tumblr_7f26a7522b39ec88c40cf218ce6528a0_017a5046_2048-4377868-3212988-jpg

Sheila Levine est morte et vit à New York (1975) – Ticklish Business

Actualités > Sheila Levine est morte et vit à New York (1975) – Ticklish Business

En regardant la filmographie de Roy Scheider, c’était un défi de s’installer pour une première fois… peu d’artistes emballent autant d’essentiels au sommet de leur célébrité. Cependant, au cours d’une carrière aussi longue et variée, il est tout aussi intéressant de regarder des films qui pourraient ne pas recevoir autant d’amour. Ils ne peuvent pas toujours être des classiques contemporains. C’est avec ça que j’ai sauté dans la comédie dramatique de 1975 Sheila Levine is Dead and Living in New York. D’ailleurs, comment pouvez-vous ignorer ce titre incroyable ? Voici tout ce que vous devez savoir !

Sheila Levine is Dead and Living New York est un conte séculaire. Sheila (Jeannie Berlin) quitte son existence de classe moyenne relativement douillette pour s’établir dans la grande ville. C’est un conte intemporel, vraiment. Il y a une colocataire excentrique (Rebecca Dianna Smith) et un jeune docteur sexy (Roy Scheider). Il est génial sur le papier… sauf pour un… pas si petit… problème. Sheila trouvera-t-elle l’amour ? Zut, sera-t-elle capable de « le faire toute seule » ? Sidney J. Furie réalise le film à partir d’un scénario de Gail Parent.

Comme mentionné, Sheila Levine est morte et vivant à New York est un exemple d’histoire qui transcende les décennies… chaque génération a son propre équivalent. Celui-ci, sorti en 1975 (montrant New York sous son plus beau jour) est un exemple particulièrement intéressant à petit budget. Il n’y a pas de glamour. Ce film est aussi crasseux que les films ‘New York in Trouble’ sans montrer aucun des vrais problèmes de la ville. À part un air un peu sale, il y a peu de signes des vraies luttes sociales (criminalité, pauvreté, etc.) de l’époque.

Cette esthétique granuleuse et dramatique est en contradiction avec d’autres éléments de ce film, conduisant à un push-and-pull déroutant. En particulier, Jeannie Berlin apporte une performance très colorée, presque exagérée, en tant que Sheila. Quelqu’un comme Roy Scheider s’intègre dans ce film, pas Jeannie Berlin. Sa performance contrecarre le grain de l’esthétique, laissant ce film très décousu et piégé quelque part dans le no mans-land séparant la comédie exagérée et le drame social. En fin de compte, le film échoue sur les deux comptes, le laissant patauger de manière frustrante au milieu.

Le script (et le roman matériel source d’ailleurs) vient de l’écrivain Gail Parent. Le fait que ce script provienne d’une femme, en particulier à cette époque, est important à célébrer. À ce stade, Parent prenait encore pied dans l’industrie, étant devenu un scénariste de comédie à la fin des années 1960. Un regard sur sa filmographie IMDB montre les premiers crédits sur The Tim Conway Show, The Steve Allen Comedy Hour, The Mary Tyler Moore Show et The Many Sides of Don Rickles. Elle a vraiment trouvé sa place en écrivant pour la télévision dans les années 1970. Elle reçoit un crédit de créateur sur Mary Hartman, Mary Hartman ainsi que Fernwood Tonight. Les bébés des années 1980 pourraient reconnaître son nom d’après son travail sur The Golden Girls ainsi que Tracey Takes On.

Pour avoir une femme auteur d’une histoire sur une femme vivant à New York, Sheila Levine est morte et vivant à New York apporte quelque chose de spécial dans l’association de la performance de Berlin et de l’écriture de Parent. En regardant le film du point de vue d’une femme de 35 ans, il y a eu des moments du film qui ont vraiment résonné avec moi à vingt ans. La quête de l’amour, le désir d’être cool, le désir de ne pas être dactylographe. Il s’agit d’une représentation réelle (et imparfaite) d’une jeune femme. En même temps, bien qu’il soit facile de s’identifier aux pensées et aux sentiments, s’identifier à Sheila s’avère plus difficile. Berlin aurait eu environ 25 ans au moment du tournage, mais entre ses mains, Sheila ne se sent pas comme une jeune fille. Elle est certes naïve, mais pas jeune. Et cela m’a finalement retiré du récit, en particulier en ce qui concerne certaines des décisions de Sheila. Elle devrait vraiment mieux savoir…

C’est là que nous arrivons au fringant éléphant dans la pièce… Roy Scheider. Cet article fait bien sûr partie de notre hommage à l’anniversaire de Roy Scheider, je m’en voudrais donc de ne pas le mentionner. Scheider incarne le docteur Sam Stoneman, le résident sexy et amoureux local non seulement pour Sheila mais aussi pour sa colocataire Kate.

En fouillant dans la publication IMDB pour ce film, il est mentionné que Scheider était un remplaçant de dernière minute dans ce rôle, et pour parler honnêtement, cela a beaucoup de sens. Il ne se sent pas tout à fait à sa place dans le rôle d’un jeune médecin résident. À ce stade, Scheider avait solidement la quarantaine et il se sent nettement plus âgé que les deux femmes. Il apporte une sensibilité très différente qui se démarque certainement. Scheider se sent comme un «adulte» tandis que son personnage (Sam) ressemble beaucoup à un jeune médecin entêté. Comme pour mes luttes avec Berlin ci-dessus, il est trop vieux pour prendre certaines de ces décisions. Il ne gèle pas à l’écran. Maintenant, cela ne veut pas dire que Scheider est mauvais dans le rôle, mais il ne peut pas faire grand-chose avec ce qui est sur papier.

Le rôle de Sam Stoneman voit Scheider atteindre son apogée reconnu. Venant en 1975, c’était sa suite à The Seven-Ups et c’était le rôle qu’il avait terminé juste avant de tourner Jaws. Il se lancerait ensuite dans des films comme Marathon Man, All That Jazz et Blue Thunder. Ce sont les œuvres les plus envisagées lorsqu’ils pensent à Roy Scheider.

Bien que votre humble serviteur reçoive le «truc» Roy Scheider, sa présence ici ne correspond vraiment pas à ce que ce film espère réaliser. Cela commence dès sa première scène lorsque Sheila le rencontre dans un bar et qu’il fait la moue d’avoir dû pratiquer un avortement (il est médecin) et il jure de ne plus jamais recommencer. Son éthique, après tout ! Ce n’est bien sûr pas la première fois que cette discussion a lieu et même s’il doit y avoir une certaine crédibilité compte tenu du cadre, il est difficile de croire qu’une jeune femme à New York, seule en ce moment, serait particulièrement excitée pour « s’entendre » avec ce type… même s’il ressemble à Roy Scheider en blouse de laboratoire. Eh bien, laissez-moi reformuler, la femme de 20 ans en moi comprend… la femme de 35 ans en moi pense que Sheila doit se concentrer sur elle-même et ne pas laisser ses ovaires prendre le volant.

Sheila Levine est morte et vivant à New York était une première montre pour votre humble serviteur et c’était un défi de me pousser bien au-delà de « au chaud » à mon échelle. En fin de compte, le film mène une bataille difficile grâce à un budget limité et il laisse le film maladroit et décousu. Il y a plusieurs fragments de bons films ici, mais ils ne fonctionnent pas bien ensemble. Le film en fait trop et ça se voit.

Intéressé d’en apprendre plus sur nous??

Suivez Ticklish Business sur Twitter, Facebook, Letterboxd et Instagram. Nous avons également du contenu vidéo spécial disponible sur notre chaîne YouTube.

Intéressé à nous soutenir? Consultez notre page Patreon ! Les avantages incluent des cadeaux, un accès anticipé et du contenu bonus supplémentaire !

Nos épisodes de podcast sont disponibles partout où vous écoutez des podcasts, y compris Apple Podcasts, Spotify et Podbean.

★★★★★

A lire également