narration froide pour un solo de harpe ? On ne verrait jamais un film faire ça aujourd’hui ! Que diriez-vous de la capacité de Chico à tout laisser tomber et à claquer un solo de piano charismatique. On arrête peut-être le froid narratif, mais saluez Harpo Marx et sa harpe ! J’admets que ces séquences m’ennuyaient généralement jusqu’aux larmes quand j’étais enfant, mais comme j’ai grandi (et appris à apprécier la magie quand je la vois), la confiance inhérente à ce «flex» me surprend toujours. Oserais-je dire, ce sont de vrais talents ?

Dans le grand schéma des choses, je suppose qu’on peut dire que A Day at the Races montre les Marx Brothers au sommet de leur carrière à l’écran. Dans leur format reconnu, ils ont ensuite réalisé Au cirque pour clore les années 1930. Ils ont fait une poignée de films tout au long des années 1940 (leur travail ensemble s’est terminé avec Love Happy en 1949), malheureusement, peu d’entre eux ont égalé le prestige de leurs films précédents.

Les frères ont continué à jouer après Love Happy. Chico et Harpo ont tous deux travaillé tout au long des années 1950 à la télévision (généralement en tant que versions de leurs personnages standard). Les deux hommes sont décédés dans les années 1960 (1961 et 1964 respectivement). Pendant ce temps, Groucho a travaillé régulièrement (en particulier à la télévision) jusqu’à sa mort en 1977. La marque de Groucho est peut-être plus ressentie dans ses apparitions dans des talk-shows des années 1970, au cours desquelles il a conservé les souvenirs et la nostalgie de l’ère classique, tout en participant également à certains fascinants discussions.

Comme nous en avons discuté dans l’article de la semaine dernière, Irving Thalberg a joué un rôle déterminant dans le développement du style The Marx Brothers après que l’équipe a quitté Paramount pour MGM. Le jeune cadre est décédé en septembre 1936 alors que A Day at the Races était très tôt dans le processus de production. Le film sortira en salles à l’été 1937. Groucho Marx réfléchit à Thalberg et à ses contributions dans une interview avec Dick Cavett en 1971 :

Il était certainement le plus grand producteur qu’Hollywood ait eu…

Dans une conversation différente avec Cavett, Groucho a poursuivi la discussion :

(Thalberg) est mort à 37 ans… tous les génies meurent jeunes. Nous avons fait deux photos avec lui Une nuit à l’opéra et Une journée aux courses et par une étrange coïncidence, ce sont de loin les meilleures photos que nous ayons jamais faites et ce fut une grave perte pour nous quand il est mort.

En regardant cette période de la carrière de The Marx, j’ai longtemps entendu que la MGM Pictures était un peu moquée. Comme Une nuit à l’opéra et Un jour aux courses sont deux de mes films préférés… Je ne comprends pas. Bien sûr, ces films sont certainement à des millions de kilomètres des travaux antérieurs de Marx avec Paramount, mais ils sont représentatifs d’une période de transition importante dans leur histoire de la comédie. Les Marx Brothers ont pu déménager dans un nouveau studio, se placer sous un parapluie créatif différent et ils étaient toujours à la hauteur et faisaient certains de leurs meilleurs travaux.

Revenez la semaine prochaine alors que je remonte un peu dans le temps pour regarder le travail des Marx Brothers pour Paramount avec une discussion sur Monkey Business.

Intéressé d’en apprendre plus sur nous??

Suivez Ticklish Business sur Twitter, Facebook, Letterboxd et Instagram. Nous avons également du contenu vidéo spécial disponible sur notre chaîne YouTube.

Intéressé à nous soutenir? Consultez notre page Patreon ! Les avantages incluent des cadeaux, un accès anticipé et du contenu bonus supplémentaire !

Nos épisodes de podcast sont disponibles partout où vous écoutez des podcasts, notamment : Apple Podcasts, Spotify et Podbean.

★★★★★

A lire également