Un récit dévastateur de survie

Actualités > Un récit dévastateur de survie

L'oiseau peint est une sombre odyssée des instincts les plus sombres de l'humanité. Un garçon juif subit d'horribles abus en traversant un pays slave sans nom pendant la Seconde Guerre mondiale. Tourné en noir et blanc, L'oiseau peint a des représentations graphiques de meurtre, viol, pédophilie et bestialité. Le garçon est témoin et victime d'atrocités commises dans la zone de guerre. Le réalisateur tchèque Václav Marhoul livre un récit brutal et sans équivoque de la survie.

Nous rencontrons d'abord le garçon (Petr Kotlár) dans une maison paysanne poussiéreuse. Petit, léger et aux yeux sombres, il est soigné par la vieille Marta (Nina Šunevič). Le garçon fait ses corvées, mange une soupe maigre avec un morceau de pomme de terre et regarde avec mélancolie une photo de sa famille. Il regarde Marta se laver les pieds. Le lendemain, Marta n'a pas bougé. Son approche prudente entraîne un accident de feu. Il s'enfuit dans les bois.

CONNEXES: Nicolas Cage obtient sa propre section sur le service de streaming Peacock de NBC

Le garçon est qualifié de démon par les villageois locaux. Il est battu, puis vendu à une sorcière chuchotante. Elle essaie d'exciser les mauvais esprits de son sang. Le voyage pénible du garçon commence. Il croise de nombreuses personnes et différentes situations dans sa quête de survie. Il est rarement traité avec gentillesse. Chaque rencontre le laisse physiquement et mentalement marqué. Le garçon devient endurci à la cruauté alors qu'il pénètre dans le paysage déchiré par la guerre. Il apprend à être résolu contre la terreur et le désespoir.

L'oiseau peint est l'adaptation cinématographique du roman de Jerzy Kosiński de 1965. Les personnages parlent la langue interslavique, à l'exception des soldats allemands et russes. Chaque personne ou groupe que le garçon rencontre est présenté par une carte noire. L'autonomie de près de trois heures est divisée en segments. Ces chapitres sont une mesure collective de l'innocence perdue et souillée.

Le style de prise de vue de Václav Marhoul augmente la valeur de choc du film. Examinons deux des personnages les plus dépravés. Un prêtre malade (Harvey Keitel) place le garçon sous la garde d'un paroissien de confiance, Garbos (Julian Sands). Il se révèle être un pédophile tordu. Garbos prévient le garçon, il le tuera s'il parle. Pendant un hiver froid, le garçon est abrité par la sensuelle Labina (Júlia Vidrnáková). Elle utilise le garçon pour satisfaire ses désirs. Il a le cœur brisé quand son corps prépubère ne peut la satisfaire. Labina recourt à une autre méthode. Ces scènes incroyablement troublantes sont représentées de manière réaliste. La laideur brute, surtout pour un enfant, ne peut être atténuée. Le film est rempli d'images nauséabondes.

Le garçon pourrait être n'importe quel enfant perdu dans la guerre. Son expérience est le reflet du pire comportement de l'humanité. Il témoigne également de notre résilience et de notre courage. L'oiseau peint ne perd jamais de vue la force du garçon. Sa vie devient la faible lueur d'espoir. Mais il a appris la haine et la vengeance. C'est peut-être l'argument le plus convaincant du film. Le bilan de la guerre laisse des dommages permanents.

L'oiseau peint a eu des débrayages lors de sa première en 2019 au Festival du film de Venise. Il a également reçu une ovation debout. Ce n'est pas une expérience pour les faibles de cœur, ou facilement offensé. J'ai été consterné, attristé et transpercé. L'oiseau peint est une œuvre d'art dévastatrice. Le film est une production de PubRes, Silver Screen et The Ukrainian State Film Agency. Il sera disponible le 17 juillet sur demande auprès d'IFC Films.

Sujets: Streaming

Les vues et opinions exprimées dans cet article sont celles de l'auteur et ne reflètent pas nécessairement la politique ou la position officielle de Movieweb.

Julian Roman à Movieweb

★★★★★

A lire également