To Coda or Not to Coda: On the New Version of The Godfather Part III | Far Flungers

Actualités > To Coda or Not to Coda: On the New Version of The Godfather Part III | Far Flungers

Les faiblesses du film sont les mêmes dans les deux éditions. Il y a encore un manque de crédibilité dans la façon dont le fils de Michael passe de chanteur novice à la direction d’un ensemble d’opéra international en quelques mois à peine, et il y a toujours un problème avec Mary, interprétée par la fille de Coppola, Sofia. C’est un rôle dans lequel n’importe quelle actrice, aussi expérimentée soit-elle, aurait eu du pain sur la planche. Sofia a dû faire valoir de manière convaincante que Vincent (Andy Garcia) laisserait Bridget Fonda dans le rétroviseur et risquerait tout pour elle. En un mot, le public devait absolument tomber amoureux de Mary.

Et pourtant, c’est peut-être l’amour évident de son père pour Sofia qui lui a permis de créer un résultat aussi émouvant, en particulier avec la conclusion du film. Le meilleur signe de la façon dont le troisième film fonctionne est que malgré tous ses défauts, l’amour que Coppola accorde à sa propre fille à travers son alter ego (Michael) est palpable partout. C’est un travail aussi sincère que n’importe quel réalisateur n’a jamais fait, un travail qui n’aurait pu être fait que par quelqu’un qui a profondément aimé et perdu.

La nouvelle édition de Coppola est un film moins sinueux, mais cela n’a toujours pas de sens. Dans une minute, Michael est allongé sur son lit d’hôpital, mais dans la seconde nous le voyons arriver en Sicile. Ce n’est que notre familiarité avec le film qui nous évite de nous perdre complètement. Ce qui est étrange à propos de cette nouvelle version, c’est que Coppola ne profite même pas de l’occasion pour réparer certaines choses qui n’allaient pas avec sa coupe originale. Cela inclut des scènes d’amour vraiment gênantes et quelques graves problèmes de continuité, comme le moment où Michael offre à Kay un morceau de gâteau quelques minutes avant que celui-ci ne soit réellement coupé, ou la séquence à mi-chemin lorsque son fils Anthony est montré portant le dessin qu’il a donné son père enfant, seulement pour que Coppola partage le moment où Michael le lui remet un bon moment plus tard. Le seul véritable ajout à cette nouvelle édition survient lors du coup de couteau de Don Lucchesi: un geyser de sang jusqu’alors invisible, dans ce qui était déjà la scène la plus absurde du film, surtout si l’on considère que son meurtrier avait beaucoup d’armes plus crédibles à sa disposition qu’un standard. paire de lunettes.

«The Godfather Part III» a toujours souffert des comparaisons avec ses prédécesseurs, deux des meilleurs films jamais réalisés, mais il s’en tire plutôt bien tout seul. C’était une idée inspirante pour Coppola d’inclure une scène où Michael saisit l’occasion de confesser les péchés que le public portait avec lui depuis 16 ans; c’est un moment vraiment cathartique pour tout le monde, l’un des plus émouvants de toute la série. Il a également été inspiré de concevoir la scène de la mort de Michael de la même manière que celle de son propre père, une façon simple et paisible pour les deux hommes de mourir après avoir mené une vie aussi tumultueuse. Mais cela n’a aucun sens que Coppola ait choisi de supprimer le décès de Michael dans une nouvelle édition intitulée «La mort de Michael Corleone».

★★★★★

A lire également