Roger’s Top Ten Lists: Best Films of 2006 | Chaz’s Journal

Actualités > Roger’s Top Ten Lists: Best Films of 2006 | Chaz’s Journal

6. UNIS 93

Regarder « United 93 », c’est être confronté à la triste réalité chaotique de ce jour de septembre 2001. Le film est profondément troublant, et certaines personnes devront peut-être quitter la salle. Mais cela aurait été beaucoup plus dérangeant si Greengrass l’avait fait de manière conventionnelle. Il n’exploite pas, il ne tire aucune conclusion, il ne pointe pas du doigt, il évite « l’intérêt humain » et les « drames personnels » et se contente de regarder. Le point de vue du film me rappelle les anges dans « Wings of Desire ». Ils voient ce que font les gens et ils sont attristés, mais ils ne peuvent pas intervenir.

5. LA VIE DES AUTRES

Le film est pertinent aujourd’hui, car notre gouvernement ignore l’habeas corpus, pratique la torture secrète et demande le droit d’écouter et d’écouter ses citoyens. De telles tactiques n’ont pas sauvé l’Allemagne de l’Est; ils l’ont détruit, en en faisant un pays auquel ses citoyens les plus loyaux ne pouvaient plus croire. Poussé par le spectre de l’agression de l’extérieur, il lui a opposé une agression de l’intérieur, comme une sorte d’anti-toxine. Craignant que ses citoyens soient déloyaux, il les a incités à l’être. Certes, ses ennemis étaient réels. Mais l’Occident n’a jamais largué la bombe, et l’Allemagne de l’Est et les autres républiques soviétiques ont implosé après s’être essentiellement bombardées. « La vie des autres » est un film puissant mais calme, construit de pensées cachées et de désirs secrets. Cela commence par Wiesler enseignant un cours sur la théorie et la pratique de l’interrogatoire; un détail effrayant est que les suspects sont obligés de s’asseoir sur leurs mains, de sorte que le coussin de la chaise puisse être conservé pour une utilisation éventuelle par des limiers. Cela montre comment le Mur est finalement tombé, non pas avec un fracas, mais à cause des chuchotements.

4. LES DÉPARTS

Il est intriguant de se demander ce que Scorsese a vu dans le film de Hong Kong qui l’a inspiré pour faire le deuxième remake de sa carrière (après « Cape Fear »). Je pense qu’il a immédiatement reconnu que cette histoire, à un niveau enfoui, mettait en évidence deux aspects de son art et de sa psyché. On sait que lui aussi était fasciné par les gangsters. En réalisant tant de films sur eux, sur ce qu’il a vu et su en grandissant dans la Petite Italie, sur sa compréhension de leur nature, il est devenu, en quelque sorte, un informateur. J’ai souvent pensé que beaucoup de critiques et d’admirateurs de Scorsese ne réalisent pas à quel point l’Église catholique d’avant Vatican II pouvait s’enfoncer dans le subconscient, ou à quel point Scorsese est un réalisateur catholique. Ce film est comme un examen de conscience, quand tu restes éveillé toute la nuit à essayer de trouver un moyen de dire au prêtre : Je sais que j’ai mal agi, mais, oh, Père, qu’est-ce que j’allais faire d’autre ?

★★★★★

A lire également