Amin Joseph in To Live and Die and Live

To Live And Die And Live Review: le long métrage de Basir est enivrant [Sundance]

Actualités > To Live And Die And Live Review: le long métrage de Basir est enivrant [Sundance]

  • Domicile
  • Critiques de films
  • To Live And Die And Live Review: le long métrage de Basir est enivrant [Sundance]

Dans son approche méthodique de la santé mentale, To Live and Die and Live défie et dépasse les attentes émotionnelles.

Amin Joseph dans Vivre et mourir et vivre

Le réalisateur Qasim Basir est revenu au Sundance Film Festival pour présenter son nouveau long métrage, To Live and Die and Live. Il y rédige une belle lettre d’amour à Detroit, dans le Michigan, en explorant l’ivresse de la vie nocturne et en mettant en valeur des paysages séduisants. Amin Joseph joue le rôle de Muhammad, un réalisateur noir qui porte plusieurs lourdes charges et des mécanismes d’adaptation encore pires. En témoignage de son scénario fort, le dernier de Basir aborde divers thèmes liés à la toxicomanie, à la religion et même à la virilité. Et dans son approche méthodique de la santé mentale, To Live and Die and Live défie et dépasse les attentes émotionnelles.

Après avoir voyagé dans un Detroit reconstruit, dans une communauté qu’il appelait autrefois sa maison et dont il se sent maintenant aliéné, Muhammad revient pour relever des défis familiaux alors que son beau-père bien-aimé vient de décéder. Les téléspectateurs voient d’abord Muhammad se plonger pleinement dans la vie rapide, où il participe à la consommation excessive d’alcool et renifle de la cocaïne. Quelque chose l’a conduit à cette histoire d’amour avec les vices laïques, car les interactions fréquentes avec sa famille suggèrent une forte origine musulmane. Incapable de secouer son désarroi et de trouver la volonté de vivre, Muhammad va de l’avant tout en luttant contre la dépendance en privé, s’évanouissant dans une aventure enivrante avec la mystérieuse et vive Asia (Skye P. Marshall), qui possède un désir contagieux.

Amin Joseph et Skye P. Marshall dans Vivre et mourir et vivre

Tout au long du long métrage élégant mais émotionnellement bouleversant de Basir, le monde de Muhammad se déroule lentement pour révéler la source de son angoisse mentale. La plupart de ses interactions avec les membres de sa famille et les partenaires commerciaux de son beau-père indiquent une liste insurmontable de tâches qu’il doit accomplir pour les autres. Ces échanges révèlent rarement des informations concrètes sur les personnages secondaires, ce qui ne fonctionne normalement pas pour un scénario de cette nature. Cependant, un thème important de Live and Die and Live est le détachement qu’il ressent de sa communauté après avoir été absent pendant si longtemps. Muhammad ne connaît plus ou ne comprend plus la communauté dont il faisait partie, et les téléspectateurs seront amenés à apprendre à les connaître en temps réel.

Avec tous les fardeaux qui pèsent sur sa vie, Muhammad refuse de se confier aux autres. Ses mécanismes d’adaptation pour supporter sa santé mentale écrasante consistent à avaler rapidement des bouteilles d’alcool et à sniffer fréquemment de la cocaïne. Ces moments ne visent pas seulement à mettre en évidence la dépendance de Mahomet aux vices. Basir chronomètre soigneusement ces séquences pour mettre en valeur l’état d’esprit toxique de devoir faire face seul à de lourds fardeaux – une conséquence qui afflige souvent les hommes noirs à la destruction. «Je suis un HOMME», proclame Muhammad à travers les larmes vers la fin du film pour expliquer qu’il est de son devoir d’assumer les charges de la famille. Cet examen de la virilité à l’aide d’un objectif sensible mais émotionnellement saisissant est l’un des nombreux points forts du film.

Amin Joseph et Skye P. Marshall dans Vivre et mourir et vivre

Comme présenté dans son long métrage opportun, la narration ambitieuse et authentique de Basir laisse beaucoup d’ambiguïté sur la table, avec une seule question importante intrinsèquement posée tout au long. À quel moment est-il crucial de mettre de côté les idées toxiques sur la virilité et d’accepter de l’aide ? En posant cette question à travers son scénario, le film résume également magnifiquement la dépendance à travers la perspective des Noirs sans se concentrer sur les crackheads comme le font de nombreux autres films. On pourrait penser que cela aurait dû être accompli (souvent) maintenant, mais ce n’est pas le cas. Et la narration délicate de Basir ressemble à une séance de thérapie dont la communauté a désespérément besoin.

To Live and Die and Live est le genre de film qui demande aux téléspectateurs de regarder avec un cœur ouvert. Il n’est pas toujours simple de décrire ses thèmes, mais la dépendance, la maladie mentale et la perte ne sont jamais faciles à expliquer. Sans les efforts impressionnants et fervents d’Amin Joseph de Snowfall, le scénario de Basir aurait facilement pu être perdu au profit de son entreprise ambitieuse de thèmes multiples. Pourtant, sa direction méthodique et sa cinématographie, associées à l’approche sensationnellement nuancée de Joseph pour scruter la virilité du point de vue noir, sont sincères et affectent le cinéma à son meilleur.

To Live and Die and Live a été présenté en première au Festival du film de Sundance 2023 le 20 janvier. Le film dure 105 minutes et n’a pas encore été évalué.

★★★★★

A lire également