Saint Omer Avis critique du film & résumé du film (2023)

Actualités > Saint Omer Avis critique du film & résumé du film (2023)

Qu’est-ce que l’histoire de Kabou a à nous dire ? Quels messages sont véhiculés ? Dans son film, Diop ne répond pas farouchement à ces questions. Au lieu de cela, « Saint Omer » ne présente que les questions, bien qu’il n’y ait rien de « juste » dans cette approche. En présentant les questions, et en présentant les tourbillons d’identification empathique entre Rama (Kayije Kagame), assistant au procès, et Laurence (Guslagie Malanga), l’accusée du banc des accusés, Diop laisse le film résonner d’angoisses, voire de confusion, et le ressac de l’influence souterraine. Nous ne savons pas toujours pourquoi quelque chose a un impact sur nous. Pour un artiste, il suffit de savoir que les profondeurs ont été remués. Diop a dit La variété« Je voulais recréer mon expérience d’écoute de l’histoire d’une autre femme tout en m’interrogeant, face à mes propres vérités difficiles. Le récit devait retracer une série d’états émotionnels pouvant conduire à la catharsis. C’est comme une psychothérapie accélérée. »

Rama, romancière et professeure, est d’abord vue en train de donner des conférences sur Marguerite Duras (dont l’influence sur « Saint Omer » se fait sentir dans ses silences provocateurs, sa centralisation des femmes et son intérêt pour ce qui se passe dans les soi-disant marges). Rama est une femme accomplie, dans une relation heureuse, avec un bébé en route. Elle fait des recherches sur son prochain livre, une version moderne de Médée. A Saint-Omer, un autre récit se déroule, aux échos de Médée. Se disant peut-être que tout est pour la recherche, mais en réalité ne sachant pas vraiment pourquoi, Rama fait une petite valise et se rend en ville. Elle est assise dans la salle d’audience, regardant Laurence marcher vers la barre, une figure solitaire, sans famille présente, sans lien avec le monde qui l’entoure. L’acte de regarder de Rama est notre acte de regarder. Mais il y a des moments où le visage d’écoute de Rama est notre « entrée » la plus directe. Laurence raconte son histoire de manière franche, même si les réponses expriment un traumatisme, une terreur et une ambivalence. La juge (Valérie Dréville) semble intéressée à aller au fond de ce qui s’est passé ici mais reste déconcertée par certaines des réponses de Laurence. Le sens de Laurence comme «autre», comme quelque chose en dehors du domaine «normal» de la vie française, est dans l’air de la salle d’audience. Les procureurs interrogent et poussent, les avocats de la défense interviennent. Une grande partie du scénario a été tirée des transcriptions judiciaires réelles du procès initial.

Décrire ce qui se passe à « Saint Omer », c’est en quelque sorte le priver de sa charge électrisante. La directrice de la photographie Claire Mathon (qui a également tourné « Portrait of a Lady on Fire ») oscille entre un style clair (mais beau) – aucune fioriture stylistique pour nuire au témoignage de Laurence et à la performance captivante de Malanga – et un style plus impressionniste, tissant ensemble un espace de rêve des flashbacks, des images de films à la maison, le tout alors que la vie émotionnelle de Rama se désintègre, seule dans sa chambre d’hôtel, bombardée d’émotions à propos du bébé dans son ventre, de souvenirs de sa propre mère et de l’expérience d’être une étrangère (même si elle est née en France ). Le travail de Kagame dans ces scènes est poignant et douloureux. Le véritable aspect du crime saigne dans le personnel, et le personnel est ramené dans la salle d’audience. Le flux à double sens est au rythme de « Saint Omer », faisant du film le contraire d’une représentation sensationnaliste d’un crime réel.

★★★★★

A lire également