Revue: La dernière ligne d’AfterShock mélange l’intrigue du MI6 avec Men in Black

Actualités > Revue: La dernière ligne d’AfterShock mélange l’intrigue du MI6 avec Men in Black

Last Line, la dernière offre d’AfterShock, mélange l’action du MI6 avec la science-fiction, parfait pour les fans de Men in Black.

Avertissement : contient des spoilers pour Last Line #1

Last Line, d’AfterShock Comics, a mélangé l’intrigue du MI6 avec l’action de style Men in Black. La nouvelle série, dont le premier numéro est maintenant en vente en version imprimée et numérique, suit une jeune opératrice de métro qui apprend que le métro de Londres est bien plus qu’elle ne l’aurait jamais pensé : c’est une passerelle vers d’autres mondes ! Et comme si cela ne suffisait pas, elle se retrouve plongée dans une conspiration vieille de plusieurs siècles, qui s’étend jusqu’aux plus hautes sphères du gouvernement britannique.

En quelques années seulement, AfterShock est devenu l’un des premiers éditeurs d’Amérique du Nord, publiant des titres englobant une grande variété de genres, notamment l’horreur, la science-fiction et la fantaisie ; We Live, Bunny Mask et Kaiju Score font partie de leurs nombreux titres. Des créateurs éminents tels que Garth Ennis et Paul Cornell ont créé des titres pour AfterShock ; Les titres d’AfterShock ont ​​également remporté de nombreux prix de l’industrie. Maintenant, l’écrivain Richard Dinnick et l’artiste Jose Holder créent un thriller de complot de science-fiction unique et intrigant dans Last Line, parfait pour les fans de Men in Black et Torchwood.

Le premier numéro de Dinnick, Holder, du coloriste Kelly Fitzpatrick et du lettreur Dave Sharpe présente au lecteur la protagoniste de la série, Sally Hazard, une opératrice du métro de Londres. Sa vie change lorsqu’elle voit apparemment un homme poussé devant sa voiture de métro, le tuant. Le lendemain, alors que les responsables enquêtent sur l’affaire, Sally voit les images de vidéosurveillance de l’incident et est choquée de ne voir personne pousser l’homme – on dirait qu’il a sauté. Alors que Sally maintient son histoire, l’agent Ed Tarn du MI6 arrive sur les lieux, les informant que ce qui s’est passé était une question de sécurité nationale. L’homme tué était également un agent, et Sally apprend bientôt que le métro de Londres est plus qu’un simple système de métro – c’est en fait une carte vers des mondes extraterrestres ! Et il y a des forces obscures à l’œuvre, cachées parmi les humains depuis des siècles, attendant leur heure.

Le premier numéro de Last Line est un puissant mélange d’action de science-fiction, de thrillers complotistes et d’espionnage par cape et poignard. Dinnick et Holder ont semé un certain nombre de mystères intrigants tout au long du premier numéro, tels que la vraie nature de Tarn, fournissant aux lecteurs juste assez d’informations pour les accrocher et voulant le deuxième numéro. Les personnages de Last Line sont crédibles, de vraies personnes qui se retrouvent prises dans des circonstances extraordinaires. L’équipe créative fournit également aux lecteurs de nombreux documents, sous forme de journaux et de lettres, qui étoffent encore plus le monde de Last Line, révélant jusqu’où remonte le complot.

Richard Dinnick et Jose Holder ont créé un titre de science-fiction amusant et engageant dans AfterShock’s Last Line, un titre qui équilibre parfaitement l’action du MI6 avec la science-fiction, parfait pour les fans de Men in Black.

★★★★★

A lire également