Revue, pensées et théories de l'épisode 2 de la saison 5 de Yellowstone

Revue, pensées et théories de l’épisode 2 de la saison 5 de Yellowstone

Actualités > Revue, pensées et théories de l’épisode 2 de la saison 5 de Yellowstone

Yellowstone La saison 5 revient avec un deuxième épisode formidable qui s’appuie sur les points forts de la série plutôt que sur le choc et la crainte forcés.

Alors que John (Kevin Costner) apprend les tenants et les aboutissants de son rôle de gouverneur du Montana, qui nécessite beaucoup plus de manœuvres politiques qu’il ne le pensait initialement, Rip (Cole Hauser) et le gang Bunkhouse se retrouvent pris dans un drame lourd impliquant des loups et des trous de gopher.

Pendant ce temps, Beth (Kelly Reilly) resserre sa prise autour du cou de Jamie ; Le chef Rainwater (Gil Birmingham) ressent la chaleur de son peuple, et Monica (Kelsey Asbille) et Kayce (Luke Grimes) font face à leur dernière tragédie.

CONNEXES: Examen, pensées et théories de l’épisode 1 de la saison 5 de Yellowstone

Ce qui a fonctionné à Yellowstone Saison 5 Épisode 2

  • John en tant que gouverneur est peut-être la plus grande chose qui soit arrivée à la télévision depuis que Walter White a décidé de cuisiner de la méthamphétamine. Son nouveau travail est chargé de tellement de conneries qu’il ne peut pas suivre son emploi du temps quotidien. « Pour l’amour de merde, Clara, s’il y a l’alliance de travail dans le nom, annulez-la », ordonne John à son assistant. Plus tard, il appelle son chef de cabinet, le présente à Beth, puis le vire. « Beth, tu es mon nouveau chef de cabinet, » grogne-t-il. Même Beth est choquée, ce qui n’arrive pas si souvent. John a accepté ce poste à contrecœur, mais il aurait dû savoir ce que les fonctions de gouverneur impliquaient. « Vous avez besoin de faveurs », lui dit Lynelle Perry (Wendy Moniz). « Et pour les obtenir, vous devez donner des faveurs. » Quatre ans me paraissent tout à coup longs. Là encore, John pourrait être évincé bien avant la fin de son temps imparti. Chaque mouvement qu’il fait énerve quelqu’un quelque part – il annule l’aéroport prévu, augmente les taxes sur les non-résidents, puis promet de mettre son ranch dans une servitude de conservation. « Tout tourne autour du ranch », rappelle John à Beth et Jamie (Wes Bentley) perplexes. John, voyez-vous, n’est pas là pour l’argent, la renommée ou la gloire. Il ne se soucie pas s’il perd sa propriété ; il ne veut tout simplement pas le voir rasé au bulldozer pour en faire un hôtel.
    • John Dutton, mes amis, est la raison pour laquelle Yellowstone est un grand spectacle. Malgré toutes les fusillades, meurtres, mensonges et tromperies, le drame de Taylor Sheridan fonctionne mieux lorsqu’il s’agit de personnages prenant des décisions difficiles. À bien des égards, John est invulnérable à ses ennemis parce qu’il manque d’ambition. Comme le Terminator, il ne peut pas être négocié, il ne peut pas être raisonné, il ne ressent pas de pitié, de remords ou de peur, et il ne s’arrêtera absolument pas… JAMAIS, jusqu’à ce que son ranch soit sécurisé. La seule façon d’arrêter John est de brûler son monde, ce que je peux voir un certain fils à contrecœur faire bientôt.
  • Jamie a tout perdu. Y a-t-il déjà eu un personnage plus pathétique dans une émission de télévision ? Jamie aura sa vengeance dans cette vie ou dans la suivante, et vous pouvez être sûr que sa rétribution sera rapide. « Votre carrière politique s’est terminée au moment où vous avez choisi votre père plutôt que le mien », lui rappelle Beth. Elle joue à un jeu dangereux et pousse un homme intelligent et sans espoir plus près du bord. Va-t-il sauter ou riposter ?
  • Aussi : J’ai oublié que Jamie n’était pas le vrai fils de John ! Écoutez, j’ai regardé toute la série pendant l’été. Il y avait beaucoup à encaisser.
  • La situation difficile de Jamie pourrait prendre un coup de pied dans la bonne direction. Sarah Atwood (Dawn Olivieri), qui apparaît comme Beth sans conscience (si cela a un sens), arrive sur les lieux pour évaluer la situation de Jackie Weaver. Ses yeux se tournent vers un écran de télévision où Jamie se morfond à côté de John. « Je vais commencer par lui », ronronne-t-elle. Puis, quand Jackie devient balistique avec son équipage, Sarah plaisante: «J’adore quand elle devient vraiment folle. Cela signifie que je vais gagner beaucoup d’argent. De toute évidence, ce n’est pas son premier rodéo, mais nous avons déjà vu cette conversation difficile, et ce type est mort par projection de serpent depuis une glacière. Peut-être que Sarah est différente, mais comme je l’ai dit la semaine dernière, le souci est que chaque nouvel ennemi devient de plus en plus caricatural au point de noyer la série dans un hokum ringard. Les Duttons ont survécu à tout ce qui leur a été lancé. Sarah se montrera-t-elle plus redoutable ?
  • De retour au ranch, Rip ordonne à Carter (Finn Little) de seller le cheval de John et de monter avec l’équipage du Bunkhouse jusqu’au pâturage. La dernière fois que nous l’avons vu, Carter scolarisait ses camarades cow-boys et se liait avec son nouveau père. Leur relation est revenue à l’étape 1, Rip traitant l’enfant comme un chien errant. Les choses empirent lorsque le cheval de Carter se brise les jambes dans un trou de gopher, un moment qui se produit après que l’enfant a fait tourner les têtes avec ses capacités de berger. Rip tue le cheval, puis renvoie avec colère Carter en pleurs au ranch. C’était difficile à regarder.
  • Pendant la partie de Carter, l’équipage du Bunkhouse tombe également sur un cadavre de vache décimé par des loups. Ryan (Ian Bohen) et Colby (Denim Richards) restent derrière pour tuer les prédateurs, ce qu’ils accomplissent en utilisant l’imagerie thermique dans l’obscurité. Malheureusement, nous apprenons que les loups sont venus du parc équipés de balises qui suivent chacun de leurs mouvements. Les tuer = mauvaise nouvelle pour tout le monde. « Ces loups ont des pages Facebook f ***** g. Les gens se promènent en t-shirts avec leurs photos dessus », lance Ryan. Finalement, Rip arrive et leur ordonne d’attacher les colliers à des bûches et de les jeter dans la rivière. Les colliers tombent généralement dans le courant, mais c’est Yellowstone. Alors, naturellement, l’une des bûches se coince dans le feuillage le long du lit de la rivière. Pas bon.
    • J’aime cette intrigue; il se sent ancré et réel. J’ai dit à plusieurs reprises que suffisamment de drames découlaient naturellement des problèmes dans et autour du ranch pour que le spectacle reste captivant.
  • Enfin, il y a une scène formidable où Beth coupe les couilles d’un homme flirteur juste pour le plaisir. Je déteste généralement le trope déguisé surutilisé – où un personnage révèle tout sur un autre personnage en fonction de quelques détails physiques – mais dans ce cas, Beth (et, par extension, Kelly Reilly) est tellement amusante à regarder que je n’ai pas ‘ t l’esprit. Elle note que l’homme est un professeur divorcé de Northwestern qui s’est retiré dans la nature pour enseigner la Zumba et des cours universitaires hors de prix. « Donc, vous faites grimper les prix de l’immobilier ici, et vous f— les classes moyennes dans deux États. Bravo, putain d’hypocrite. Et les critiques se demandent pourquoi l’Amérique centrale aime ce spectacle.

Ce qui n’a pas fonctionné à Yellowstone Saison 5 Episode 2

  • Je vais m’en prendre à ça toute la saison : Kayce et Monica sont à peu près aussi excitantes que des pierres. Bien sûr, ils ont eu leurs points forts, mais endurent trop souvent des difficultés comiques exagérées. Nous n’en sommes qu’à deux épisodes, et Monica a déjà perdu un enfant et a sombré dans une autre profonde dépression. Au moins Tate (Brecken Merrill) ne vit pas sous le lit cette fois. À ce stade, notre couple puissant est si éloigné de l’action principale qu’il se sent comme des intrus chaque fois que la série coupe son scénario. Kayce devrait recommencer à aider sa pop, tandis que Monica (qui n’a été heureuse que pendant environ 10% de ce spectacle) devrait laisser tomber l’apitoiement sur soi et rejoindre Beth dans sa croisade pour débarrasser le monde des connards. Qui dit non ?
  • Un flash-back révèle que le jeune John Dutton (Josh Lucas) se retourne contre un installateur de ligne téléphonique pour avoir contaminé l’eau. Bien que superbement exécutée et effrayante à la sortie de tous, la séquence perturbe le déroulement de l’épisode. Josh Lucas ne ressemble en rien à Kevin Costner.
  • Le chef Thomas continue de n’être qu’un simple spectateur secondaire. Ils feraient mieux de ne pas tuer ce type avant qu’il ne puisse faire… quelque chose ! Je soupçonne qu’il respecte ce que John essaie de faire, même si les actions de John nuisent à son casino et à ses perspectives commerciales.

MVP : Beth, qui illumine l’épisode à la manière typique de Beth. Après que sa romance idiote et mélodramatique avec Rip se soit embourbée dans la dernière partie de la saison 4, c’était agréable de voir Beth aller à nouveau à la colère des titans. Elle coupe Jamie et ce gars au bar, retravaille l’emploi du temps de John en quelque chose de cohérent, et a encore le temps de siroter du whisky et de faire passer un bon moment à Rip. Elle est incroyable.

Meilleure ligne : « Dieu n’a pas ajouté de lumière du jour supplémentaire à mardi, Carter. Allons-y, mec, prends sa putain de selle. Faisons avancer les choses ! » (Rip à Carter avant leur trajet ensemble.)

Que se passe-t-il ensuite : Difficile à dire. Il y a beaucoup de machinations politiques en jeu ici, et je ne sais pas exactement dans quel sens elles tournent. John pourrait se faire de nombreux ennemis dans sa tentative de garder son ranch – des ennemis désespérés qui ont beaucoup à perdre. Je pense aussi qu’il gère mal Jamie, qui pourrait choisir de faire exploser toute l’entreprise en enfer plutôt que de subir encore quatre ans de Beth. Les plaques d’identité s’avéreront importantes. Quelqu’un cherchera les données et verra une période où les loups étaient inactifs sur la terre de John et mettra deux et deux ensemble. Cela pourrait devenir moche.

Réflexions finales : Mis à part quelques bosses mineures, ce fut un épisode exceptionnel de Yellowstone. Un grand drame de personnages, des intrigues captivantes, quelques gouttes de Beth et suffisamment d’intrigues politiques pour retenir mon attention d’une scène à l’autre. Continuons à bouger, les gens !

NOTE : 9/10

Comme l’explique la politique de révision de ComingSoon, un score de 9 équivaut à « Excellent ». Le divertissement qui atteint ce niveau est au sommet de son genre. L’étalon-or que chaque créateur vise à atteindre.

★★★★★

A lire également