220px-changeling_ver1-4576007-1345586-jpg

The Changeling (1980) – Affaires chatouilleuses

Actualités > The Changeling (1980) – Affaires chatouilleuses

Publié à l’origine le 13 octobre 2014

Nous repoussons les limites du blog dans le temps, mais avec deux stars de l’ère du studio dans le casting, je peux le compter, non? Martin Scorsese et Alejandro Amenabar citent tous deux The Changeling comme le film le plus effrayant de tous les temps ; Amenabar en a utilisé beaucoup pour son propre retour de maison hantée, Les autres. Parce que tant d’autres réalisateurs ont extrait le film pour ses éléments, il n’y a rien de particulièrement effrayant pour le fan d’horreur moyen, quelles que soient les excellentes performances de George C. Scott et Melvyn Douglas. Cependant, The Changeling est un film de mystère/d’horreur tendu qui entraîne le public sur un chemin tortueux dépendant de l’horreur pour se déplacer le long du mystère.

Après avoir perdu sa femme et sa fille dans un accident de la route, le pianiste John Russell (Scott) emménage dans un vieux manoir à Washington. Lorsqu’une série d’événements bizarres se déclenche dans la maison, John découvre des secrets enfouis cachés par un puissant sénateur (Douglas).

Le réalisateur Peter Medak et le scénariste William Gray forgent une divergence par rapport aux films d’horreur standard qui parsèment l’époque. Là où de grandes stars comme Gregory Peck n’étaient plus réticentes à jouer dans des films d’horreur – s’ils étaient réalisés par un studio légitime et pour un budget décent, remarquez – les scripts et la direction devaient donner aux acteurs quelque chose à la hauteur de leur talent. Le Changeling contourne les frontières de l’horreur et est plus un mystère aidé par une entité surnaturelle. L’enquête de John sur la maison Carmichael et le jeune fils de la famille, Joseph, l’aide à surmonter sa propre perte. Cela présente un titre trompeur puisque le véritable « changeling » n’a rien à voir avec la tragédie de John comme je m’y attendais, mais la fascination réside dans qui est le véritable « changeling » et pourquoi ils ont été échangés.

Avec un peu plus de 90 minutes d’histoire, il n’y a pas de temps perdu. L’ouverture nous présente brièvement Russell, sa femme et sa fille. Après un petit problème de voiture, John va appeler une dépanneuse et regarde sa femme et sa fille courir dans la rue. Pourquoi ils ne se sont pas enfuis au lieu de se jeter dans les bras et de se laisser tomber sur le dos est un élément du jeu campy. Pour la plupart, John ne passe pas beaucoup de temps à se remémorer des moments plus heureux ou à voir sa femme et sa fille partout. C’est un élément assez intéressant de transformer la tragédie en un MacGuffin utilisé pour faire entrer John dans le manoir Carmichael. À l’opposé du spectre, ces deux dames sont complètement sacrifiables, et au milieu du film, vous vous souviendrez à peine à quel point John est censé être déprimé, surtout quand il commence à flirter avec Claire Norman (la vraie femme de Scott, Trish Van Devere).

Ceux qui recherchent des frayeurs constantes seront ennuyés par The Changeling. Peu étendue tout au long du film, l’horreur repose sur l’atmosphère et la simplicité, des techniques normales utilisées dans les thrillers de la maison hantée. Si vous avez regardé The Others (et je le recommande vivement), certaines scènes sont copiées, comme les portes qui s’ouvrent derrière Russell. D’autres moments ont été généreusement empruntés pour Scary Movie 2 – oui, Scary Movie 2 est référencé ici – principalement la balle descendant les escaliers. De toute évidence, la peur fonctionne là-dedans, contrairement à Scary Movie 2. Tous ces petits moments augmentent la tension tout au long du film, menant à la grande séquence impliquant Claire et un fauteuil roulant en fuite. Cette scène semble drôle sur le papier, mais la façon dont la caméra court le long de l’escalier, montrant Claire comme si nous étions dans le fauteuil roulant avec l’entité invisible, nous injecte un niveau de terreur supplémentaire. Ces moments sont rares, une bonne partie du milieu du film étant la résolution du mystère.

Le mystère nous offre du grand jeu d’acteur de deux stars en fin de carrière (Douglas en particulier). C’est une mauvaise comparaison, mais regardez cela aux côtés de The Dunwich Horror. Les deux films impliquent des acteurs essayant quelque chose de nouveau après que l’écart entre leur apogée et leur présent se soit considérablement élargi. Là où Sandra Dee pensait que l’exploitation donnerait un coup de fouet à sa carrière, Scott et Douglas trouvent d’abord un bon scénario, puis un gadget de genre. (Encore une fois, le sexe joue également beaucoup dans cela.) Le rôle de Scott en tant que mari troublé face à la perte le laisse crier et pleurer de temps en temps, mais le moment où il écoute une séance sur un magnétophone vous laisse vous demander si il succombe à une psychose induite par le chagrin. Au fur et à mesure que le cliquetis constant des boutons augmente, recule et rejoue les mêmes lignes, Scott commence à transpirer. Il est obsédé, pleinement émergé de ce qu’est ce mystère, et ce ne sera que par la mort qu’il abandonnera. Cette insistance sur ce que nous espérons être vrai à propos de nous-mêmes et la détermination absolue que nous sommes sur quelque chose qui prouvera que nous sommes sains d’esprit est au cœur du film. Melvyn Douglas a un rôle plus petit, mais il est tout aussi inébranlable dans sa conviction que Russell a tort ; gâcher plus sur son personnage ruine la tournure centrale du récit.

The Changeling présente une tentative unique de prendre le film d’horreur et d’insérer un mystère de meurtre classique en son cœur. Cela ne plaira pas à ceux qui recherchent la peur à chaque coin de rue, mais le jeu d’acteur et le scénario sont bien faits, gardant le public en transe alors que les entités fantomatiques les entourent.

Note de Ronnie :

Vous souhaitez acheter le film d’aujourd’hui ? Si vous utilisez le lien pratique ci-dessous, une petite partie est reversée à ce site ! Merci!

Le Changelin

★★★★★

A lire également