Un maquillage augmente-t-il vos chances de remporter les Oscars ?

Un maquillage augmente-t-il vos chances de remporter les Oscars ?

Magazine Jolie Bobine : « Maestro », « Poor Things » et « Golda » font partie de la liste des finalistes des Oscars du maquillage et de la coiffure de cette année.

Lors de la cérémonie des Oscars 2003, le présentateur Denzel Washington a annoncé avec insolence la lauréate de la meilleure actrice de la cérémonie en faisant un petit clin d’œil, mais avec un sens aigu du jeu de mots : « D’un nez… Nicole Kidman ». La plaisanterie était pertinente, car pour incarner l’écrivain Virginia Woolf dans « The Hours », Nicole Kidman a subi trois heures de préparation et a revêtu une prothèse de nez, ce qui a suscité un débat parmi les amateurs d’Oscars sur la question de savoir si des heures de maquillage en plus d’une performance dramatique engagée constituent le secret de la voie rapide pour décrocher le trophée. Alors… est-ce le cas ?

Eh bien, cela ne fait pas de mal, comme le montre l’histoire récente des Oscars. Au cours des deux dernières années, Jessica Chastain (« The Eyes of Tammy Faye »), Brendan Fraser (« The Whale »), Jamie Lee Curtis (« Everything Everywhere All at Once ») et même Will
Smith (« King Richard ») se sont retrouvés à monter sur le podium dans des rôles qui les obligeaient à disparaître à l’intérieur d’une peau souvent extensible et fabriquée à la main. Depuis la première remise de l’Oscar du meilleur maquillage en 1981, le Makeup et Le titre de coiffeur n’est apparu qu’en 2012 – la sagesse populaire veut que l’Académie favorise les films avec des transformations extrêmes, souvent dans les films de science-fiction et d’horreur.

Ce n’est pas faux, puisque le premier Oscar du maquillage a été décerné à Rick Baker pour sa métamorphose en lycanthrope dans le film « Un loup-garou américain à Londres » (1981) et a été suivi par des films tels que « Bram Stoker’s Dracula », « The Fly » et « The Wolfman ». Pour ce dernier, la présentatrice Cate Blanchett a déclaré en direct à l’antenne, à la fin du film, qu’il était « dégueulasse ».

Toutefois, en y regardant de plus près, on s’aperçoit que l’Oscar du maquillage est parfois décerné au film le plus « classe » du lot, malgré la présence de prothèses époustouflantes. Parmi les films qui ont réussi cet exploit, citons « Frida » (qui a battu « La machine à remonter le temps » dans une rare course de deux films), « La Vie en Rose » (qui a battu le film d’Eddie Murphy « Norbit ») et un « Pirates des Caraïbes » ). L’un des moments les plus amusants a été celui où le modeste « Mikado » de Mike Leigh a été présenté au public. article d’origine « Topsy-Turvy » battre le deuxième « Austin Powers » (oui, celui avec le gros bâtard), Murphy (encore) et Martin Lawrence dans des kilos de latex vieillissant dans « Life », et Robin Williams enterré dans un costume de robot argenté dans « Bicentennial Man ».

Il arrive souvent que la catégorie corresponde au lauréat du meilleur film, par exemple « Amadeus », « Driving Miss Daisy », « Le Seigneur des Anneaux : Le retour du roi » et « Braveheart ». En y regardant de plus près, on découvre une autre tendance : les films remportent deux Oscars, l’un pour l’acteur principal et l’autre pour l’équipe de maquillage. C’est ce qui s’est passé pour Chastain et Fraser lors des deux dernières cérémonies, avec d’autres exemples célèbres comme Meryl Streep dans « La Dame de fer », Martin Landau dans « Ed Wood » et Gary Oldman dans « Darkest Hour ». Les deux premiers exemples sont des « 2 pour 2 » classiques, où les films ont remporté les deux Oscars pour lesquels ils étaient nominés, un exploit également répété par « Les yeux de Tammy Faye ».

Alors, qui va utiliser le fauteuil de maquillage comme véhicule pour se rendre au Dolby Theatre cette année ? Le choix est déjà fait. Il y a Helen Mirren dans « Golda » et Willem Dafoe dans « Poor Things ». Et, oh oui, Bradley Cooper, qui arbore un maquillage de vieillard et un nez prothétique très discuté dans son biopic sur Leonard Bernstein, « Maestro ». Il est encore trop tôt pour désigner des favoris, mais la tradition des Oscars pourrait être honorée si la lauréate de la meilleure actrice de la saison dernière, Michelle Yeoh, ouvrait une enveloppe le 10 mars et prononçait les mots « Par un nez… ».

Une version de cet article a d’abord été publiée dans le numéro Below-the-Line du magazine Jolie Bobine consacré aux récompenses. Pour en savoir plus sur ce numéro, cliquez ici.

A lire également