Un film d’horreur obsédant et bien ficelé

Actualités > Un film d’horreur obsédant et bien ficelé

Après que le réalisateur Scott Derrickson ait quitté Doctor Strange dans le multivers de la folie en raison de différences créatives, Derrickson et l’écrivain C. Robert Cargill se sont associés pour adapter une nouvelle de Joe Hill. Après une première au Fantastic Fest, le public du monde entier a droit à The Black Phone, un film d’horreur surnaturel mettant en scène un enfant kidnappé et un téléphone capable de communiquer avec les morts. Rien ne vaut le sentiment d’un bon film d’horreur estival, et ce film offre presque tout ce que vous attendez du genre.

The Black Phone est un thriller plein de suspense, au bord de votre siège, avec une direction forte de Derrickson. Les films de Blumhouse peuvent être assez aléatoires, et celui-ci est un succès, à commencer par sa scène d’ouverture. Ce n’est pas effrayant au sens traditionnel du terme, faire un meilleur travail en laissant les choses à votre imagination. Le film implique une série d’enfants disparus pris par The Grabber (Ethan Hawke) et nous présente le protagoniste, Finney (Mason Thames). Finney vit avec sa sœur, Gwen (Madeleine McGraw), et son père, Terrence (Jeremy Davies).

Derrickson et Cargill livrent un excellent premier acte qui met en place le monde d’une banlieue de Denver des années 1970 avant l’horrible incident incitatif. Finney et Gwen partagent un père alcoolique et violent, et la vie scolaire de Finney est en proie à la violence des intimidateurs. Il s’impose rapidement comme un personnage incapable de se défendre, c’est pourquoi le scénario l’oblige à suivre une voie où il doit apprendre. Après avoir rencontré The Grabber dans la rue en prétendant être un magicien, Finney est kidnappé et piégé dans un sous-sol avec rien d’autre qu’un lit et un téléphone qui sonne au mur.

De là, The Black Phone emprunte un chemin inquiétant, combinant un thriller de survie contenu avec des éléments surnaturels. La partition musicale troublante et la conception sonore complètent le sentiment de terreur sans fin alors que Finney est mis dans une situation où il doit trouver une évasion. Une grande partie du film se passe dans un endroit confiné alors que vous poussez le héros à s’échapper. Du point de vue de la narration, le film se distingue par la façon dont il construit la trame de fond et révèle les rebondissements pièce par pièce. Derrickson prend son temps pour arracher un pansement qui révèle un récit en couches et plein de suspense.

La performance de Hawke est phénoménale. Dernièrement, Hollywood nous a donné la visite de Michael Myers, Ghostface et de l’inoubliable méchant de There’s Someone Inside Your House de l’année dernière. Cependant, The Grabber est un antagoniste que vous n’oublierez pas de sitôt, car il s’agit d’un nouveau tueur masqué unique. Son masque effrayant change en fonction de son humeur et vous ressentez sa menace dans chaque centimètre de sa présence. Hawke parvient à semer la peur à travers sa voix alors que le pire cauchemar de chaque enfant prend vie.

Les principaux membres de la distribution offrent également d’excellentes performances. Thames et McGraw sont deux enfants acteurs qui occupent une grande partie du temps d’écran et réalisent de nombreuses scènes complexes et émotionnelles. Le film présente de nombreuses scènes inconfortables qui incluent la violence avec des enfants, et bien qu’il ne soit pas facile à regarder, vous devez le remettre aux acteurs pour vendre suffisamment ces situations pour les rendre crédibles. La seule performance qui ne fonctionne pas tout à fait est James Ransone dans le rôle de Max, un personnage enquêtant sur l’emplacement de The Grabber. Sa performance semble appartenir à un film différent, tonalement éloigné du reste du film.

Une partie de l’intrigue de The Grabber est le mystère derrière lui et le fait qu’il est un mal irrémédiable sans but derrière ses actions méprisables. Alors que certains espéraient peut-être plus de caractérisation de sa part, il sert d’antagoniste fantastique dans The Black Phone, un film qui fait beaucoup avec son concept simple et passionnant. Le film n’offre peut-être pas beaucoup de frayeurs au-delà du ton général de la course au cœur, mais les frayeurs du saut sont bien conçues et l’acte final est encore meilleur. Dans l’ensemble, il s’agit d’un retour triomphal au genre de l’horreur d’un réalisateur talentueux.

NOTE : 7/10

Comme l’explique la politique de révision de ComingSoon, un score de 7 équivaut à « Bien ». Un divertissement réussi qui vaut le détour, mais qui ne plaira peut-être pas à tout le monde.

★★★★★

A lire également