Un mélodrame ennuyeux tue un thriller Lion CGI

Actualités > Un mélodrame ennuyeux tue un thriller Lion CGI

Beast a un médecin veuf qui défend ses deux filles contre un lion meurtrier près d’un village sud-africain. Le carnivore meurtrier de CGI coupe et éviscère la chair humaine avec un réalisme épouvantable. Malheureusement, l’intrigue mélodramatique du film tue autant que la créature déchaînée. Les personnages se disputent et gémissent sans cesse à propos de problèmes familiaux tout en étant attaqués sans relâche. Cela n’a guère de sens compte tenu de leur situation difficile. Ils empruntent également aux tropes d’horreur standard en se comportant bêtement et en ignorant l’auto-préservation évidente. Star Idris Elba commande l’écran avec sa présence dominante. Vous l’encouragez à tuer son adversaire à crinière, mais Beast essaie de faire preuve de patience avec une préhension trop émotionnelle.

Le Dr Nate Samuels arrive dans la brousse sud-africaine avec ses filles adolescentes, Meredith (Iyana Halley) et sa sœur cadette Norah (Leah Sava Jeffries). Ils reviennent rendre visite à Martin (Sharlto Copley), un défenseur de la faune et cher ami de l’ex-femme récemment décédée de Nate (Naledi Mogadime). Nate veut renouer avec ses enfants tout en visitant la patrie de leur mère. Meredith a suivi ses traces en tant que photographe. Elle reproche à son père d’être absent pendant la bataille de sa mère contre le cancer. Elle se dispute avec son père et sa sœur depuis leur palier.

Martin emmène la famille dans une réserve isolée. Il leur montre une troupe de lions qu’il a aidé à élever de petits. L’aventure touristique prend une tournure macabre lorsqu’ils se rendent dans un village voisin. Les habitants ont été massacrés par un lion. Martin n’a jamais vu un lion se comporter de manière aussi agressive. Il dit à Nate et aux filles de rester dans la voiture. Martin s’aventure dans la savane pour traquer la bête. Nate et les filles entendent un coup de feu. Suivi d’une rencontre terrifiante avec le lion à la voiture. Martin annonce par radio qu’il a été blessé. Nate essaie de sauver Martin et d’éloigner ses enfants du prédateur sauvage.

Le Lion en Bête

Beast détient la part du lion du marché du divertissement. Le monstre n’épargne personne car il rôde dans la savane pour les humains. Une intrigue secondaire concernant les braconniers diaboliques explique l’effort impitoyable du lion. C’est pour se venger et sur une frénésie de déchiquetage. L’action CGI et les effets pratiques sont convaincants. Le lion semble imparable alors qu’il sculpte sans discernement. Les personnages jaillissent du sang et des entrailles de vilaines blessures. Il y a quelques moments de saut hors de votre siège où il bondit sans être vu.

Les querelles et les plaintes incessantes des filles dégonflent le plaisir macabre. Meredith est en colère contre Nate et laisse ses sentiments s’exprimer. Cela fonctionne dans le premier acte car le film établit les personnages. Cela devient extrêmement énervant lorsqu’ils font face au lion. Le réalisateur Baltasar Kormákur (Contraband, 2 Guns) laisse le bavardage plaindre trop longtemps. Les adolescents peuvent être difficiles à gérer, mais son comportement est ridicule. S’échapper d’un lion tueur remplace tous les autres problèmes. L’accent dramatique aurait dû être mis sur la vie et la mort, pas sur les problèmes de papa.

Beast fait l’erreur de personnages intelligents agissant de manière irrationnelle. Nate et les filles quittent constamment la sécurité des espaces clos. Ils oublient aussi commodément de fermer les fenêtres et les portes. Permettant ainsi au lion de les suivre et de les piéger facilement. Le but est de faire monter la tension mais se sent complètement mis en scène. C’est comme se présenter à l’abattoir. Idris Elba est toujours convaincant, mais ne peut pas sauver le film à lui seul. La bête avait besoin d’aiguiser son intrigue et son exécution comme les griffes du lion.

Beast est produit par Will Packer Productions et RVK Studios. Il sortira en salles le 19 août chez Universal Pictures.

★★★★★

A lire également