Summer Days, Summer Nights Avis critique du film (2021)

Accueil » Actualités » Critiques et avis » Summer Days, Summer Nights Avis critique du film (2021)

JJ Flynn (Pico Alexander) vient de terminer ses études secondaires et passe l’été à travailler pour son père (Burns) dans un club de plage chic. Il veut un autre type de vie, alors il fréquente des enfants riches et sort avec une fille riche (dont les principales caractéristiques sont les alevins vocaux et le fait de rouler des yeux). Le cousin de JJ, Terry (Amadeus Serafini), un auteur-compositeur-interprète en herbe, reste avec JJ pour l’été, travaillant pour la voisine d’à côté, une mère célibataire nommée Claudia (Susan Misner) qui gère une petite marina. La fille adolescente de Claudia, Winky (Rita Volk) est dans le funk parce que son riche petit ami l’a fait exploser, et elle boude en essuyant les bateaux de la marina. Claudia encourage Terry, une bombasse aux yeux de chambre perpétuels, à se lier d’amitié avec Winky. Suzy (Caitlin Stasey), une fille de la région qui « est sortie », revient pour l’été et découvre que son petit ami de lycée Frankie (Anthony Ramos) se languit d’elle depuis tout ce temps. Debbie (Lindsey Morgan) travaille au club de plage avec JJ et une relation provisoire se forme. Debbie est confiante, JJ ne l’est pas. Certains de ces arcs fonctionnent mieux que d’autres. Un arc ne fonctionne pas du tout (Terry est censé avoir l’air cool et libre d’esprit, mais à la place, il se présente comme auto-impliqué et arrogant.)

Burns s’intéresse aux périodes de transition, lorsque les gens sont assez jeunes pour ne pas savoir ce qu’ils font, mais assez vieux pour commencer à ressentir la pression. Pour une personne d’âge moyen, ces problèmes peuvent sembler légers, voire idiots, mais pour ceux qui en sont au milieu, c’est désespérément grave. Burns comprend cela. Il n’y a pas beaucoup de sous-texte dans le script. Tout le monde dit ce qu’il pense et ressent comme il le pense et le ressent. Ils parlent ouvertement de toute exposition. Cela peut conduire à des artifices répétitifs : beaucoup de scènes commencent par un dialogue comme « Alors… comment ça se passe entre toi et Frankie ? » Le meilleur ami de Frankie, Mello (Jon Rudnitsky) est marié à la meilleure amie de Suzy, Lydia (Zoe Levin), et les deux existent pour parler à Frankie et Suzy de leurs problèmes. Cela étant dit, Mello est l’un des personnages les plus mémorables du film, avec sa tenue de Van Halen, son bandeau bandana Jon Bon Jovi et sa personnalité extravertie surdimensionnée.

Le film ne fétichise pas l’époque, même s’il apparaît bien sûr dans les vêtements, les voitures, et surtout la bande originale, avec Duran Duran, The Cure, Chaka Khan, The Go-Go’s. Certaines gouttes d’aiguilles sont un peu sur le nez (le « Summertime Blues » d’Eddie Cochran fait une apparition obligatoire), mais elles créent l’ambiance et se fondent également avec l’ambiance estivale, que Burns capture, dans la fête de quartier, le feu d’artifice sur le plage, du sable entre les orteils, l’air du petit matin, la sensation d’une saison de liberté avant que les choses ne deviennent sérieuses. Burns existe depuis longtemps à ce stade, après sa première apparition avec « The Brothers McMullen » de 1995, réalisé avec presque aucun budget, sans acteur de renom. Il a continué à faire des films, avec des petits budgets voire des micro-budgets. Sa série actuelle, « Bridge and Tunnel », qui se déroule à la même période que « Summer Days, Summer Nights », a été mise en pause pendant Covid, mais elle devrait revenir. Burns a grandi en tant qu’acteur et s’est confortablement installé dans la quarantaine. Il est né pour jouer les papas qui parlent franchement, et il est très bon ici.

★★★★★

A lire également