homepage_the-french-dispatch-movie-review-2021-5809904-7634403-jpeg

The French Dispatch Avis critique du film (2021)

Actualités > The French Dispatch Avis critique du film (2021)

Dans « The French Dispatch », l’objet de l’obsession d’Anderson (« objet » est un mot clé) est Le new yorker, Plus précisément Le new yorker à l’époque du fondateur/éditeur capricieux Harold Ross, et de sa liste intimidante d’écrivains – James Thurber, AJ Liebling, Joseph Mitchell, Rosamond Bernier, James Baldwin – qui ont tous eu une énorme latitude en termes de sujet et de processus, mais édités à un pouce de leur vie pour aligner leur prose avec l’agressivité New yorkais Style maison.

Le romancé New yorkais est appelé La dépêche française, publié dans une petite ville française appelée Ennui-sur-Blasé, bien qu’il ait commencé à Liberty, au Kansas, où l’éditeur Arthur Howitzer, Jr. (Bill Murray) est né et a grandi. (Dans l’un des nombreux moments d’anecdotes « A-ha » éparpillés : le magazine s’appelait à l’origine Pique-nique. Dramaturge William Inge, le plus célèbre pour sa pièce de 1953 Pique-nique, est né à Independence, au Kansas. Liberté, indépendance, vous comprenez ? Rien de tout cela ne veut rien dire, mais c’est amusant si vous le comprenez.) Howitzer est entouré d’un personnel fidèle supervisant un collectif d’écrivains excentriques, tous occupés à terminer des pièces pour le prochain numéro. « The French Dispatch » ne plonge pas dans la vie de ces personnages mais se concentre plutôt sur leur travail, et la structure du film est celle d’un numéro du magazine, où vous entrez littéralement dans les pages et « lisez » trois histoires distinctes. Mais d’abord, il y a la séquence d’ouverture à la Jacques-Tati, clairement un riff sur Le new yorker agrafe, « The Talk of the Town », avec Herbsaint Sazerac (Owen Wilson, désinvolte dans un béret noir et un col roulé) à vélo à travers Ennui-sur-Blasé, nous montrant les sites (et parlant directement à la caméra, provoquant des collisions malheureuses) .

La première histoire du magazine est centrée sur Moses Rosenthaler (Benicio Del Toro), un artiste de génie purgeant une peine d’emprisonnement à perpétuité pour homicide et engagé dans une histoire d’amour avec Simone (Léa Seydoux), sa muse, promotrice et gardienne de prison. Adrien Brody joue Julian Cadazio, la représentation de Moses dans le monde de l’art hifalutin, qui se tourne et s’occupe de faire connaître le travail de Moses. La deuxième histoire est une pantomime fantaisiste des manifestations étudiantes de 1968 à Paris, présentée dans un pastiche godardien, avec Timothée Chalamet dans le rôle de Zeffirelli, un révolutionnaire de mauvaise humeur (en existe-t-il un autre ?), et Frances McDormand dans le rôle de Lucinda Krementz, la Expédition française écrivain dont l’objectivité est compromise lorsqu’elle s’insère dans l’histoire. (Cette section est clairement inspirée par la couverture de 1968 par Mavis Gallant des manifestations pour Le new yorker, « The Events in May: A Paris Notebook ».) L’histoire finale montre la tentative de l’écrivain Roebuck Wright (Jeffrey Wright) – un mashup de James Baldwin et AJ Liebling (avec un petit MFK Fisher ajouté) – pour profiler un légendaire chef nommé Nescaffier (Steve Park), qui travaille sa magie dans la cuisine du service de police. Chaque histoire est racontée avec son propre style, Anderson utilisant des animations, des graphiques, des natures mortes, des jeux de mots visuels et des gags, tous maintenus ensemble par le fil de la partition d’Alexandre Desplat et le sens unique de la mission d’Anderson.

Très peu de cinéastes ont une empreinte aussi distincte que Wes Anderson. (Il y a un livre entier qui s’appelle Accidentellement Wes Anderson, composé de photographies du monde entier de bâtiments et de paysages qui ressemblent à des clichés d’Anderson.) Il y a deux choses qui l’obsèdent : les objets et la nostalgie. Les objets quotidiens prosaïques se transforment dans le contexte du monde de diorama miniaturisé d’Anderson. Il voit les objets comme l’artiste Joseph Cornell les a vus. Cornell était un collectionneur obsessionnel de ce qui était considéré comme de la « camelote » (marbres, vieilles cartes, minuscules bocaux en verre), de la camelote qui se transformait en talismans magiques lorsqu’elle était placée dans ses boîtes désormais célèbres dans le monde entier. Le fétichisme de Cornell est apparent dans son travail, le rendant légèrement énervant de manière vraiment magnifique. Il y a une ligne fine entre l’obsession et le fétichisme, mais dans l’art cette ligne fine n’a pas beaucoup d’importance. Les objets d’Anderson brillent de son attention détaillée : il se soucie de chacun d’eux. Une ligne de La photo de Dorian Gray me vient à l’esprit : « Il n’y a que les gens superficiels qui ne jugent pas sur les apparences. Le vrai mystère du monde, c’est le visible, pas l’invisible. Anderson perçoit le mystère dans le visible.

★★★★★

A lire également