mummy-6600925-6357623-jpg

Spooky Saison 2021: La Momie (1932) – Ticklish Business

Publié à l’origine le 20 octobre 2012

J’ai une autre critique pour vous aujourd’hui et une autre de la série de monstres classiques Universal. Un peu de recul avant de commencer : j’adore le remake de The Mummy, bon sang j’aime The Mummy 2 (et je m’arrête là en ignorant 3). Je n’ai réalisé que plusieurs années après les remakes qu’il s’agissait en fait d’un rechapage du film de 1932 ! Quand j’ai finalement vu cette version il y a environ 3 ans, j’ai vraiment remarqué à quel point le premier remake de Mummy rendait hommage à l’histoire et je considère que les deux sont séparés et partagent une momie entre les deux. Cela étant dit, je ne pense pas que La Momie soit mon film préféré de Karloff (cet honneur reviendrait toujours à Frankenstein) mais c’est une somptueuse mini-épopée si cela peut exister sur l’amour perdu et l’Egypte. C’est un film amusant avec une courte durée, seulement 73 minutes, qui a un jeu d’acteur incroyable et une histoire d’origine profonde pour un si court métrage.

Lorsqu’un groupe de chasseurs de trésors découvre la tombe de la momie Imhotep (Karloff), ils pensent que cela conduira au prestige et à la richesse. Malheureusement, lorsqu’une ancienne incantation est lue, Imhotep est ramené à la vie et disparaît. Lorsqu’il refait enfin surface, se faisant passer pour la riche Ardeth Bey, il espère relire l’incantation pour ressusciter son amour perdu qui s’est réincarné dans le corps de la belle Helen Grosvenor (Zita Johann).

Les années 1930 étaient centrées sur l’Égypte en raison de la découverte de la tombe du roi Tut et ce film est né de cet engouement. Cela a également fait de Karloff une star majeure, son nom étant le seul à figurer en bonne place sur l’affiche. La manie de ces deux réunis a créé l’histoire bien que l’histoire soit un simple rechapage de Dracula. Ouais, il n’y a aucun moyen d’ignorer à quel point The Mummy s’inspire du chef-d’œuvre de Lugosi de l’année précédente. Les deux films s’ouvrent sur le célèbre thème du Lac des cygnes (bien que je ne puisse pas vraiment citer cela à titre de comparaison car les musiques de films individuelles ne se produiraient que l’année suivante avec King Kong) et suivent la trajectoire d’un mort-vivant espérant récupérer un amour perdu. Le personnage du Dr. Muller (Edward Van Sloan) est un évident Dr. Van Helsing et David Manners, qui joue l’amoureux Frank Whemple, dans ce film a également joué Jonathan Harker dans Dracula ! Je peux distancer les deux films et chacun a ses propres mérites, mais les histoires évidentes sont assez prévisibles. Si vous en avez vu un, vous avez vu les événements de l’autre.

Boris Karloff ne peut pas faire de mal dans le genre horreur, du moins à mes yeux, car il est incroyable ici. Dans Frankenstein, on ressentait le monstre à la manière dont Karloff montrait sa vulnérabilité. Ici, vous avez toujours un personnage qui essaie de trouver l’amour dans un monde impitoyable, mais il n’est pas le doux innocent ici. L’Imhotep de Karloff est un homme prêt à assassiner pour obtenir ce qu’il veut, qui a été rongé par le monde. Les différents plans utilisés dans ce film contribuent beaucoup à renforcer la peur que vous êtes censé ressentir envers Imhotep. Lorsque vous le voyez pour la première fois dans la légendaire tenue de maman, la caméra continue de passer de la momie à l’archéologue Ralph (Bramwell Fletcher) qui lit le parchemin. C’est une technique d’horreur éprouvée pour garder la caméra en mouvement pendant que vous attendez de voir la chose horrible bouger, mais cela fonctionne ici avec l’effet escompté. Une fois que la momie commence à bouger, la caméra laisse Ralph seul, parce que vous savez ce qui va lui arriver, pour se concentrer sur la momie qui acquiert la capacité de bouger. Une fois qu’il revient, pleinement ressuscité, comme Ardeth Bey, le film le réintroduit en l’encadrant dans l’embrasure de la porte derrière nos héros pour démontrer sa silhouette intimidante.

Pour une raison quelconque, j’oublie toujours à quel point Karloff est grand et ce film vous rappelle « Regardez-le, il n’est pas du genre à être pris à la légère. » Sans tous les bandages, le maquillage utilisé sur Karloff le laisse toujours instable et d’une autre manière et chaque fois qu’il prononce son nom, Ardeth Bey, Karloff baisse son ton d’une octave pour le rendre sinistre. Le film utilise également cet effet de lumière autour des yeux de Karloff chaque fois qu’il essaie d’hypnotiser quelqu’un. C’est un effet étrange et obsédant, comme si un feu intérieur s’élevait dans ses yeux, ou peut-être la poussière des âges, mais c’est fantastique et je ne peux pas savoir exactement comment cela a été réalisé… des pensées ?

De toute évidence, le reste de la distribution n’est pas à la hauteur de notre star mais ils font de leur mieux. David Manners est un autre Jonathan Harker et il est bon. Bien sûr, il est un peu mauviette et son jeu d’acteur est à égalité avec un personnage romantique comme Don Lockwood dans The Dueling Cavalier. À un moment donné, j’attendais que Frank commence à embrasser le bras d’Helen en proclamant « Je t’aime, je t’aime, je t’aime ! Mais cela ne s’est pas produit. Si vous avez besoin d’un exemple, le père de Frank meurt aux mains d’Imhotep et il ne pleure pas mais demande au Dr Muller s’il pense avoir une chance avec Helen ! Arthur Byron et Edward Van Sloan sont solides en tant que scientifiques, Sir Joseph Whemple et Dr. Muller respectivement.

Pour moi, celui que vous ne pouvez pas quitter des yeux (autre que Karloff) est la magnifique Zita Johann dans le rôle d’Helen. Il semble que Johann n’ait pas eu une longue carrière en tant que beauté pré-Code, sa carrière se terminant en 1934 (bien qu’elle ait fait une brève apparition dans un film à la fin des années 80), mais elle est tout simplement magnifique. Elle ressemble à une princesse égyptienne et sa voix grave évoque les pensées de Loretta Young. Je suis triste qu’elle n’ait pas eu une carrière plus longue parce que vous ne pouvez pas la quitter des yeux et mon garçon, je veux ses robes ! Helen est évidemment une imitation de Mina Seward mais cela ne m’a pas empêché de la trouver envoûtante. Dans une scène, elle est censée être dupe et duper Frank, ce qu’elle fait avec zèle. Mon seul problème est qu’elle demande à se maquiller, car Imhotep la rend faible, et Frank et le Dr Muller paniquent comme si cela était préjudiciable à sa santé. Je ne pense pas que la fondation dans les années 1930 était suffisante pour tuer une personne, mais je peux me tromper. A la fin, quand Helen est dans son esprit réincarné, elle découvre qu’elle ne veut pas mourir pour Imhotep. N’est-ce pas comme une femme, qui ne veut pas passer quelques minutes dans l’agonie totale pour l’homme qu’elle aime ? Attention au sarcasme. Quoi qu’il en soit, elle prie une divinité féminine égyptienne qui frappe Imhotep. Je suis sûr qu’il y a une vague de symbolisme là-bas sur l’incapacité de la femme à vaincre le mal, mais je n’entrerai pas là-dedans.

Le troisième acte implique un flashback montrant comment Imhotep a rencontré sa disparition et pour un court film de seulement 73 minutes, ce flashback est bien fait. C’était intentionnellement censé être dans le style des films muets sans dialogue et avec des manières exagérées. Il utilise même les mouvements saccadés et les coupures que vous voyez dans les films muets. Et encore, Zita Johann en tenue égyptienne est magnifique ! Une fois que la divinité égyptienne a tué Imhotep, il emmène également Hélène avec lui, laissant David l’appeler, espérant que son amour « peut combler les siècles ». Sérieusement, ce sont les 2 dernières minutes du film. Je ne sais pas si c’était intentionnel, mais comme David appelle Helen, le film le coupe et se termine. J’ai lu qu’il y avait une scène de résurrection prévue qui n’était pas dans le film en raison du budget et du temps, était-ce censé être la scène finale? Dans l’état actuel des choses, le film se termine brusquement et de manière incomplète.

J’ai tout autant apprécié La Momie la deuxième fois. Le jeu des acteurs est bien fait, les décors sont épiques, et pour un si court métrage, il emballe beaucoup. Bien sûr, il copie beaucoup de Dracula, mais c’est aussi un film universel génial et un film digne d’emprunter. Il est disponible sur Netflix Watch Instantly et je le recommande.

Note de Ronnie :

Vous souhaitez acheter le film d’aujourd’hui ? Si vous utilisez le lien pratique ci-dessous, une petite partie sera reversée à ce site ! Merci!

Le louer

Achète-le

DVD édition spéciale

Collection Classique des Monstres Universels

A lire également