venom-2-review-8963749-6316277-jpg

Trop de tueur et pas assez de remplissage dans une brève suite

Actualités > Trop de tueur et pas assez de remplissage dans une brève suite

Venom: Let There Be Carnage souffre de la même personnalité dédoublée qui perturbe les personnages principaux. C’est un spectacle CGI tumultueux avec de superbes scènes d’action et un humour méchant. Mais l’intrigue est mince et basique. On dirait que le réalisateur Andy Serkis se précipite pour vous expulser du théâtre. Le film défile rapidement en quatre-vingt-dix minutes. Venom: Let There Be Carnage est le cas rare de trop de tueur et pas assez de remplissage.

La vie d’Eddie Brock (Tom Hardy) a pris un tournant. Anne (Michelle Williams) s’est pleinement engagée auprès du rustre Dan (Reid Scott). Sa carrière de journaliste est chaotique. Et il a un symbiote extraterrestre ennuyeux qui ronge littéralement la cervelle. D’un autre côté, Venom pense qu’Eddie les retient. Il ne comprend pas pourquoi ils ne peuvent pas tuer les méchants et grignoter leurs crânes. Eddie considère Venom comme une malédiction. Alors que Venom pense que c’est la meilleure chose qui soit jamais arrivée à un gigantesque perdant et buzzkill.

CONNEXES: Les critiques de Venom 2 sont arrivées, est-ce mieux que la première ou la poubelle de super-héros?

Pendant ce temps, dans le couloir de la mort de la prison de San Quentin, le tueur en série maniaque Cletus Kasady (Woody Harrelson) offre à Eddie Brock le scoop de sa vie. L’histoire d’Eddie ne convient pas au meurtrier. Il se languit aussi d’un amour perdu (Naomie Harris) avec une puissance incroyable et une soif égale de violence. Un pari insensé de Venom donne à Kasady l’accès à un nouveau symbiote extraterrestre. Ce qui libère son potentiel maléfique et déchaîne Carnage sur San Francisco. Eddie et Venom doivent surmonter leurs différences pour devenir le héros noir dont la ville a besoin.

Les querelles entre les humains, les symbiotes et les uns avec les autres fournissent un solide flux de rires. Les expressions douloureuses et les explosions de Tom Hardy tout en gardant Venom sous contrôle sont hilarantes. Mais une occasion a été perdue de creuser encore plus profondément dans leur relation. Le film est peu exposé. Cela me laisse perplexe car il y a une mine d’or de possibilités avec les symbiotes. Woody Harrelson, en mode Natural Born Killers, bloque également son interaction avec Carnage. Le héros et le méchant se juxtaposent avec succès. Il fallait qu’il y ait plus de ces scènes pour ajouter du poids au léger récit.

Andy Serkis (Le Seigneur des Anneaux, franchises La Planète des singes) est sans doute le plus grand acteur de capture de mouvement à Hollywood. Son troisième tour en tant que réalisateur de long métrage n’est étrangement pas convaincant. Serkis cloue l’action à succès avec des effets visuels à gros budget. Mais traite apparemment l’intrigue comme une réflexion après coup lancinante. Je dois croire que le script était plus robuste. Venom: Let There Be Carnage a besoin d’un montage plus long. Le film a une qualité d’os nu qui est étrange et inattendue.

Ma réaction instinctive à cette suite se résume à une pure valeur de divertissement. Venom: Let There Be Carnage est un film de pop-corn de super-héros et peut être apprécié en tant que tel. Il n’a pas la grande narration des récentes adaptations de bandes dessinées. Mais a suffisamment de bons morceaux pour que l’expérience en vaille la peine. Restez dans les parages pendant le générique. Il y a un développement énorme qui laissera les fans ravis. Venom : Let There Be Carnage est une production de Marvel Entertainment, Pascal Pictures et Columbia Pictures. Il sortira exclusivement dans les salles le 1er octobre de Sony Pictures.

Les points de vue et opinions exprimés dans cet article sont ceux de l’auteur et ne reflètent pas nécessairement la politique ou la position officielle de Movieweb.

★★★★★

A lire également