A Field in England movie

Pourquoi un champ en Angleterre est un chef-d’œuvre de cauchemar psychédélique

Actualités > Pourquoi un champ en Angleterre est un chef-d’œuvre de cauchemar psychédélique

Au cours de la dernière décennie, le genre horrifique a connu un changement radical par rapport aux tendances qui le dominaient dans les premières années du siècle. Une nouvelle génération d’auteurs a créé certains des matériaux les plus originaux depuis des années, grâce à des scénarios plus intelligents, des personnages plus forts et des arguments découlant de préoccupations réelles. Des aspects comme la violence surnaturelle et sanglante et les peurs du saut sont toujours aussi présents, mais cette fois-ci autour des films de Jennifer Kent (The Babadook, The Nightingale), Jordan Peele (Get Out, Us, Nope), Ari Aster ( Hereditary, Midsommar), ou Panos Cosmatos (Beyond The Black Rainbow, Mandy) présentent des compositions narratives et visuelles plus fortes.

L’une des tendances qui a émergé au début des années 2010 était le film d’horreur alimenté en psychédélique. Enter The Void (2009) et Beyond The Black Rainbow (2010) sont quelques exemples de la façon dont le genre a commencé à recourir à des visuels trippants, des séquences hallucinatoires et des scénarios sombres et psychologiques. Parallèlement à ces films, A Field in England, le quatrième long métrage du cinéaste anglais Ben Wheatley, se déroule dans oui… vous l’avez deviné… un champ en Angleterre.

Après qu’un groupe de déserteurs de la guerre civile anglaise se soit retrouvé piégé par un alchimiste qui les a amenés à manger des champignons psychédéliques, la folie s’ensuit alors que la journée devient un voyage infernal de paranoïa. Utilisant des astuces très simples, Wheatley crée un chef-d’œuvre de l’horreur moderne, qui mérite plus d’attention car il se démarque parmi ses contemporains pour diverses raisons.

Conception sonore de Martin Pavey

Divertissement de la maison des images

La conception sonore fantastique de Martin Pavey utilise des cris de douleur angoissants sans aucune visibilité de ce qui se passe, des gémissements d’un homme essayant de déféquer et des grognements d’hommes tout en tirant une corde pendant près de deux minutes entières. Le film est rempli de perturbations sonores qui, par répétition, créent une dissonance cognitive et un malaise. Le dialogue, la partition et le vent à travers le champ se retrouvent tous entrelacés, se fondant presque ensemble dans les moments où la tension monte pour augmenter l’anxiété et la terreur que vivent les personnages.

Modification d’un champ en Angleterre

Divertissement de la maison des images

Avant le début de A Field in England, un avertissement de forts effets stroboscopiques prélude au film, et ce n’est pas exagéré. Au fur et à mesure que le film avance, on pourrait penser que l’avertissement a été vain et puis… les voilà. Mise en miroir et pliage d’images, répétition de séquences, visuels stroboscopiques puissants et un objet circulaire noir qui bloque le soleil avec des vagues d’obscurité à l’intérieur. Le montage peut parfois être d’une audace aveuglante.

Cinématographie

Divertissement de la maison des images

La cinématographie en noir et blanc magnifiquement réalisée (et avec un budget étonnamment bas) de Laurie Rose accentue l’étrangeté. Au fur et à mesure que le récit devient de plus en plus incohérent (fonctionnant parallèlement aux psychédéliques prenant de plus en plus d’effet sur les personnages), le monochrome fonctionne parfaitement puisqu’il crée même une dissonance avec certaines notions de ce qui est préconçu comme psychédélique. Les couleurs brillantes typiques et les mouvements de caméra dynamiques du cinéma psychédélique trippant sont introuvables; il faut affronter les ténèbres de front, car la folie hallucinatoire se poursuit.

Ben Wheatley propose comment plus pourquoi

Divertissement de la maison des images

Pourquoi? Ouais, ce n’est pas la bonne question quand on aborde ce film ; c’est celui qui n’apportera que de la frustration. Malgré ses arcs de personnages très simples, Un champ en Angleterre ne concerne jamais pourquoi les choses se passent, mais comment. Le film est plus soucieux de développer son langage visuel que sa narration. Il ne s’arrête pas à expliquer les choses — une fois le voyage commencé il ira crescendo. Compte tenu du sujet, la cohérence est naturellement jetée par la fenêtre au profit d’une confusion absurde.

L’ambiguïté quant à la direction que prend le film accentue les mauvais moments vécus par les personnages. Parfois, cela donne l’impression que cette expérience déchirante ne finira jamais, ou qu’elle dure peut-être depuis toujours…

Langue

Divertissement de la maison des images

Bien qu’il se déroule au XVIIe siècle, le brillant scénario d’Amy Jump n’a aucunement l’intention de mettre en place un film d’époque historiquement précis. Un savant mélange d’anglais vintage avec ce qui semble être une indentation et un accent modernes crée dans les couches de chaos conceptuel et visuel un autre aspect troublant : le film est aussi horrible qu’hilarant. Rempli de doublures comiques, de situations inconfortables et de moqueries constantes entre les protagonistes, cela distingue également le film de l’idée standardisée de ce qui constitue un film d’horreur, et crée encore plus d’incohérence et de dissonance ajoutant à l’expérience psychédélique.

Interpréter un champ en Angleterre

Divertissement de la maison des images

L’utilisation constante de l’expression « laisser entrer le diable » et la fin ambiguë ont donné lieu à une théorie concernant la nature de l’intrigue, car beaucoup pensent que le film se déroule au purgatoire et que les épreuves qu’ils endurent sont leur chemin vers le paradis. Cela n’est peut-être pas très pertinent lorsque vous regardez ou appréciez A Field en Angleterre, mais cela ajoute une autre couche à la sauvagerie du film, et une qui a beaucoup de sens.

Les mentions constantes de Dieu contrôlant son destin, la moralité des personnages (ou leur absence) envers le devoir (ayant tous fui le champ de bataille) et les nuances sataniques de l’antagoniste suggèrent qu’il pourrait y avoir autre chose dans l’intrigue.

Au final, A Field in England s’avère être un film assez unique ; de son dialogue rusé à son rythme hallucinatoire, ce film n’a pas été aussi apprécié qu’il le devrait probablement à cette époque de soi-disant horreur élevée. Bien que la critique de son récit et de sa cohérence puisse être valable, le langage visuel et l’originalité de sa livraison se démarquent, ce qui en fait une entrée digne du canon des cauchemars psychédéliques de l’histoire cinématographique.

★★★★★

A lire également