Turner et le compositeur de Hooch Jeff Cardoni parlent de la série Disney +

Actualités > Turner et le compositeur de Hooch Jeff Cardoni parlent de la série Disney +

La nouvelle série Disney + Turner and Hooch est actuellement en streaming, et pour commémorer l’événement, nous nous sommes assis avec le compositeur Jeff Cardoni pour discuter de sa formidable partition pour le projet. Découvrez l’interview ci-dessous !

« La vie du jeune maréchal adjoint Scott Turner est bouleversée lorsqu’il hérite de Hooch, un chien baveux », explique le synopsis de l’intrigue de Turner et Hooch, basé sur la comédie Tom Hanks du même nom de 1989. « Son nouvel animal de compagnie est agaçant, mais il s’avère assez bon pour aider Scott à attraper des criminels, à trouver l’amour et peut-être même à résoudre le mystère de la dernière affaire du père de Scott. »

Jeff Cardoni (Silicon Valley, The Kominsky Method) est le compositeur à l’origine de la musique entraînante qui accompagne le chien Hooch et son propriétaire dans leurs nombreuses aventures. Lorsqu’il s’agissait de marquer la série, le plus grand défi de Jeff était de changer le ton de la partition, car l’ambiance peut changer à la volée tout au long de la série. Il y a de réels enjeux dans les scènes d’action et de poursuite, mais Hooch les rend légères et comiques, donc la partition de Jeff devait pouvoir pivoter pour améliorer à la fois les moments drôles et chaotiques. La palette musicale se compose d’instruments de groupe de rock avec un orchestre complet. Le thème de Hooch est axé sur le piano et se trouve être la première chose que le compositeur a écrite !

Le prochain projet sur l’ardoise pour Cardoni est le drame de catch Starz Heels, avec Stephen Amell, présenté en première le 15 août.

Jeff Ames : Parlons de votre travail sur Turner et Hooch – en tant que personne qui aimait vraiment le film original, je pensais qu’ils avaient fait un excellent travail en équilibrant l’ancien et le nouveau.

Ça fait plaisir à entendre! Ouais, ils ont dû enfiler l’aiguille pour les gens qui aiment le film avec la nouvelle génération. Je pense qu’ils ont réussi.

Il est intéressant de voir comment le scénario de base de Turner et Hooch fonctionne vraiment bien en tant que procédure policière hebdomadaire. Je n’avais jamais imaginé ça avant.

Ouais, c’est plutôt cool. Ils maintiennent cette ligne de conduite jusqu’à la toute fin de la saison.

Alors, en vous concentrant un peu sur vous, qu’est-ce qui vous a attiré dans le monde de la composition pour le cinéma et la télévision ?

J’ai commencé à jouer du piano quand j’étais enfant, puis j’ai acheté une guitare et j’ai passé mes 20 ans à jouer de la guitare dans des groupes. Nous avions un manager ici à LA qui était superviseur musical à l’époque, et il m’a fait découvrir ce monde de la composition pour le cinéma et la télévision dont je ne connaissais pas vraiment l’existence. J’ai donc décidé de passer d’un groupe à ce genre de travail parce que cela semblait être là où se trouvait mon intérêt. J’ai déménagé ici, je suis allé à l’UCLA et j’ai pris des cours – musique de film et tout ça – et j’ai juste essayé de comprendre.

Vous êtes un traditionaliste dans le sens où vous préférez les instruments classiques par opposition au style électronique moderne, n’est-ce pas ?

J’utilise beaucoup de vrais instruments sur mes trucs. J’ai toujours été attiré par ça. Bien sûr, cela étant dit, mon premier grand concert était CSI : Miami ; et c’était relativement électronique. Je ne pense pas que je fasse quoi que ce soit qui n’ait pas d’instruments traditionnels, parce que j’aime juste l’émotion des vrais instruments. J’ai l’impression que si tout est informatique, tout est dans une boîte et tout sonne pareil. J’aime l’imperfection des vrais instruments, surtout quand je les joue terriblement moi-même. (Des rires)

Donc, CSI : Miami était votre premier grand concert. Comment était cette expérience ?

Vous savez, je suis arrivé ici en 98 et j’ai essayé pendant quelques années de faire bouger les choses. À ce moment de ma vie, en 2003, j’étais à environ deux semaines de quitter la ville parce que ça n’arrivait tout simplement pas. Alors que je vivais dans un hôtel miteux près de l’aéroport de LA et croyez-moi, c’est un endroit où vous ne voulez pas être, j’ai eu la chance de faire une démo pour CSI – le compositeur original, Graeme Revell, partait. Je connaissais le superviseur musical et il m’a demandé de faire une démo et j’ai pensé : « Il n’y a aucune chance qu’ils passent de Graeme Revell à moi ! (Des rires)

Quoi qu’il en soit, j’ai eu la chance de faire un épisode entier et j’ai juste eu de la chance, mec. J’étais assis dans le parking d’un Denny’s près d’un club de strip-tease près de l’aéroport et j’ai reçu l’appel disant que j’avais le concert. C’était un changement de vie, c’est sûr !

Eh bien, depuis ce temps, vous avez été attaché à de nombreux grands projets – The Defenders, Entourage et une grande variété de spectacles.

Ouais, c’est un peu partout sur la carte ! (Rires) Je n’ai jamais eu l’intention de faire de la comédie. C’est vraiment bizarre que depuis la Silicon Valley, je sois embauché sur certaines comédies. C’est un peu un tournant inattendu pour moi, mais, vous savez, vous vous accrochez simplement à la vie chère et voyez où cette chose vous mène. Je suis content de travailler.

Avez-vous un genre spécifique dans lequel vous aimez travailler ?

J’aime le drame le plus pour être totalement honnête. J’aime quand vous jouez de la musique émotionnelle et que vous vous penchez vraiment sur le drame. C’est difficile à faire. Il est difficile de trouver cette ligne d’être émotif et de faire ressentir aux gens sans être mélodramatique ou séveux.

Avez-vous eu d’autres compositeurs ou artistes sur lesquels vous avez modelé votre style ?

Je suis sûr que, comme 99% des autres compositeurs, j’étais un grand fan de John Williams, avec Danny Elfman et Jerry Goldsmith. Mais je pense que c’est à Thomas Newman que j’ai vraiment remarqué pour la première fois que vous pourriez être non seulement une voix classique traditionnelle dans la musique. Il y a un film intitulé Less Than Zero en 89 et la partition de Newman m’a vraiment marqué. C’était une toute nouvelle direction que vous pouviez prendre en marquant. C’était un peu plus moderne et ambigu, donc il a eu une énorme influence sur moi.

Je suis aussi guitariste et je pense que j’ai passé les dix premières années à faire ça à cacher le fait que j’étais guitariste parce que ce n’était pas cool d’être un gars d’un groupe au début des années 2000. Du coup, j’ai perdu beaucoup de temps à essayer de faire ma mauvaise version de John Williams ou Hans Zimmer. Lentement, j’ai apporté beaucoup plus de guitare dans mes affaires.

Je pense qu’à un moment donné, lorsque vous faites cela, vous réalisez que vous avez une certaine façon d’aborder quelque chose. Quand j’ai commencé, l’idée d’avoir un film sans musique ou mise en scène temporaire était tout à fait terrifiante, parce que vous ne savez pas encore vraiment qui vous êtes. À un moment donné, je viens de réaliser – vraiment, au cours des cinq dernières années – je sais, quand on m’envoie quelque chose, ce que je ferais. Tout ce que vous pouvez faire, c’est votre version de ce que vous pensez qu’elle devrait être. Parfois ça marche et parfois non, mais au moins tu as un style. Quand je commence quelque chose, je sais que c’est moi. J’ai arrêté d’essayer d’être quelqu’un d’autre. J’ai eu beaucoup de projets au cours des dernières années sans musique temporaire ou sans direction et ça a été plutôt cool.

Le jeune Sheldon n’avait aucune idée de ce qu’ils voulaient, alors j’ai fait ce que je pensais qui allait fonctionner et ça a marché. Idem avec la méthode Kominsky, Chuck [Lorre] n’avait aucune idée de ce qu’il recherchait, alors cela a conduit à beaucoup d’essais et d’erreurs. Là où nous nous sommes retrouvés, c’est pur, c’est ce que je pensais qui fonctionnait. C’est gratifiant d’arriver enfin à la solution et ce n’est pas une émulation d’autre chose.

Est-ce difficile avec les émissions de télévision d’équilibrer le matériel plus ancien avec du matériel plus récent ? Parce que j’imagine que vous ne pouvez pas repartir de zéro sur chaque épisode, mais vous ne voulez pas non plus que le matériel devienne périmé.

Je suis unique dans le fait que j’écris chaque note moi-même. (Rires) Je n’ai pas d’écrivains fantômes, donc je ne connais pas d’autre moyen. Je reçois l’épisode et je commence par le début. Je ne connais pas d’autre façon de faire. Comme, j’ai des mixeurs et d’autres qui m’aident avec les trucs techniques. Il y a des mélodies dans Turner et Hooch, et elles sont souvent réutilisées pour des thèmes, mais chaque réplique est à peu près nouvelle. C’est juste mon processus, je sais que ce n’est pas le processus de tout le monde, mais c’est ce à quoi je me suis habitué. J’aime juste quand tu commences par le début et que tu arrives à la fin et que tu mets tous les indices sur iTunes et c’est comme un voyage, c’est comme un livre. Il y a quelque chose de gratifiant pour moi là-dedans. Et si certains chapitres étaient écrits par quelqu’un d’autre, je ne pense pas que ce serait aussi gratifiant pour moi.

Alors, comment avez-vous atterri Turner et Hooch ?

J’ai reçu un appel de Jason Harkins. Nous avions travaillé ensemble il y a une dizaine d’années ensemble et à cette époque, j’avais fait de la musique pour Fox qui s’appelait Firehouse Dog, alors il m’a appelé. Je n’avais jamais travaillé avec Matt Nix auparavant, j’ai donc dû faire une tonne de démos. Honnêtement, je pensais que c’était parti et j’ai reçu un appel disant: « Hé, j’ai entendu que vous travailliez sur Turner et Hooch », et je me suis dit: « Je ne savais pas que je travaillais sur Turner et Hooch! » (Rires) Donc, c’était une belle surprise pendant COVID. C’était amusant de travailler avec Matt, et McG a certainement, en particulier sur le pilote, il a ce gros truc d’action en studio. Donc, c’était amusant d’essayer d’être à la hauteur avec lui.

Oui, c’était l’une des surprises du pilote de voir le nom de McG en tant que réalisateur.

Ouais, alors les scènes d’action ont beaucoup plus de sens. Je veux dire, la voiture qui se retourne… ce n’est pas facile ! C’est vraiment cool.

Quelle a été votre approche du spectacle ?

Eh bien, le plus dur était que tous les enjeux étaient réels. Toute l’action a été jouée comme un film d’action en studio, mais vous auriez ensuite coupé un chien au milieu de cette action. Donc, une sorte d’enfilage de l’aiguille pour que cela semble réel et non un dessin animé, mais aussi en abordant le fait que l’un des personnages principaux est un chien – c’était l’aiguille qui était la plus difficile à comprendre. Personnellement, je n’aime pas marquer la comédie sur certains de ces trucs et je le laisserais peut-être au sec, mais comme Disney, ils avaient quelques réflexions sur la façon dont ils voulaient gérer cela. Au final, ça a été traité avec beaucoup de musique. Nous avions une mélodie pour le chien qui n’apparaît pas dans le pilote – la chanson thème n’est pas dans le pilote – assez ironiquement, mais elle apparaît partout pour Hooch. Et puis il y a aussi un thème pour son père – cette recherche sous-jacente qui se poursuit toute la saison pour son père.

Y a-t-il un signal spécifique que vous souhaitez que le public entende ?

Eh bien, le deuxième épisode est une pièce de théâtre sur Die Hard et c’est vraiment cool comment ils l’ont fait. J’étais dans dix minutes avant de réaliser, oh, c’est Die Hard ! Il garde une petite fille à l’hôtel et il se coupe le pied sur un morceau de verre, alors il enlève sa chemise et est en débardeur ; et puis ce type terroriste entre dans l’hôtel et je me dis : « Oh mon Dieu, ils font Die Hard ! » C’est vraiment cool. Donc, tout l’épisode est Hooch dans Die Hard. Donc, il y a une tonne de musique là-bas et il y a eu des discussions sur le référencement à Michael Kamen. En fin de compte, nous ne l’avons pas fait, mais j’ai quand même réussi à introduire un peu d’orchestration qui me rappelait son travail. Alors, c’était amusant.

Avez-vous des projets à venir dont vous pouvez nous parler ?

Je fais! J’ai un drame de catch à venir sur Starz appelé Heels qui sortira le 15 août. C’est l’un de mes moments les plus fiers de la musique. Tout est guitare et piano. En parlant de drame que j’aime faire ; J’ai l’impression que le spectacle est le spectacle que je voulais faire depuis 15 ans. C’est si bon! S’il y a un style de musique que j’aime écrire, c’est Heels.

J’ai eu un an pour le faire et nous en avons fait beaucoup loin de la photo parce qu’ils tournaient, puis ça s’est arrêté à cause de COVID. C’était juste très pur et artistique parce que tout était aboli, et ça fonctionnait.

Pour la chanson thème de cette émission, j’ai collaboré avec un groupe appelé Band of Horses. C’est vraiment cool! C’est un spectacle génial. Si vous aimez Friday Night Lights ou des films comme The Wrestler, ce n’est qu’un drame pur et dur. Le pilote de cette émission est le meilleur pilote que j’aie jamais vu. C’est vraiment super!

★★★★★

A lire également