Till Death Avis critique du film & résumé du film (2021)

Actualités > Critiques et avis > Till Death Avis critique du film & résumé du film (2021)

Le réalisateur Scott Dale livre une affaire de genre lisse avec son premier long métrage, celui qui voit la star de « Transformers » Megan Fox affûter ses côtelettes de thriller pour un effet émouvant. Écrit par Jason Carvey avec une ingéniosité intelligente, « Till Death » joue d’abord comme « The Invisible Man » d’un pauvre, signalant un conte féminin adjacent à « Sleeping with the Enemy » d’endurance et de représailles à travers une histoire prévisible: un riche, magnifique femme tente de rompre les liens avec un homme contrôlant, toxique et puissant contre toute attente. Mais le film culmine bientôt dans quelque chose d’étonnamment plus proche de « The Shallows », par le biais de « Home Alone » de toutes choses. Statuesque et musclé, Fox n’est pas tout à fait sous l’attaque d’un requin vicieux et affamé ici. Mais une fois qu’une paire de tueurs prédateurs a encerclé sa propriété au bord du lac, sa bataille de survie angoissante ressemble beaucoup à celle de Blake Lively, blessée, car elle négocie pour des bouées de sauvetage supplémentaires par petits incréments, ne comptant que sur son intelligence, ses réflexes et le plus limité de ressources à sa disposition.

La star de « Till Death » n’est pas seulement la mise en scène utile de Dale, mais aussi (et peut-être dans une plus grande mesure) le scénario inventif de Carvey, qui puise dans un petit puits de possibilités narratives et maximise leur valeur alors qu’Emma (Fox) se bat pour son cher la vie pour survivre aux conditions hostiles dans lesquelles elle est piégée. Les premiers instants de « Till Death » nous la présentent à côté d’un homme avec qui elle est en profonde conversation; clairement, un intérêt romantique. Cela ressemble terriblement à une offre d’adieu entre les deux après ce qui semble être une relation infructueuse sans avenue viable. La révélation arrive avant que nous puissions identifier à tort ce jeune homme comme le mari d’Emma – il s’agit de Tom (Aml Ameen), une étoile montante du cabinet d’avocats du mari d’Emma, ​​Mark (Eoin Macken) avec qui elle a une liaison ; le jour de son anniversaire de mariage, rien de moins. Le scandale !

Comme prévu, Mark n’est dupe de personne, même s’il fait semblant (au début en tout cas) de ne pas être au courant de la liaison de sa femme. C’est donc tout d’abord des regards chargés et des silences enceintes, avec un dîner d’anniversaire particulièrement maladroit au cours duquel « Till Death » télégraphie sans subtilité le genre d’homme qu’est Mark. Vous savez, quelqu’un qui appelle sa femme avec condescendance « Citrouille » (jusqu’à présent, donc Patrick Bateman-esque), se sent assez en droit de lui dire quoi porter et l’emmène de manière irrésistible dans un endroit éloigné et isolé comme une surprise d’anniversaire, les yeux bandés. . La dynamique entre les deux est douloureusement mais à juste titre grinçante – il exige et elle ne proteste pas, se souvenant souvent de ses jours en tant que photographe en difficulté avant que Mark ne la «sauve» soi-disant.

★★★★★

A lire également